Signaler

Perdu, je suis surement le problème, je crois

Posez votre question CeciEstUnPseudoEhOuais 1Messages postés dimanche 9 octobre 2016Date d'inscription 9 octobre 2016 Dernière intervention - Dernière réponse le 26 nov. 2016 à 09:08
Bonjour, Bonsoir,
Je me retrouve à écrire ceci car j'ai le besoin de savoir qu'au moins une personne lira et connaîtra mon malheur.
Je vais avoir 16 ans le mois prochain, et je suis ... Perdu. J'imagine.

Depuis que je suis gamine j'ai toujours un caractère très extraverti, qui m'aura valu d'être pas mal rejeté par les autres, mais j'avais tout de même quelque amie. Je me souviens avoir été suivie par une psy car je n'aimais pas l'école, mes souvenirs de cette époque ne sont pas parfaits mais je n'étaient pas heureux ou malheureux. J'étais juste impatiente de grandir, comme tous les enfants de primaire.
Arrivé au collège, je vivait un retour à la réalité brutal. Moi qui imaginait le collège comme un lieu génial, ce fut le pire de mes cauchemars après à peine 1 semaine de cours je voulais déjà retourner en primaire et ce fut ainsi que se déroula mon année de 6e.
Par la suite, mon année de 5e fut la meilleure année de ma vie. Jusqu'à présent ... J'imagine.

Le véritable problème arriva en 4e, j'étais blasé de tout, je n'avais plus envie d'aller en cours, je vais pourtant des bonnes notes, des amies (peu, mais tout de même) mais il était ennuyeux et n'aimez pas les mêmes choses que moi. Nous n'avions aucun point en commun, mais à part avec une seule amie qui m'aura abandonnée quelques semaines après la rentrée.
J'ai par la suite été "tabasser" dans un couloir du collège par une fille à qui je n'avais jamais adressé la parole, le genre de fille belle et sociale. J'imagine que je la déteste car je suis jalouse d'elle, alors que je ne la connais que de par les coups qu'elle m'a infligé.
À cause de cela, j'ai commencé à détester l'école et j'avais peur/honte d'y retourner. J'ai donc commencé à faire très régulièrement semblant d'être malade. Puis petit à petit à cause de mes absents plus personnes ne m'adresser la parole.
Les rares fois où j'allais en cours, chaque personne qui me parlait me filer la gerbe. J'avais des crises d'angoisse rien qu'à l'idée d'aller au collège.
Un soir, j'ai donc annoncé à mes parents que plus jamais je n'irais en cours, sans leurs en donner les raisons. Ils ont très mal réagi et m'ont traité de fruit pourri du panier, de feignante qui terminera à la rue et j'en passe. Oh, et j'ai oublié de préciser, mais depuis ma rentrée au CP, selon mon père mon caractère avait changé j'étais devenu un "enfant roi" il a donc commencé à ABSOLUMENT tout le temps me rabaisser. J'ai donc grandi avec une estime de moi égale à 0, car je suis le déchet de la famille. Donc avec l'histoire "de ne plus aller en cours" cela n'a rien arrangé.
Je commençais à avoir de penser suicidaire, je l'ai dit à mes parents et encore une fois (et de la part des deux) j'ai eu le droit à des "tu fis du cinéma, tu fis d'aller mal car tu es une feignante qui ne veux pas aller à l'école".
Le médecin m'a diagnostiqué dépressif, m'a mis en arrêt et a conseillé un psy à mes parents. j'ai été voir la psy, elle était trop coûteuse pour mes parents, elle nous a donc redirigé vers une autre psy gratuite. Après plusieurs mois d'attente, nouveau rendez-vous psy. Ma mère est présente, je ne peux donc pas parler. Plusieurs mois passe ainsi, je termine par encore changer de psy avant d'avoir enfin des rendez-vous sans ma mère. Malheureusement, je n'ose pas parler au psy qui raconte tout à ma mère qui ensuite me fait du mal avec (eh oui, c'est arriver plusieurs fois avant que je me méfie de ma psy car ma mère m'a dit qu'elle lui répétait et que c'était pour cela qu'elle le savait).
Ah, et je vais vous raconter le coût de l'assistante social. Le collège l'envoie chez moi et mes parents racontés des mensonges, et détruise mes dires devant elle.
Exemple : quand j'ai dit que mon père me rabaisser constamment et j'ai cité deux/trois exemples, mes parents on répondit que ce n'était pas vrai que mon père n'avait jalé fait ça. Je me suis donc énervé et j'ai commencé à hurler et mes parents ont commencé à dire que j'étais un enfant tirant. Je commençais à y croire. Il me le dit tout le temps après tout.
Je ne suis donc à peine retourner en cours 1 semaine lors de mon année de 4e et ma psy me refusait la scolarisation à la maison.

Mon année de 3e ne fut pas vraiment mieux, je fus changé d'établissements ce qui me permis de retourner en cours un petit mois avant que la réalité me rattrape.
Par la suite j'ai réussi à obtenir par miracle mon brevet en ayant raté les cours de 4e et 3e. Je change de nouveau de psy.

J'entre donc en seconde, avec mes parents qui essayaient / devenais vraiment agréable. J'étais motivé, un avenir radieux s'ouvrait à moi.
De nouveau j'avais une vie sociale avec des nouveaux amis qui aimait les mêmes choses que moi, mes notes étaient excellentes (sauf en espagnol !). Je retrouvais gout à la vie. J’arrête les psys, c'est trop couteau pour mes parents.
Mais suite à son embauche en novembre mon père redevenait désagréable et insupportable. Ça hurlait constamment dans la maison, j'ai donc demandé à ma mère de dire à mon père de se calmer que cela me provoquer des crises d'angoisse. Février, toujours aucune amélioration, je craque. Je recommence à aller vraiment mal, je recommence à avoir peur d'aller en cours. Pourquoi ?????
Je deviens donc incapable d'y retourner pour le reste de l'année.

