Signaler

Angoisse chronique, peur de devenir fou [Résolu/Fermé]

Posez votre question jolight 5Messages postés jeudi 17 mai 2012Date d'inscription 18 mai 2012 Dernière intervention - Dernière réponse le 23 nov. 2017 à 20:04 par Anedour
Bonjour,

Je m'appelle Jo et j'ai 26 ans.
Je vous écris pour faire part de ce que je vis actuellement et qui me fait extrêmement peur. Il y a 3 semaines environs, je me lève normalement avec mon copain. Lors du café, j'ai commencé à me sentir mal, ma tête était lourde, j'avais l'impression d'avoir un ventilateur dans le cerveau, mes jambes ce sont crispés. Une fois que je suis parti, dans la rue, j'ai commencé à avoir la tête qui tournais, ainsi qu'un mal être global. Lorsque je suis arrivé chez moi, j'avais vraiment l'impression de perdre la tête... J'avais chaud, mes idées allaient dans tous les sens, c'était comme ci j'allais exploser. Je n'arrivais plus à contrôler ce qui se passais à l'intérieur de moi. L'impression que j'allais mourir et perdre les pédales.

Le problème est que même 3 semaines après, je vis 24h sur 24 avec cette tension en moi. C'est comme ci j'étais tout le temps angoissé et mon seul répit est quand je dors (je m'aide d'ailleurs de l'alcool pour m'endormir, ce n'est pas bien je sais... Mais c'est le seul moyen de taire ces angoisses et de décompresser un peu...). Bref, je souffre vraiment... J'ai vraiment l'impression d'être enfermé dans un enfer qui m'empêche de vivre. J'ai toujours peur de perdre les pédales, de devenir fou, j'ai des vertiges, comme un poids dans la tête que je n'arrive pas à supprimer.

Etrangement, celà ne se voit pas de l'extérieur. Je continu de travailler, de voir mes amis et mon copain. C'est le chaos au fond de moi mais à l'extérieur je reste tout sourire. Si vous saviez comme je souffre! J'ai si peur... Je ne comprends vraiment pas d'ou viens cet état, j'ai vraiment l'impression d'en être l'esclave. Parfois, cet état disparait ou s'atténue (ce qui est très rare), et à ce moment là j'arrive à reprendre ma vie en main.

Bref, je ne sais pas ce que j'ai... Je suis allé chez mon toubib qui m'a prescrit de l'Efflexor et je prends du Lexomyl lorsque je sens que la situation est vraiment intenable. Je vais également commencer une psychothérapie le 1er juin. Je me bats tout les jours pour quelque chose qui me terrifie mais qui ne se voit pas de l'extérieur... Si vous saviez comme j'ai peur... Je souhaiterais tellement ravoir ma vie d'avant mes angoisses... :( J'ai constamment une enclume dans la tête qui m'angoisse ainsi que continuellement la bouche sèche, le ventre contracté... J'ai vraiment l'impression de perdre les pédales, alors que dans le fond je sais que j'ai encore toute ma tête.

J'ai toujours été quelqu'un d'hyper sensible, très carapacé, à fleur de peau mais battant aussi. Dans mon enfance j'ai vécu pas mal de choses difficile et peu de possibilité pour m'exprimer. Aujourd'hui, les gens me voient comme étant quelqu'un de sensible, gentil, doux, ampathique, rêveur, idéaliste...
Aujourd'hui, j'ai l'impression qu'a travers mes angoisses, c'est ma colère et mes sentiments jamais exprimés qui s'expriment... Comme si tous ce que j'avais refoulé pendant toutes mes années de vie me revenait en pleine tronche par le biais de ces symthômes... J'ai tellement peur d'exploser.

Aujourd'hui, je traverse vraiment l'enfer mais dans le fond je suis quand même fière de moi... Je me trouve courageux dans ce "combat"... Et j'espère que mon Phoenix renaîtra un jour de ces cendres et ténèbres qui m'entourent aujourd'hui...

J'aimerais juste recevoir de vous des messages d'espoirs, de douceur et d'ampathie pour m'aider dans ce chemin, car je me sens si seul... :,(

Merci d'avance...
Jo
Utile
+221
plus moins
Salut à tous,

Voilà un bout de temps que je suis atteinte d'un trouble panique avec autres phobies secondaires.
Effectivement, les premières bouffées d'angoisse sont très impressionnantes, l'impression de mort imminente, de devenir fou, que tout est irréel...

