Signaler

IVG médicamenteuse, mon expérience [Fermé]

Posez votre question Essy39 1Messages postés jeudi 10 août 2017Date d'inscription 10 août 2017 Dernière intervention - Dernière réponse le 10 août 2017 à 22:16 par joraline
Bonjour,

C'est la toute première fois que je poste sur un forum et je voulais vous faire part de mon expérience quant à l'ivg que je viens de subir, les craintes que j'avais et comment finalement cela s'est passé.

J'attendais l'arrivée de mes règles pour le 22 juillet, n'ayant jamais été réglé comme une horloge je ne me suis pas vraiment inquiété.
Le seul problème pour moi était certains symptômes qui m'étaient familier car il y a plus de deux ans je suis tombé enceinte de mon ancien compagnon qui s'est conclu par une fausse couche quelques jours après l'avoir sû, soit environ 5 semaines de grossesse.

Donc poitrine douloureuse et de plus en plus ferme, et comme des petites contractions aux niveaux des ovaires.

Le mercredi 26 au soir je vais illico chercher un test de grossesse au supermarché et le fait directement en rentrant chez moi.

Et là, je m'effondre...

Je savais très bien que mon conjoint n'accueillerai pas cette nouvelle avec bonheur, encore la veille il me disait qu'il voulait attendre au moins deux ans.
Et je le comprends, il a été seul pendant cinq ans, ça fait seulement neuf mois que nous sommes ensemble, il a envie de profiter d'une vie de couple.

Et ce n'était pas voulu, c'était une négligence sur le préservatif...
Mais moi c'est le rêve de ma vie d'avoir un enfant malgré mes 26 ans c'est une envie depuis des années.

Bref je lui envoie un message où il comprend tout de suite de quoi je veux parler.

Je m'effondre mais il réagi malgré tout très bien.
Il faut savoir que du début à la fin, il a été exemplaire avec moi, m'a accompagné à tout les rdv quand il était disponible.

De là, je panique. Les contractions me font penser à une grossesse extra utérine, je file au urgence.

A l'écho on ne voit rien, trop tôt.

Résultat prise de sang 228 de taux.

J'y retourne le samedi matin pour la deuxième prise de sang.

Après avoir poireauter cinq heures. Prise de sang à 1000.

Je dis à la sage femme que nous avons choisi de faire une ivg elle me dis d'appeler le planning familial.

Entre temps des doutes s'installe dans ma tête, je prend conscience de ce qui m'arrive et j'essaie par tout les moyens possible de le faire changer d'avis avec tout les arguments et toute la persuasion que je peux y mettre.

Rien n'y fait, je me sens coincé. Je ne me vois pas vivre sans lui et élevé un bébé toute seule.

Le lundi j'appelle le planning. On me fixe un rdv pour le premier médicaments le lundi suivant et je prend un rdv pour une échographie pour le vendredi.

Vendredi échographie

J'arrive au cabinet de radiologie où un médecin me prend en charge et me dis que d'après ce qu'il voit, soit la grossesse s'est déjà arrêté, soit elle ne s'est pas développé normalement.

Soulagement de ma part car d'un point de vu psychologique je me dis que ma décision sera moins dur à prendre.
Mais je veux quand même lui poser des questions car cela fait déjà deux fois que j'ai un problème sur une grossesse.
Là, il me répond sèchement que vu que je voulais faire une ivg je n'ai qu'à attendre une semaine de plus pour voir comment ça évolue.

Bref je comprends bien que le fais chier, mais mon angoisse s'apaise et je passe un week-end beaucoup plus serein.

Lundi matin

Je me rends au planning à 9h30, l'équipe est top et à l'écoute.
J'explique au médecin ce que m'as dis le laboratoire de radiologie et lui dis aussi que depuis deux jours je ne sens plus aucun symptômes de grossesse.
Il me dis d'aller faire une prise de sang pour être sûr et de rappeler en fin d'après midi pour voir comment se passe la suite en fonction des résultats.

Il me prescrit aussi le rhofilac du fait de mon rhésus négatif pour la prise du deuxième médicaments.
Je file au laboratoire faire la prise de sang et passe l'après midi à me promener avec mon chéri.

16h30 inquiète de ne pas avoir les résultats je rappelle la sage femme. Elle me dis qu'elle se renseigne et me rappelle.

Je part donc à la pharmacie commander le rhofilac. Et là elle me rappelle.

Mademoiselle votre taux n'a pas stagner ni diminuer il est passé à 25000 !!!!!!

Je ne réfléchi pas je remonte à l'appart embarque mon chéri avec moi et file au planning.
Je decend avant lui pour qu'il aille se garer, entre au planning et là le médecin me dis (c'est un blagueur)

Dites donc vous m'avez gruger vous ce matin ?

Là je m'effondre littéralement, on rentre dans le bureau, j'en peux plus j'etouffe je sort cinq minutes dehors je reviens. Je me calme.

La sage femme me fais signer le consentement me donne les cachets, je les prends sans réfléchir. On discute un peu, on rentre, éprouvé malgré tout.

Je retourne au travail le lendemain.

Les seuls désagréments du premier cachet sont que j'ai des nausées après mangé et un léger mal de tête.

Des premiers saignements surviennent à trois heure du matin

Mercredi 13h

Je me rend à la maternité pour la prise du deuxième cachet.
Mon copain n'a pas le droit de m'accompagner. Je passe trois heure dans une chambre ou c'est limite si j'ai le droit de me mettre sur le lit, soit je reste sur le fauteuil.

Je prend les deux derniers cachets que je laisse fondre sous la langue.

Niveau douleurs rien pendant deux heures mais au bout d'une heure et demi, je vais au toilette et sent quelques choses descendre. J'attends que le sens se dissout et voit quelques choses de blanc au fond du toilette puis des caillots et des filaments.

La sage femme est passer m'injecter le rofilac non sans mal du fait de mes petites veines.

Puis au bout de deux heures et demi des douleurs qui montent crescendo. Mais je veux rentrer à la maison je serait mieux.

Je gruge un peu la sage femme en lui disant que tout va bien que je serai mieux à la maison. Elle me laisse sortir

Mais là dans la voiture c'est autre chose. La douleur monte encore et encore.

A la maison je n'en peux plus je courts sous la douche et me met en boule et là bonheur tout s'arrête. Je me fais couler alors un bain ce qui atténue encore la douleur, mon chéri file acheter une bouillotte et avec les trois comprimé pris avant problème de douleur réglé jusqu'au moment où je vous parle.

A ce moment nous sommes le lendemain, je perd encore pas mal de sang, psychologiquement ça va plutôt pas mal.

Voilà si d'autres choses se passe d'ici là je n'hésiterai pas à vous le dire en commentaire
Afficher la suite 
Utile
+0
plus moins
Bonjour,


Votre souhait concerne plutôt l'instauration d'un "Chat" visant à confronter, sur la durée, vécu, expériences et sentiments divers entre plusieurs personnes directement concernées. Ce qui est tout à fait louable.
Mais, malheureusement, cela ne colle pas du tout avec le but du forum.
Publi-information

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Publi-information