Les symptômes d'une congestion cérébrale sont mal connus

CommentCaMarche le jeudi 27 novembre 2008 à 15:15:00

Les symptômes d'une congestion cérébrale sont mal connus


- La majorité de patients qui ont une congestion cérébrale n'en sont pas conscients - et par conséquent, ils attendent pour se faire soigner jusqu'à ce que leur condition se détériore. C'est ce que révèle une étude réalisée par des chercheurs du Mayo Cinic, aux Etats-Unis, et publiée dans le Emergency Medecine Journal.

L'étude a porté sur 400 patients traités dans la salle d'urgence au Mayo Clinic, soit d'une congestion cérébrale ischémique aiguë, soit d'une attaque ischémique transitoire (une interruption temporaire de la circulation du sang au cerveau). Seuls 42% croyaient qu'ils étaient en train d'avoir une congestion cérébrale, et la plupart ne se sont même pas dirigés à la salle d'urgence. Le temps médian entre le début des symptômes et l'arrivée à l'hôpital était de plus de trois heures et demie.

La plupart de patients interrogés croyaient que les symptômes partiraient. Presque 20% pensaient qu'une congestion cérébrale commence toujours lentement, et un peu plus de la moitié des patients ont dit que se rendre dans un établissement de soins médicaux était d'une haute importance.

L'auteure principale de l'étude et spécialiste de la médicine d'urgence, Latha Stead, explique : "Quand il s'agit d'une congestion cérébrale, le temps et crucial. Plus tôt un patient arrive à l'hôpital, plus probablement on peut limiter la congestion cérébrale et maîtriser la maladie, afin d'empêcher plus de dommages corporels et d'améliorer le rétablissement."

Les congestions cérébrales peuvent se dérouler très vite, ou durer plusieurs heures pendant lesquelles la condition se détériore. Le thrombus ou le caillot sanguin, qui cause la congestion, peut fréquemment se dissoudre et alors permet la circulation au cerveau de nouveau. Dans ce cas-là, les soins immédiats font la différence entre de faibles dommages corporels et une grosse infirmité : les médecins ont recours aux endoprothèses vasculaires, qui empêchent une congestion de s'étendre et de limiter les dommages corporels.

Les symptômes de la congestion cérébrale sont : l'engourdissement, la faiblesse ou la paralysie du visage, du bras ou de la jambe - d'habitude d'un côté du corps; une difficulté soudaine à parler ou à comprendre la parole
- La vue tout à coup troublée, double ou diminuée, une sensation soudaine de vertiges, une perte de l'équilibre ou de coordination; un mal de tête sévère et soudain, ou atypique, qui peut avoir lieu en même temps avec le torticolis, la douleur au visage ou entre les yeux, le vomissement ou la connaissance altérée; et, la confusion, ou des problèmes de la mémoire, de l'orientation spatiale ou de la perception.

Dans ces cas, une congestion cérébrale ne donne pas d'avertissement. Pourtant, une attaque ischémique transitoire peut avertir d'une congestion imminente. Les symptômes sont les mêmes qu'une congestion cérébrale, mais ils durent pour une période plus courte - plusieurs minutes à une heure - et après ils disparaissent, apparemment sans effets permanents. Les symptômes entre l'une et l'autre peuvent différer, mais toutes ces attaques indiquent un risque grave d'une congestion cérébrale imminent.


Publi-information