Pour Jo, j'aimerais te rassurer sur le fait que tu ne coures aucun danger physique ou mental. Bien que tu aies tous ces symptômes physiques, ils sont uniquement psychologiques, mais j'admets que c'est pas du tout agréable et qu'on en vient vite à faire une fixation là dessus !

Et évidemment tu ne deviens pas fou, une personne démente ne se rend pas compte de son état et ne se pose même pas la question.
Ce sont tes émotions qui sont en ébullition c'est à dire, le système neurologique involontaire. D'où l'impression de perdre le contrôle, de devenir fou...
A l'instar d'un dérèglement du système neurologique volontaire, qui est le cas des personnes démentes. Il n'y a aucun lien entre ces deux parties du système neurologique donc tu ne coures aucun risque de démence.

Quand tu dis que tu n'étais pas comme ca avant, c'est faux. Sauf, qu'à force d'encaisser des chocs émotionnels et autres évènements stressants, on fait exploser notre seuil de tolérance. C'est là que l'angoisse devient dominante et aveuglante.

C'est super de commencer une thérapie, c'est la solution la plus appropriée. Parce que l'angoisse vient de causes psychologiques enfouies. Et c'est par ce biais que tu pourras les découvrir et remédier à ton angoisse.
Essayes de ne pas focaliser sur tes angoisses, symptômes...et pose toi plusieurs questions, qu'est-ce qui m'angoisse ? A quoi je dois remédier ? Sur quels points de ma vie je dois agir ? Et là tu verras déjà plus clair et tu seras moins assailli par l'angoisse.

Ton psy te prescrira sûrement un antidépresseur, c'est très efficace pour les troubles anxieux. Ça te permet de ressentir à nouveau des émotions normales et non exacerbées. Ça met un certain temps pour ressentir les premiers effets (1 mois pour moi) et il y a des effets indésirables au début (nausées, vertiges, attaques de panique plus violentes...) mais il faut persévérer et laisser le corps s'adapter à la molécule. Les antidépresseurs ne sont pas addictifs et c'est un vrai traitement de fond.

Cependant, je te conseille de laisser tomber Lexomyl. J'en prenais au début mais je me suis dit que ca ne servait à rien. Les anxios sont addictifs, et leur effet est temporaire, voire inexistant en cas de crise aiguë. Il faut augmenter les doses constamment pour que ca reste efficace. Une vrai merde...

Par contre, je reste sceptique concernant les TCC (Thérapies Cognitives et Comportementales) dont parle Malick, Je pense que ca ne résout pas le problème en profondeur. Ça apprend juste à connaître et gérer les symptômes, notamment dans les lieux publics. Sauf que ca tu l'apprendras tout seul avec le temps, pas besoin de dépenser des milles et des cents...

C'est vrai qu'on a tendance à dramatiser cet état anxieux. Mais c'est un signal de ton corps pour dire stop et qu'il y a un mal être psychologique à résoudre avant de pouvoir aller de l'avant. Et ca s'estompera avec le temps...Il faut être patient et courageux :)

Je te souhaite bonne chance et j'espère que mes petits conseils d'angoissée pourront t'aider !
Publi-information
zoobi- 9 sept. 2013 à 00:26
Desoler moi aussie jai se probleme dans ma tete ts et dans le desordre jai limpresssion de derailler joublie des chose je melange et confont plein de chose et toujours etre presser
begonie 79836Messages postés mardi 13 avril 2010Date d'inscription ModérateurStatut 23 novembre 2017 Dernière intervention - 9 sept. 2013 à 04:01
Bonjour zoobi.
Si tu as des préoccupations en lien avec la santé, ouvre ta propre question... Clique sur
" Posez votre question " en haut de la page, à droite (couleur verte) car cette question ici date déjà de 2012 et appartient à une autre personne et va se fermer.
A+
sacha- 10 juil. 2017 à 10:17
Il m'arrive exactement la même chose , vertige moin important sauf au soleil sifflement dans les oreilles , j'ai l'impression que je suis dans un rêve , des fois je comprend de loin...
Répondre
Takane- 14 sept. 2017 à 17:36
Merci ça m'a beaucoup aidé
Répondre
Utile
+6
plus moins
Salut,

