Syndrome de Reynaud [Fermé]

Nanou - 4 déc. 2017 à 16:25 - Dernière réponse : Andy31200 41072 Messages postés mardi 1 octobre 2013Date d'inscriptionModérateurStatut 13 décembre 2017 Dernière intervention
- 4 déc. 2017 à 19:24
Bonjour,
Après avoir lu tout vos messages j'ai également le syndrome de Renault. Votre médecin généraliste ne vous a pas prescrit des chaussettes de contention? Celles-Ci aident énormément et je peux vous garantir que vous aurez une meilleure circulation du sang vous n'aurez plus les extrémités de gelées ne d'engourdissement ni de fourmillements.
J'ai cette maladie de Renaud depuis mon plus jeune âge et j'ai énormément souffert arrivé l'hiver.
Depuis que je porte les chaussettes de contention autonne hiver et printemps je ne souffre plus.
Au plus vous les porterez et au moiniveau vous aurez ce syndrome
Afficher la suite 

3 réponses

Andy31200 41072 Messages postés mardi 1 octobre 2013Date d'inscriptionModérateurStatut 13 décembre 2017 Dernière intervention - 4 déc. 2017 à 16:32
+1
Utile
Bonjour,
Ne pas créer de nouvelle discussion en cliquant sur le bouton vert comme tu viens de le faire
Répondre à la discussion en question en cliquant sur le bouton bleu " Répondre " car là , on ne sais pas à qui tu t'adresse
Reste donc sur la discussion initiale

Publi-information
0
Utile
Cela arrive de se tromper! pour ta remarque "j'appelle ça un chat un chat" ce n'était franchement pas nécessaire!
Publi-information
Andy31200 41072 Messages postés mardi 1 octobre 2013Date d'inscriptionModérateurStatut 13 décembre 2017 Dernière intervention - 4 déc. 2017 à 19:24
0
Utile
Ce n'étais absolument pas une remarque à votre intention , inutile donc de me mettre un - un ma réponse était courtoise et utile
Explications :
Chaque membre peut apposer une signature ( devise, proverbe etc...) qui apparaît en grisé et en italique à la fin de ses messages .
J'appelle un chat un chat ( expression française de Boileau) à été cité par Sigmund Freud dans un de ses ouvrages en allemand et en Français dans le texte, faisant référence à ceci :

"Je ne puis rien nommer, si ce n’est par son nom. J’appelle un chat un chat, et Rollet un fripon."
(ce Rollet était un procureur véreux)
Nicolas Boileau, Première Satire, 1666

Au XVIIIe siècle, on nommait « chat » le sexe féminin en argot, plus précisément la toison pubienne, en jouant sur l'ambiguïté du terme qui désigne l'animal de compagnie. Ce fut le poète Nicolas Boileau qui utilisa le premier l'expression dans une satire dénonçant l'hypocrisie de la société.
Publi-information