Posez votre question Signaler

Lithium obligatoire pour un bipolaire [Fermé]

sawsan - Dernière réponse le 1 nov. 2011 à 18:41
Bonjour,
voilà je vous écris afin d'en savoir un peu plus sur la bipolarité...je vis avec mon copain depuis 1 an. Celui ci m'avait annoncé dès le début de la relation qu'il était bipolaire. Toutefois à chaque fois que l'on se voyait et qu'il commencait par exemple à "s'agiter" (même si pour moi son comportement restait normal), il prenait son lithium.
Nous avons commencé à vivre ensemble au bout de quelques mois, au début d'une phase de dépression, mais légère...il suffisait de le motiver un peu pour que l'on bouge, que l'on fasse des choses...et puis il y a 3 mois il a perdu son boulot, et je ne sais pas si c'est à cause de cela ou si cela serait arrivé également mais il est rentré dans une phase "maniaque", et où il n'a pas voulu, et ne veut toujours pas prendre son lithium, ou très sporadiquement...Il me dit qu'il controle, qu'il remplace par une alimentation saine,etc...mais je ne le reconnais pas..il ne veut pas non plus aller voir de médecin, car il en connait soi disant plus qu'eux sur sa maladie!
Je vous avoue que je suis paumée, je ne sais pas quoi faire...je voudrais l'aider, mais par moments j'ai l'impression que tout ce que je peux lui dire lui glisse dessus sans l'atteindre, ou bien qu'il va me comprendre l'espace d'un instant pour ensuite changer totalement d'avis...Ce n'est pas l'homme que j'ai connu, celui que j'aime...je sais que cette maladie est loin d'être facile, mais s'il prenait au moins un traitement...simplement il ne veut pas entendre parler du lithium car cela détruit l'organisme...n'y a-t-il pas d'autre alternative?
Merci d'avance de votre aide!
Lire la suite 
Réponse
+5
moins plus
solenne,
bonjour,j ai lu attentivement vos commentaires,et je ne suis pas d accord avec vous,on ne peut pas faire du chantage affective dans ce genre de situation les conséquences peuvent être très grave pour la personne souffrant de bipolarité.il est dans son droit de ne pas vouloir de traitement.connaissant tres bien le problème de la bipolarité je conseil à la personne concerné d adopter une higyène de vie exemplaire: faire du sport,meditation,yoga,avoir une alimentation tres equilibré,dormir à des heures régulières, ne pas boire d alcool ne pas consommer de produits ilicites.sawsan ce que je peux te conseiller c'est de te renseigner le plus possible sur la maladie de facon a bien reperer les passages d un etat a l autre ex argos 2000 que tu trouveras facilement sur internet,de bien dicerne les phases au prealable de l etat de maniaque et de l etat de depression son primordiale pour les proches car ils peuvent anticiper et réagir avant.c est dans ces phases que l entourage peut intervenir pas une fois que le bipolaire est en depression ou en maniaque c'est trop tard lui seulement pourra se sortir de son etat.soyez tout de même vigilent le bipolaire ne doit jamais se retrouver seul lors de phase maniaque et lorsqu'il est en depression l aider doucement a en sortir en parlant avec lui de ce qu'il ressent et aiguillé le sur des choses possitifs, ce qu'il aime dans la vie ce qu'il pourrait faire dans le futur... .bon courage à vous, la vie avec un bipolaire n est pas un cauchemerd.

Benzeroth- 15 mars 2011 à 14:47
Cet avis est super dangereux. IL NE FAUT PAS ARRETER LE TRAITEMENT sauf sur avis d'un psychiatre pour prendre un autre traitement. La 1ère réponse (de Gégé) est parfaitement en ligne avec les préconisations des médecins. Je vis avec une personne atteinte qui suit parfaitement son traitement et qui mène une vie tout à fait normale avec de longues périodes sans évènement maniaque (5, 10 ans). L'arrêt du traitement entraîne un fort risque de récidive d'autant plus dangereux qu'il n'intervient pas immédiatement. Sans traitement, les médecins considèrent qu'une personne atteinte de trouble bipolaire présente un risque élevé de suicide en phase aigue. Une vie saine, avec exercice physique et évitant le stress constitue un contexte favorable et renforce l'efficacité du traitement MAIS NE LE REMPLACE PAS.
L'avis de coeurcoeur est particulièrement dangereux. Si vous êtes bipolaire soignez-vous les traitements sont très efficaces malgré quelques effets secondaire et amélioreront considérablement votre vie personnelle et sociale et celle de vos proches. Bon courage !
Publi-information
Réponse
+4
moins plus
Bonjour,
je suis moi-même bipolaire. J'ai été diagnostiqué il y a 2 ans (à 36 ans). Je suis en couple depuis 17 ans avec ma copine, une femme merveilleuse.