Ton message me fait chaud au coeur. JE VIS EXACTEMENT LA MEME CHOSE.
Je ne veux pas te faire peur. J'ai 27 ans moi aussi et cela a commencé lors du début de mes études vers 20 ans avec un passé d'anorexique a 17 ans.. Angoisse sur angoisse par la suite. Il faut dire que mon adolescence a été difficile car j'ai eu un petit soucis avec mon grand frere a l'epoque qui nous a fait des frayeurs (drogue etc...) et qui sans doute m'a fait tres peur et j,ai du developper cela suite a ca.
En tout cas je suis passée par prozac, anxyolitique pdt des années puis rechute il y a 2 ans suite a un stresse (séparation, demenagement dans un autre pays etc...) et puis là... chute comme toi depuis ce temps... peur de perdre les pédales jee me sens schizophrene... je pense que je vais finir par faire n'importe quoi. POurquoi est ce que cela se passe?
c'est comme un court circuit dans notre tete n'est ce pas? Le stresse l'angoisse tourne en rond dans notre corps, atteint notre cerveau pour perturber nospensées et s'abat ensuite sur notre corps a nouveau pour degénérer notre coeur qui s'embale notre poumon qui s'afaisse... je sais ce que tu ressens. tu ne te sens pas toi, comme piegé dans un corps incontrolable presque... je sais et je ne sais pas comment faire moi non plus. reduire le niveau de strsse je pense... je suis allée voir un psychotherapeuthe l'année passé et commencé un TCC sur les TOC car j'ai de grosses pensées obsessives... mais j'ai dû arreter car je ne pouvais pas le payer (100$ la seance non rembourser) mais des personnes m'ont confirmer que cela fonctionne pour s'en sortir
Maintenant je te pose quelques questions.
Est ce que ta vie a pris un tournant recemment?
As tu eu des chocs plus jeunes6
Travails tu beaucoup, beaucoup?
Dors tu bien?

J'attends de tes nouvelles....
Publi-information
jolight 5Messages postés jeudi 17 mai 2012Date d'inscription 18 mai 2012 Dernière intervention - 18 mai 2012 à 09:55
Salut Malick,

Oui, apparement, nous vivons vraiment la même chose ! J'avais beau consulter des forums, je ne trouvais vraiment aucun témoignage qui se rapprochait le plus du tiens. Dans un sens, ça fait du bien de voir qu'on est pas les seuls dans cette bataille et dans cette souffrance. Tu as décris super bien les sympthomes...
L'impression que notre corps est sous contrôle, de ne pas être libre... D'être pris par une angoisse généralisé qui est le mélange de pleins de peur et qui nous fait peur de perdre les pédales. Et comme tu dis, c'est comme un court cuircuit dans notre tête. Je pense dans le fond que tout va bien, mais que celà résulte d'un conflit de notre inconscient. Je sais à quel point ça peut terrifier... C'est un vrai cauchemard.

Nous vivons ce que l'on peut appelé "l'angoisse généralisé". En général, une crise d'angoisse ne dure que peu de temps et les sympthomes sont en effet super violent. Pour nous, l'angoisse est constante d'ou la peur de perdre les pédales, la peur un jour de craquer à cause de cet état qui ne s'arrête jamais. C'est comme ci notre esprit était esclave de notre cerveau. Nous gardons nos capacités intellectuelle, nous gardons notre caractère, mais il y a quelque chose qui nous emprisonne et nous prive de vivre notre vie. Le pire, c'est que cette angoisse n'a pas de cible réelle, elle est incontrolable :(

Pour mieux comprendre le contexte, je vais un peu te partager ma vie...

Pour ce qui est de mon histoire, j'étais étant petit un enfant très joyeux, très sociable, bien dans sa peau. Mon père est parti du jour au lendemain de la maison lorsque j'avais 10 ans, ce qui a développé en moi un profond sentiment d'abandon. Je ne pouvais pas vraiment exprimer mes sentiments car ma mère se retrouvant seule, moi et mes frères devions la soutenir... J'ai aussi eu des relations difficiles avec mon grand frère. Il me frappait souvent sans que personne ne soit au courant. Du coup, à chaque fois que je voulais m'exprimer j'étais en quelque sorte bridé. Puis tout comme toi, mon frère a eu des histoires de drogues, il a faillit finir en prison car pendant son adolescence il commençait à mal tourner.
Bref, l'univers familial n'était pas terrible. Vers l'âge de mes 16 ans, j'ai eu également une période anorexique ou j'étais très mal dans ma peau, je pensais vraiment mettre fin à mes jours.

Ensuite, à mes 18 ans, j'ai vécu quelque chose d'assez horrible. Mon petit frère est décédé à l'âge de 10 ans, du jour au lendemain. Il a eu une rupture d'anévrisme. Celà m'a complémentement traumatisé par la brutalité de l'évènement. Ma peur de l'abandon s'est retrouvé renforcé. Aujourd'hui, j'ai une grande peur par rapport à la vie, par rapport à la mort. Peur de tout perdre du jour au lendemain... Peut être qu'il y a un lien avec les sympthomes que je vis aujourd'hui.

