Signaler

Pensée suicidaire

Posez votre question Mrenovatio - Dernière réponse le 5 nov. 2017 à 15:26 par lekabilien
Bonjour,
Je m’apelle Mickael, je suis âgé de 29 ans. J’ai mis un petit moment avant d’écrire quelque chose. J’ai beaucoup de questions et de réponses sur ces forum . Je souffres d’une très grande dépression auquel je fais face auprès de professionnels. Mais rien n’y fait ce mal me ronge depuis des années et des années . Je me lève chaque matin avec cette boule le ventre qui me détruit le moral à petit feu, aujourd’hui j’en suis arrivé au bout. Je ne vais pas me plaindre de la vie que j’ai eu, aussi chaotique qu’elle soit. Chacun a son parcours, et je ne vais pas dire que le mien est pire qu’un autre. Aujourd’hui j’ai 29 ans et pour la première fois, j’ai de grandes pensées suicidaire et j’ai peur qu’un jour prochain je passe à l’acte. J’en ai marre de penser, de me torturer l’esprit, d’avoir mal. D’être prisonnier de ma vie, alors que j’ai tout pour être heureux. Je ne pense pas être fait pour cette vie, je me suis assez battu. Je suis assez tomber, assez relever, assez pleurer, j’en ai assez .. Pour la première fois de ma vie, je pense à la mort de très près. J’en ai peur, elle m’immobilise. C’est facile je sais de se donner l’heure de fin de notre être. J’ai tout fait, tout essayer mais rien y fait. Et je suis fatigué ..
Utile
+0
plus moins
Bonjour
Mickael
29 ans tu sembles avoir vécu toutes le misères du monde, pour schématiser ton histoire, mais peux-tu dire l'essentiel qui fait cette misère.
Tu es suivi par un psy depuis combien de temps ?, pour quel raison a la base, si tu le sais ?.
Tu es suivi mais ton mal-être continues. Est-ce que tout est dit a ton psy ou tu caches certaines chose ?, que fais-tu personnellement pour réussir a sortir la tête de l'eau. Un suivi ne suffit pas si on ne de bat pas vigoureusement pour que la thérapie apporte, c'est lié et indissociable. Si tu attends tout de ton psy tu continueras a couler a pic.
Tu vies seul ? Tu bosses ?
Publi-information
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Cela fait maintenant 10 ans que je suis suivi, à la base j'y étais aller pour la perte de mon premier amour lors d'un accident de voiture. J'ai fait un travail de fond qui m'a permis de faire mon deuil d'une certaine manière. Puis et arrivé le sentiment d'abandon que j'ai ressenti étant jeune car je suis un enfant de la DDASS. Un mal qui me ronge bien évidemment depuis toujours, je suis un dépendant affectif et de plus un dépendant sexuel. J'ai appris à gérer ma dépendance sexuelle avec les années mais l'affectif est un plus gros travail auquel je me bats chaque jour de ma vie. Je ne cache rien à ma psy, j'ai besoin de me livrer entièrement pour être aider au mieux.
Je suis aussi photographe à côté, et sinon je gagne ma en étant travaillant pour le ministère de la justice. Je vis seul depuis 2 ans maintenant car j'ai divorcé.
Publi-information
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Des traumatismes importants évidemment mais rien n'est insurmontable.
De l'amour, affection on en a tous besoin, hommes, femmes, nous sommes logé a la même enseigne. Ce qui diffère d'un humain a un autre c'est sa capacité de reaction, a savoir se faire une raison et avancer, a relativiser le malheur pour que cela devienne peu a peu de douleur intense a mauvais souvenir et enfin un souvenir de notre vie, une histoire de passée.
Tu as manqué d'affection et tu es en recherche éperdument d'affection. Il faut te mettre dans de bonne condition, accepter ton passer pour pouvoir n'en faire qu'une"anecdote", le mot que j'ai ecrit, n'attache pas d'importance a sa valeur par rapport a ton vécu, mais prends le dans le sens d'une histoire dans une vie entière qui pour toi est encore longue.
Tu as été marié ensuite et divorcé, peut-être que tu n'étais et toujours pas "un bon vivant" du a tes malheurs passé. Si tu continues a vivre dans ton passé, aucune ne restera avec toi. Une femme pleurera un peu avec toi car elle t'aime mais ne pleurera pas toute sa vie, mets toi a sa place.
Tu parles de dépendance sexuelle que tu as réussi a dominé grave, avec ton psy, mais tu y est aussi pour beaucoups, alors pourquoi ne avoir réussi a tirer un trait sur ton passé et voir uniquement devant ?
Je ne comprends pas très bien cette dépendance dont tu parles, que tu as réussi a dominer, maitriser, mais si tu en parles aussi c'est que cela n'est pas si évident que ce que tu en dis, tu en souffres aussi
Pour avancer tu es suivi c'est très bien, mais cela ne fait pas une vie, un bonheur qui fera relativiser, oublier le passé. Tu dois avoir un, des objectifs, et pour les atteindre, c'est un combat qu'il faut gagner, une montagne dont il faut arriver au sommet, et pour cela il faut accepter la souffrance, la difficulté qu'il faut pour gagner et se faire une place parmi les gens heureux, rien ne vient seul, et pour toi, il faut changer ta vision des choses, ton attitude probablement pour accrocher "la vie", savoir vivre et donner de l'espoir a une femme, pour une femme. Je pense qu'une femme ré-équilibrera ta vie, mais il faut d'abord que tu fasses un travail sur toi pour ne plus vivre dans le passé.
Ce que tu n'as pas eu tu peux le donner a tes enfants éventuels, bien sur a ta femme également, et cela bien sur il faut quelques années devant toi, sera la meilleure affection que tu pourras ressentir en regardant dans les enfants, en lisant l'amour qu'il te rendent.
Il faut que tu sois déterminer a vouloir réussir, alors tes objectifs seront tellement fort que ton parcours deviendra plus facile a traverser.
Un travail sérieux avec ton psy ce qui semble ton cas, a toi de fournir de ta personne ce qui manque pour avoir une vie comme tout le monde seulement avec les peines et surtout les joies de tout un chacun.
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Publi-information