Elle ne l'a pas eu facile ! J'étais tantôt gentleman, séducteur, débordant de vie, créatif, doté d'une confiance inébranlable en mes moyens (à la limite arrogant ; le roi du monde !), pour ensuite tomber dans des périodes creuses ou j'étais un moins que rien, facilement irritable, colérique, impatient et surtout désabusé (anticiper lucidement mais négativement tous les évènement de la vie).

C'est une profonde dépression qui a tout changé. J'ai eu peur. Pour la première fois de ma vie je savais que je n'arriverais pas à prendre le dessus par moi-même.
J'ai consulté un psychiatre qui m'a diagnostiqué bipolaire. Je suis sous médication depuis (Épival, lithium). Quel changement ! Fini les colères excessives et l'esprit de contradiction. À mon grand soulagement, mon côté créatif et ma bonne humeur sont restés !

La recette : ne pas déroger de la médication, c'est impératif (prendre du lithium au besoin : ça ne fonctionne pas ! et ton copain le sait très bien).
Rester raisonnable avec l'alcool et le café. Dormir avec régularité.- Suite à une bonne cuite un samedi soir, mon humeur est à ch"/$ pendant plusieurs jours! (à tout coup) -

Ma visite chez le psy a probablement sauvé notre couple. Nous sommes beaucoup plus heureux maintenant. C'est un nouveau départ.

Nous sommes tous responsables de notre sort. On peut faire le choix de refuser un traitement alors que notre problème est connu. Il faut alors accepter les conséquences, comme le fait que notre conjoint (e) puisse ne pas vouloir subir ce choix. C'est ça agir en adulte responsable.

Si j'arrête la médication et je redeviens l'homme que j'étais, je sais que ma copine me quitte. Ça devenait insupportable pour elle. Je maintiens la médication pour moi d'abord. Si je me sens bien, je peux être bien avec les autres.

Désolé pour le texte interminable !

begonie 46811Messages postés mardi 13 avril 2010Date d'inscription ContributeurStatut 5 septembre 2015 Dernière intervention - 24 nov. 2010 à 05:19
Bonjour ourspolaire.

Ton texte est utile et constructif.

" La recette : ne pas déroger de la médication "

" Nous sommes tous responsables de notre sort. "

Responsable, oui, dès qu'on sait ce qui se passe, qu'on comprend le comment on peut se soigner et continuer l'aide disponible en cas de besoin.

C'est ça. La rechute est le plus souvent du au fait d'arrêter la médication.

Comme tu l'as dit. Les moyens existent.

Bonne continuation. :)
sawsan- 25 nov. 2010 à 13:38
Bonjour ourspolaire,

pas besoin de t'excuser pour la longueur de ton texte...au contraire! Je retrouve Juan Carlos dans ta 1ere description....après avoir passé l'été dans une phase, selon lui hipomanique (selon moi tout à fait maniaque...mais peut etre est-ce moi qui ai paniqué) le voila plus ou moins en dépression...il prend des anti dépresseurs, mais par à coups...Il préfère s'orienter sur d'autres méthodes que cette médication lourde qu'est le lithium, et ceci en prenant une alimentation saine, pleine d'omegas , il va faire du yoga quasi tous les jours...Je dois avouer (meme si lui a l'opinion inverse) que je le préfère dans cette phase dépressive, car il est plus "prévisible", "controlable", que dans cette phase de mania qu'il a eu tout l'été et où je ne le reconnaissais plus...Mais je sais que cette phase reviendra, et je ne crois pas être capable de le supporter à nouveau...le voir passer des nuits sans dormir, 100 000idées à la mn, changer d'avis tout le temps, avoir des idées fantasques...mais voila, il n'a toujours pas été voir de médecin!
Depuis cet été j'ai pris un appartement seule...nous continuons à nous voir, mais je ne pouvais plus supporter cet homme qui n'était plus celui que j'aimais...il le redevient actuellement, mais pour combien de temps avant la prochaine phase? car sans traitement...
Bref, j'essaie de concilier mes sentiments pour lui, et mon "instinct de survie" car j'ai en effet fini par comprendre que meme avec toute la bonne volonté du monde, s'il ne veut pas se soigner, se prendre en main, je ne pourrais rien faire pour lui!