J'ai commencé par développer des phobies d'impulsions vers cet âge là, avec la peur de faire du mal à ceux que j'aimais le plus. C'était terrible et j'ai beaucoup culpabilisé d'avoir ces pensées. Je suis quelqu'un d'assez sensible, de doux et je sais que je déteste la violence, je ne ferais même pas de mal à une mouche... Je pense que je suis hyper-sensible et quelque part j'ai l'impression que ce monde ne me convient pas. J'ai toujours rêvé de naître dans un monde plus évolué, plus doux. Bref, je déteste la brutalité du monde qui est le notre.

Aujourd'hui, je suis en train de vivre beaucoup de changement (comme tu l'as dit pour toi aussi...). Les changements m'ont toujours terrifié dans le fond. C'est comme ci du coup je me retrouvais dans une grande insécurité. Ce sentiment d'insécurité créé chez moi un profond sentiment de solitude. Du coup j'ai peur de l'échec, peur de gacher ma vie, peur de tout gacher... Cette angoisse généralisée est arrivé pendant cette période : Aujourd'hui je suis en CDI dans une boîte mais mon job ne me plait plus... Il me déprime même. Je pense donc en changer mais je manque beaucoup de confiance en moi et j'ai l'impression que je ne pourrais pas trouver autre chose. Je suis aussi sorti d'une grande relation qui avait duré 5 ans avec mon ex. Mon ex était un peu mon alter-égo, il était au courant de mes phobies et me soutenait beaucoup... Aujourd'hui il n'est plus là. Je ne me sens pas non plus heureux dans ma vie, pas mal de gens m'ont deçu... Bref, c'est comme ci en ce moment je n'avais plus aucun repère. Du coup, je ne sais pas si on peut faire un lien avec cet état.... Puis sinon, pour ce qui est du sommeil... Heu, j'ai pas mal de mal à m'endormir (bon, un peu moins depuis que je prends du Lexomyl ^^).

Et toi, tu travailles ? T'arrives à avoir une vie sociable et professionnelle en parralèle de tes angoisses ?
Tu vis à l'étranger ? Il n'y a pas de centres médico-psychologique gratuit comme en France ou tu es ? Je pense que nous avons respectivement des choses à régler avec notre passé, et surtout, qu'il faut que nous apprenions à reprendre confiance et à se créer par nous même notre propre sécurité...

J'attends aussi de tes nouvelles... ça fait trop du bien de voir qu'on est pas seul :)
Bon courage en attendant !

Jo
Utile
+5
plus moins
Je pense effectivement que tu as bien raison. Je suis d'accord avec ce que tu dis surtout que notre corps nous met en garde sur un etat psychologique a RESOUDRE. seulement cela veut dire qu'il faut le resoudre pour aller de l'av mon avant? Sinon notre angoisse va nous hanter toute notre vie?

De mon coté je ne sais pas si c'est ainsi pour tous les angoissés mais depuis que cela à commencé, j'ai peur de plus en plus de choses. Avant c'etait mon avenir: quoi faire comme métier etc....
Maintenant j'ai peur de ... ben en fait je ne sais plus, de vivre je crois et ca coupe les pattes et ca m'enerve car je n'arrive plus etre heureuse a cause de ca je ne profite plus de la vie car j'ai peur...
un choc peut tout bloquer... du coup j'ai peur de revivre un enfer un moment ou un autre dans ma vie, surtout que c'est ça la vie au final: des surprises sans cesse: bonnes ou mauvaises... c'est angoissant non?
Donc tu dis de voir un psy? Quel genre de psy? Parler de quoi?
Je crois que Jo et moi savont ce qui nous a mis dans cet état, maintenant que faire de plus si on connait la cause? L'accepter peut etre...
Ensuite... comment être sûr qu'un jour on ne deviendra pas fou....? c'est tellement réel ces pensées quelques fois...

Merci pour tes infos... je ne savais pas qu'une TCC pouvait seulement nous aider a accepter. Dumoins le psychotheurapeute me disait que ca aiderait a oublier les pensées.

Merci,
AU fait: tu dis... conseil d'angoissé.. ca veut dire que tu as été angoissé et ne l'es plus?
begonie 79836Messages postés mardi 13 avril 2010Date d'inscription ModérateurStatut 23 novembre 2017 Dernière intervention - 26 mai 2012 à 05:41
malick

la TTC a bien d'autres indications dont les manifestations de panique.
C'est seulement important que le(s) problème(s) soit identifier par un(e) spécialiste compétent(e) dans le domaine et cela ne se fait pas de suite... mais après un temps d'entretiens nécessaire.

En France les conditions de remboursement sont peut-être différentes que dans ton pays.
Il faut te renseigner.
Il y a des médecins-psychiatres qui sont aussi spécialisés dans cette technique.
Voilà un lien vers un article qui explique un peu qui est qui comme professionnel mais pour la France :
http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/26-consulter-un-psy-qui-consulter
begonie 79836Messages postés mardi 13 avril 2010Date d'inscription ModérateurStatut 23 novembre 2017 Dernière intervention - 4 sept. 2013 à 07:03
Erreur de frappes : TCC au lieu de TTC
Utile
+2
plus moins
Bonjour à toi!

Quelle ne fût pas à ma grande stupéfaction de trouver un témoignage qui ressemble à ce que je vis en ce moment. J'ai 37 ans et je suis anxieuse de nature mais de façon modérée de sorte que lorsque cela se produisait, je pouvais tout de même vaqué à mes occupations. Cependant, j'ai vécue des deuils extrêmement difficiles et depuis je ne suis plus la même. Cette histoire est longue et si elle intéresse quelqu'un je pourrai approfondir. J'aimerais donc vous partager ce que je vis présentement et ce depuis 1 mois. Lorsque ma session d'école s'est terminé, j'étais complètement vidée étant donné la charge d'étude que j'avais....j'étudie pour être infirmière. Alors voilà que j'ai commencé à me sentir *la et pas là* c'est un sentiment bizarre et difficile à expliquer. Puis je regardais ma main et j'avais l'impression que ce n'étais pas la mienne malgré que je savais c'étais la mienne...c'Est assez spécial comme feeling, j'vous raconte pas! Et puis je me suis mise à faire des cauchemars, comme quoi que l'on m'annonçait que j'étais pour mourir et le message provenait d'un défunt ...ma mère!! Depuis je ne dors pratiquement plus et mon sommeil n'est vraiment pas réparateur! Alors qui dit manque de sommeil dit manque d'énergie qui dit manque d'énergie dit anxiété et pensées intrusives...Je suis continuellement stressé et anxieuse, j'ai peur de virer folle même en sachant qu'un fou ne sait pas qu'il est fou...j'ai commencé à avoir mal partout, douleurs à la tête pendant 5 jours avec douleur à l'oeil, ensuite j'ai continuellement des vertiges et des nausées, brûlement d'estomac, douleur intercostale, maux d'oreilles et grattement et le jackpot: de l'urticaire!!!! tous ces symptômes ne se présentent pas tous en même temps, alors je vais à l'hôpital et on me dit tu n'as rien aux cotes alors la douleur s'en va, ensuite j'ai de un mal de tête et des nausées, on me renvoie chez moi en me disant que c'Est de l'anxiété alors ce symptôme là aussi disparaît et ainsi de suite et la boucle recommence et cela ne fini plus!!! J'ai déjà pris de l'effexor lorsque le décès a eu lieu, verdict: j'étais dans les vapes, et j'ai pris 60lbs! pour ceux qui sont en France, divisé le tout par 2.2 c'Est ce que j'ai pris....alors j'ai arrêté la médication 1 an après et je vous jure, vous ne pouvez pas vous imaginer tous les effets secondaires que j'ai eu lorsque j'ai arrêté le traitement: vertige, choc électrique dans la tête, nausée, diarrhée, l'enfer!!!! ensuite j'ai repris des du remeron ou norset pour ceux de l'Europe, il était très sédatif, je dormais 12hrs sans être capable de me lever le matin donc en arrêt de travail (à l'époque), j'ai pris un 30 lbs aussi...mais je me sentais moi même et je fonctionnait très bien avec lui (humeur) mais j'ai cessé après 2 ans pour être capable de faire mon cours d'infirmière....j'ai fonctionné 1 an sans médicaments et me revoilà encore angoissé....De plus j'ai développé un TOC , j'ai peur de faire du mal aux gens et me faire mal...j'ai eu peur des couteaux également...J'ai déja suivi des psychothérapies par le passé, aucune d'elle n'ont fonctionné en profondeur, mes thérapies étaient pour calmer mon anxiété/deuil/dépression en superficie afin d'être le plus fonctionnelle possible, cependant, les années ont passées et je me rend compte que j'aurais besoin de faire le ménage de mon subconscient qui ne me lâche pas en s'exprimant par tous mes maux physiques et psychologiques, ce que l'on appelle les fameuse maladies psychosomatiques. Je suis intéressé par l'EMDR et par la *psychanalyse* mais au Québec il y a peu de thérapeutes qui se concentrent sur cette approche alors je ne sais plus a quel saint me vouer. De plus, l'école recommence la semaine prochaine et j'ai peur pour mon avenir, j'ai 37 ans et je fais cette réorientation de carrière, je ne travaille pas et mon conjoint m'aide énormément financièrement mais j'ai peur de le décevoir, j'ai peur de ne pas être une bonne infirmière, j'ai peur de jamais m'en remettre, j'ai peur de tout ce qui me paralyse. J'ai un rendez-vous la semaine prochaine pour voir une psychologue afin qu'elle fasse un analyse de mon cas afin de me diriger vers un psychiatre...mais si je commence encore de la médication, ma session est terminé :( je suis vraiment dans une impasse et j'ai personne a qui en parler puisque, mes parents sont décédés, je n'ai ni frère ni soeur, je ne peut pas avoir d'enfants, et je déménage souvent du au fait que mon conjoint est militaire donc je suis incapable de me faire un réseau d'amis stable et finalement, mon conjoint ne connait rien à ce que je vis et ne me comprend pas car il n'expérimente pas ce que je vis et c'est d'un naturel zen...alors que je suis tout le contraire alors je suis enfermé avec mon moi même à vivre cette horreur, je n'en peut juste plus. Le fait d'écrire ici calme tout de même le tourment intérieur que je vis. Alors voilà ce que j'ai envie de partager avec vous tous, j'en aurais beaucoup à dire mais si vous vous sentez interpellés avec le témoignage que je viens de faire, n'hésitez surtout pas. Merci et bonne chance à tous.
Utile
+1
plus moins
Bonjour Bégonie,

