Le coeur est l'organe le plus important du corps pour plus de deux tiers des Français

RelaxNews - mercredi 14 octobre 2009 - 12:05

Le coeur est l'organe le plus important du corps pour plus de deux tiers des Français


- 69% des Français estiment que le coeur est l'organe le plus important du corps humain, selon un sondage réalisé par l'institut Ifop pour la Fédération français de cradiologie (FFC), et rendu public le 14 octobre. Le deuxième organe le plus important du corps humain serait le cerveau, cité par 25% d'entre eux. 92% des Français pensent que la recherche en cardiologie est un enjeu prioritaire de santé publique.

Les femmes évoquent plus souvent que les hommes le coeur comme organe le plus important du corps humain (76% contre 63%). Par ailleurs, les personnes âgées de 65 ans et plus sont 75% à mentionner le coeur comme organe le plus important du corps humain.

Concernant la plus grande avancée de la recherche en cardiologie, les Français citent avant tout la transplantation cardiaque (37%). 23% évoquent la mise au point d'un coeur artificiel, qui devance de peu l'intervention à coeur ouvert (18%).

D'autres techniques, moins connues du grand public, sont moins souvent citées : 11% des personnes interrogées considèrent que la greffe des cellules musculaires dans le myocarde est l'avancée la plus grande.

5% évoquent la coronographie et 4% l'implantation d'un stimulateur cardiaque, des techniques qui sont pourtant très répandues.

29% des Français estiment que les dysfonctionnements du coeur sont la première cause de mortalité. 50% pensent que le cancer est la première cause de mortalité en France.

Cependant, la Fédération française de cardiologie rappelle que l'écart entre la mortalité entraînée par les cancers et par les maladies liées au coeur est beaucoup moins important dans la réalité.

Le cancer est responsable de 30% de la mortalité en France, tandis que les maladies cardio-vasculaires sont responsables de 29% de la mortalité.

Les perceptions sur ce point différent selon les générations : 41% des 18 à 24 ans estiment que les accidents sont la première cause de mortalité en France.

Par ailleurs, 92% des Français estiment que la recherche en cardiologie est un enjeu de santé publique. Une personne sur deux est "tout à fait" convaincue de cet enjeu de la recherche en cardiologie.

35% des 18-24 ans est "tout à fait" d'accord pour affirmer que la recherche en cardiologie est un enjeu prioritaire, tandis que 60% des 65 ans et plus le pensent.

Cette enquête Ifop a été réalisée du 27 au 28 août par téléphone au domicile des personnes interrogées, auprès d'un échantillon de 963 personnes, représentatif de la population française.


Publi-information