A vous tous,
je tenais à vous remercier, vraiment, pour vos témoignages...Vous ne pouvez pas vous imaginer le bien que cela m'a fait...Je me sentais, je me sens, un peu perdue, un peu seule, face à cela, mais grâce à vous, je le suis moins aujourd'hui!
Réponse
+3
moins plus
Bonjour,

J'ai été marié avec une bipolaire, et je comprends parfaitement le tracas qui est le tien aujourd'hui.

D'abord, le lithium est un 'régulateur d'humeur' qui, dans le cas de personnes bipolaires, doit être un traitement de fond (c'est-à-dire quotidien, et non pas à la demande). Son dosage est très précis et ne doit pas être modifié sans surveillance médicale.

Si on imagine que la personne bipolaire évolue suivant une courbe cyclique qi va de la dépression à l'euphorie, le lithium permet de lisser cette courbe et, souvent, de s'affranchir des épisodes extrêmes.

Le problème des personnes bipolaires est que, souvent, elles ne se considèrent comme malades que lors des phases dépressives, et ont le sentiment d'être dans leur état normal lors des phases euphoriques.

Le lithium, pris régulièrement, peut empêcher le déclenchement d'une phase extrême (dépression ou euphorie), mais n'a que peu d'influence lorsque cette phase est engagée.

Je comprend tout à fait ce que tu ressens lorsque tu évoques que c'est une autre personne devant toi, et non celle que tu as connue et aimée.

Ce qu'il faut te dire, c'est qu'il est malade et que, si tu l'aimes, tu dois l'accompagner dans sa maladie. Bien sûr, la contrepartie de ton soutien est qu'il soigne sérieusement sa maladie. sans quoi tu ne feras que subir (comme lui d'ailleurs), les cycles de sa maladie.

Son psychiatre est à même de lui prescrire le régulateur d'humeur qui convient, aux dosages qui conviennent.

Concernant le lithium, lorsqu'il est correctement dosé, il ne détruit pas l'organisme. Par contre, il peut entraîner une certaine 'neutralité' des émotion qui peut donner l'impression que la vie manque de relief. A toi de lui démontrer que la vie est belle et amusante.

Mais, si je peux te donner un conseil, ne t'engage pas avec une personne bipolaire qui ne veut pas se soigner correctement. Cette maladie est aussi rude pour le malade que pour l'entourage et, du moment qu'il existe des traitements permettant de vivre avec cette maladie, s'il prend la décision de se passer de ces traitements, il doit aussi prendre la décision d'en assumer seul les conséquences !

Gégé

GégéLAMBERT 624Messages postés lundi 21 juin 2010Date d'inscription 24 octobre 2014 Dernière intervention - 10 août 2010 à 22:25
Oui, c'est bien là le plus difficile à gérer pour l'entourage : les bipolaires, sans être schyzo, montrent des facettes si radicalement différentes et changeantes qu'on a parfois du mal à s'y retrouver.

Il est sûr que, sans traitement de fond, il va continuer à enchaîner des phases durant lesquelles tu n'auras pas en face de toi la personne que tu connais... A toi de voir si c'est une situation que tu te sens prête à vivre et assumer (parce que tu dois assumer pour lui lorsqu'il en est incapable) toute ta vie...

En tout cas, tu as d'ores et déjà l'avantage de la lucidité, et tu as les éléments pour décider.

Je te souhaite de prendre la décision qui fera de toi une femme heureuse.