Je rentre donc en 1er S, là en septembre. J'aller mal, je déteste mon père, ma mère est constamment agressive car "je m'occupe de tout ici, je suis la seule qui branle quelque chose". Ma classe : Indifférente
Mes profs : Indifférente
Mon emploie du temps ... Je m'en fous aussi.
Je n'ai pas envie d'aller en cours, mais j'y vais. Je n'ai pas envie de bosser, donc je bosse pas. J'ai plus envie de faire d'effort avec mes parents, j'en fais plus.
Puis, mes notes dégringolent, je me mets donc à bosser en me disant que je ne dois pas gâcher mon avenir pour eux. Mes notes chutent encore plus, plus je bosse plus mes notes sont mauvaises.
Mes parents sont de plus en plus sur les nerfs.
J'ai l'impression de ne pas être à la hauteur pour la 1er, j'ai l'impression de ne pas être fait pour mes parents. Je ne vais plus en cours depuis 1 semaine.
Je crois que je ne les aimes pas, et c'est réciproque. Je sais pas quoi faire.
Je suis le problème, je pense à me suicider. L'idée même de me libérer de mes chaines me soulage mais ... Je me libérerais de mes chaines à 18 ans, je quitterais enfin mes parents. Je dois tenir bon encore deux ans mais comment faire. Je demande d'aller voir un psy depuis août et ma mère n'arrête pas de me faire tourner en rond. Ils m'ont puni de faire les seuls choses que j'aime car je ne vais pas en cours. Il ne cesse de mes dires des choses blessantes. Ils n'ont jamais cherché à me réconforter alors que depuis la 3e je n'arrête pas d'essayer de leurs expliquer mon problème avec eux et l'école. Ils le savent mais ne font aucun effort, pourtant il me dise que je suis la seule à ne pas en faire . Je ne comprends plus rien, je veux aller en cours mais j'ai peur des notes, de l'échec, je suis nul je ne comprends rien là-bas. J'ai peur d'y aller, je veux pas, y a des gens qui m'ont fait du mal là-bas. Je veux pas y aller, personne ne me rassure, je n'ai personne à qui parler. Je suis seule, mes parents ne m'aiment pas.J'ai peur, je sais pas quoi faire, je veux de l'aide, je crois, je ne sais pas. Je veux juste que tout ça se termine, pourquoi je peux pas être ""normal"" avoir une vie ""normal"". Ça doit venir de moi, je le sais car mon frère s'entend bien avec mes parents. Mon père le rabaisse un peu des fois aussi, j'ai mal pour lui. D'ailleurs mon frère à déjà rater beaucoup de cours l'an dernier et l'année d'avant. C'est de ma faute, je crois. Tout est de ma faute. J'ai l'impression que ma mère se venge sur moi de ce que mon père lui fait subir, quand je lui demande pourquoi elle est agressive avec moi sans raison elle dit souvent que c'est car mon père lui prend la tête. Mais elle me dit que je lui ressemble parfois, je veux pas, ça me file la gerbe. Mais je dois pas en vouloir à mon père car il ne fait que reproduire ce que lui faisait vivre sa mère, enfin selon ma mère, alors je n'en sais rien. Je lui en veux, il n'aurait jamais dû avoir d'enfant.
Je sais pas quoi faire, je veux retrouver mes amies, mes bonnes notes, l'école et des parents. Que dois-je faire ? Que dois-je dire ? Ils embobinent tous les adultes à qui j'appelle à l'aide, et si le problème c'était moi. Je sais pas, je sais plus, j'ai envie de me mutiler comme auparavant, j'écris mais ça ne mène à rien. Je ne vois presque pas mon clavier, ce texte doit être incohérents et pleins de fautes, j'écris sous le coup de l'impulsion, ce qui prouve que je fais tout cela pour un rien. Juste car je suis stupide et que je cherche à être rassurer.
À l'aide.
Afficher la suite 
Utile
+0
moins plus
Bonjour.

Tu as donc 16 ans si mon compte est bon ...

Tu ne le sais peut-être pas mais tu peux rencontrer un(e) psy (médecin-psychiatre ou pédopsychiatre ou psychologue dans une MDA (Maison des Adolescents) où tu pourras discuter sans en parler à tes parents. Tu peux donc prendre un rendez-vous, toi-même, directement.

En tenant compte de ton histoire de vie et ton état émotionnel actuellement, je te conseille vivement de prendre un rendez-vous sans tarder.

Voilà un lien vers l'information et les adresses des MDA
en France :

http://www.anmda.fr/nc/les-mda/la-carte-de-france/

Les consultations y sont gratuites.

N'hésite donc pas de prendre contact.




Publi-information
Ajouter un commentaire
Utile
+0
moins plus
Tout ce que tu viens de raconter dans le plus long message que j'ai pu lire depuis la création de ce site il y a presque 9 ans montre que tu es en grande souffrance mais que tu as une excellente analyse des causes de ce mal être. Cela signifie que tu pourrais tout à fait avancer en te faisant suivre par un psy. Mais il faut deja que veuilles vraiment t'en sortir et ne pas ruminer sans cesse dans ton coin en y trouvant une certaine satisfaction. Essaye aussi de te plonger dans la lecture de livres pour essayer de t'evader. Il faudra du temps mais tu peux y arriver.. à toi de bouger.. ne traine pas..
En tout cas, félicitations pour avoir écrit ce texte, certe tres long, mais bien structuré et très lisible.. et crois moi on en a lu des textes catastrophiques depuis si longtemps..
Alors?
Publi-information
Ajouter un commentaire
Publi-information

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !