Mieux vaut se laver les mains après avoir touché un chien

CommentCaMarche - jeudi 29 janvier 2009 - 17:30


- Ne pas se laver les mains après avoir touché un chien peut entraîner le développement de la bactérie
Escherichia coli (E. coli), susceptible de provoquer des gastro-entérites, infections urinaires, méningites, ou septicémies chez l'être humain. C'est ce que révèle une étude publiée le Journal Américain de la Recherche Vétérinaire.

Plus de la moitié des personnes qui ont un chien partagent leur lit avec leur animal et le laissent leur lécher le visage. Ces habitudes n'augmentent pas le risque de partager les souches de la bactérie E. Coli. En revanche, les gens qui ne se lavent pas les mains après avoir touché un chien sont davantage menacés, d'après une étude réalisée par le Dr. Kate Stenske, maître assistant clinique au Collège de la Médecine Vétérinaire à l'Université de l'Etat de Kansas.

La bactérie E. coli est localisée dans le système gastro-intestinal des humains et des chiens, et d'ordinaire "ne provoque pas de problèmes. Mais elle peut acquérir des gènes qui la rendent résistante aux antibiotiques."

Les avantages physiques et psychologiques liés à la possession d'un animal de compagnie sont bien connus. "Pourtant, les maladies peuvent être partagées entre les gens et les chiens, et parmi les maladies naissantes, environ 75% sont zoonotiques (transmissibles entre les êtres humains et d'autres animaux)", explique le DR. Stenske.

Les analyses montrent que 10% des paires (un humain et un chien) présentent les mêmes souches de la bactérie E. coli. De plus, la bactérie est plus résistante aux antibiotiques communs que prévu, mais les humains présentent plus de souches résistantes à plusieurs médicaments que leur chien.

"Les chiens sont alors moins susceptibles de propager la bactérie E. coli résistante aux hommes, mais ils peuvent la transmettre aux chiens. C'est évident que les antibiotiques affectent vraiment la bactérie dans le système gastro-intestinal, et il faut les prendre seulement quand c'est impératif, et suivre le traitement jusqu'à la fin".


Publi-information