Gégé
phil- 11 août 2010 à 10:28
Bonjour,
Entièrement d'accord avec Gégé, je dirais même « tu ne te soignes pas, je te quitte » bien sur lui n'est pour rien dans sa maladie mais il est responsable de se soigner si il veut pouvoir partager une vie normal avec toi il a des devoirs, il doit être difficile de dire ces mots là a celui que l'on aime mais si indispensable pourtant. Je pense aussi que l'on ne sauve personne que soit même et que de s'avoir ce que l'on ne veut pas ou plus est une des clés du bonheur.
bon courage Phil
Fleur bleue- 18 août 2011 à 02:00
coucou,
je pense que si tu veux le soutenir il serait indispensable qu'il consulte son psychiatre,afin de se stabiliser.Malheureusement,s'il a débuté une phase "haute" et que tu ne le reconnais "déjà"plus,tu va t'épuiser à vouloir l'aider....
Je suis moi-même atteinte de bipolarité(diagnostiquée il y a 10ans,et traitée),et je ne peux que t'encourager à téléphoner toi-même directement au médecin,il ne le fera pas de son plein gré....Courage!!!Dispo pour discuter si besoin
Mimi- 25 oct. 2011 à 17:15
Vous avez parfaitement raison
clairon- 1 nov. 2011 à 18:41
c'est vrais !! lisez aussi un livvre du docteur GAY psy et medaille d'argent ( vivre avec des hauts et des bas ) 5a6 euros le commender meme sur internet ou librairie il dit bien les choses/ ce PSY fait meme des emissions a allo docteur sur la 5 /de la part d'une maman d'un fils de 36 ans lui aussi bipolaire / il faut prendre le traitement tous les jours et se faire suivre permanent par le PSY ou son medecin traitant apres avoir consulter un PSY en esperant avoir donner une lumiere a ceux qui en on besoin ne pas lacher surtout le traitement car c'est lui qui remets la personne comme avant !!!!
Réponse
+2
moins plus
Bonjour,

Je viens en tant qu'ex-femme de bipolaire. J'ai eu deux enfants avec lui. On est séparé depuis plus de 4 ans. Il a toujours des arrêts de traitement et repart systématiquement en phase maniaque pour complètement dégringolé derrière. Avec lui, j'ai abandonné, car même séparé j'ai essaye de l'aider. Il a refait dernièrement une phase maniaque et comme d'habitude mes filles ont trinqué ( A chaque fois, il vient faire le bordel à l'école de mes filles et chez moi et dit qu'il ne veut plus les voir et qu'elles ne sont pas ses filles mais les mienne). Ma grande a 10 ans et ne veut plus aller chez son père, elle en a peur (son père l'a déjà frappé en phase maniaque, ce qui explique en grande partie notre séparation). Elle lui en veut d'avoir arrêté son traitement, d'avoir repris des stupéfiants, de ne pas avoir tenu sa promesse ,qu'il lui a déjà fais pleins de fois. Mais cette fois ci, même la plus petite a réagi différemment.
A l'heure d'aujourd'hui, il trinque que sa fille est peur de lui, que ses deux filles lui font des reproche....
Mais , moi cette fois-ci , j'ai dit assez, elles sont le droit d'être en colère. Marre de ramasser mes filles en pleure (ou absente, ou en train de se mutiler). Avant je les forçait à aller chez leur père...Mais ma petite me disait que sa grande soeur pleurait toute la nuit....
on peut le forcer à prendre son traitement, alors je ne forcerais plus mes enfants non plus.

Je ne regrette pas de l'avoir quitter car mes filles se sentent mieux à l'heure d'aujourd'hui. Je tiens à préciser qu'elles le voient assez souvent ( mais ne veulent plus aller chez lui, rester seules avec lui), soit chez moi, soit chez leur grand-mère...mais jamais toutes seules.

Pour Réconforter, GOGO, il va revenir, ils reviennent toujours, une fois qu'ils ont redescendu...Et surtout courage car il va t'en falloir....Moi, je n'ai pas réussi, et surtout pas devant le désarrois de mes enfants

Réponse
+1
moins plus
salut , l on ma diagnostiquer bipolaire , il y a plus de 10 ans et j ai 38 ans , et mon psy qui me suis me prescrit de l ABYLIFY et DEPAKOTE et j arrive a tenir le coup .je fais beaucoup de velo car le sport est excellent pour cette maladie. d'autre pars je suis musiciens et ecrivains amateur et je deviens dingue si je ne peu créer ou si je n'est pas d'idées !!! c 'est rares !! car je peu me reveiller la nuit pour ecrire ou enregistrer une musique ! je ne cache plus ma maladie, et j ai une hygiene de vie ,plus d'alcool et stupefiants ,car c est cela qui m'a amener a cette maladie , avec des antecedant familial et traumatisme . bref j accepte ma maladie et je vie pour crée !!!

sawsan- 16 janv. 2011 à 11:57
Bonjour Eldge,


voilà je voulais savoir...tu dis avoir changé d'hygiène de vie suite à cette maladie.
L'as tu "fait" seul, je veux dire t'es tu rendu compte tout seul que cela était nécessaire? combien de temps t'a-t-il fallu?et cela a-t-il réellement eu un impact?
Merci
ELDGE- 17 janv. 2011 à 21:29
salut sawsan , si j ai changer c est qu il y a 2 ans ,a force de melanger alcool et medicament;mon foie n a pas supporter .il a fallut que je me dise que ma vie ne tenait qu a moi ,mais maintenant ,je suis suivis dans un CMP et ma psychologue vient d espacer nos entretien car petit a petit je reprends confiance grace a elle .comme je disais le sport est tres benefiques .il m auras fallus 1an et demi pour me retrouver et peu etre dans mon malheur(maladie du foie) il y a eu du bon;mes amis sont tres heureux de me voir maintenant et puis j ai maigris (suite a la prise de poids du au medicament).parfois je tombe dans la deppression mais cela ne dure pas comme avant;car je me force a faire du velo ; j aime aller a la campagne me ressourcer .en fait j essai d apprecier les petites choses de la vie au quotidien , et puis j avais un chat 'qui a disparu maintenant mais sa presence m apaiser et elle sentait venir mes periodes deppressives et ce coucher sur moi et pouvais rester avec moi toute la journée .tout ce que je peu dire c est que cela a etait un grand parcours pour m en sortir,certe parfois la maladie me rattrape mais maintenant je sais y faire face et je l apprivoise .
gogo- 8 avril 2011 à 11:03
bonjour,
je me permets de venir sur votre discussion qui est très interessante!
pour ma part, je suis restée avec mon ami qui est bipolaire pendant un an. tout se passait tres bien jusqu'a ce qu'il rentre en phase de manie et il n'est plus gerable. je ne le reconnais pas. c'est tres dur, il ne jure que par ses amis, j'ai l'impression qu'il est insensible, centré sur sa personne et qu'il ne voit pas la souffrance que je peux avoir. m'etant pas mal renseignée sur les symptômes et la maniere dont un bipolaire peut passer ce cap, je sais que ce n'est pas de sa faute, mais cela reste dur a affronter.
en debut de semaine, il m'a quitté. je suis desemparée, il dit vouloir etre celibataire. je sens qu'il va mal, je ne sais plus quoi pensé et faire. je vais rester a ses côtés tout en le laissant se retrouver lui meme. Il est en pleine descente, je ne sais pas s'il reviendra vers moi car aujourd'hui il n'est pas question de se remettre avec moi. je patiente, je ne vois que ca a faire. j'aimerai l'aider, il le merite tant, mais comment...
merci de votre ecoute...
Réponse
+1
moins plus
Bonjour à tous je suis aussi Bipo plus borderline et vous ai tous lus attentivement. Moi j'ai 52 ans et presque plus de phases maniaques, comme quoi le tableau clinique peut évoluer avec le temps, mais bon chez moi il a fallu trente ans. Je n'ai plus que des moments d'hypomanie, par contre les épisodes dépressifs sont de plus en plus longs et de plus en plus graves, j'ai dû être hospitalisé deux fois l'année dernière. Mais je dois vous dire que je prends tous les jours mon traitement, dont de l'abilify et de la lamotrigine qui est un puissant stabilisateur. Et le besoin qu'ont les bipolaires d'arrêter parfois leur traitement fait partie intégrante de leur maladie, si bien que je pense qu'on ne saurait le leur reprocher mais tout au plus les comprendre en essayant de les remettre sur les rails. Voilà, j'espère ne pas avoir trop dit de bêtises salut à toutes et tous

Ce document intitulé « lithium obligatoire pour un bipolaire » issu de Journal des Femmes (avec Sante-Medecine) (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.