Ok désolé, je ne savais pas...
Peut être puis-je laisser directement mon mail perso ici pour que Malick puisse me contacter directement par ce biais là ?

Merci d'avance.
begonie 79836Messages postés mardi 13 avril 2010Date d'inscription ModérateurStatut 23 novembre 2017 Dernière intervention - 18 mai 2012 à 12:02
Re-bonjour.
Non, c'est aussi interdit par la charte (sécurité).
Le plus simple c'est que Malick s'inscrit (s'il le veut) et dès ce moment vous pourriez échanger sans problème.

Je t'ai envoyé un MP, regarde l'enveloppe rouge en haut de la page.
begonie 79836Messages postés mardi 13 avril 2010Date d'inscription ModérateurStatut 23 novembre 2017 Dernière intervention - 19 mai 2012 à 04:09
OK donc.
Juste pour rappel, mais ceci vaut pour tout internaute passant sur le site.
Les informations personnelles de type coordonnées sont systématiquement supprimées sur les forums pour des raisons de sécurité.
Utile
+1
plus moins
Pour Malick.

Ton long message a été supprimé automatiquement par le robot.
C'est préférable de ne pas mettre tes coordonnées personnelles sur le forum y compris le prénom pour des raisons d'anonymat.
Les longues discussions/échanges privées sur les forums ne sont pas non plus indiquées.
Pour répondre à une question. Il y a eu un peu de confusion, oui.

Je ne cherche pas à discuter via MP.
Les rares MP venant parfois de ma part n'ont comme but de donner un éventuel renseignement en lien avec le site, en tant que modératrice.
Utile
+1
plus moins
Re-bonjour jolight.

Pour revenir sur ta préoccupation. Tu cites : j'ai pas mal de mal à m'endormir (bon, un peu moins depuis que je prends du Lexomyl ^^).

Qui a prescrit ce médicament ? Est-ce en lien avec une consultation autour de ton problème que tu appelles " angoisse généralisée". Est-ce un médecin qui a proposé ce diagnostic ?
Utile
+1
plus moins
Coucou Malick,

Oui je suis une psychothérapie de type analytique, c'est à dire que tu analyses différentes étapes de ta vie en profondeur de ton enfance à aujourd'hui.
Tu peux parler de tout ce qui te passe par l'esprit, ce qui te préoccupes et le psy approfondira, te guidera en te posant des questions.
Peut-être as-tu cerné les causes récentes de cet état anxieux, mais oui, il y a ensuite tout un processus d'acceptation qui n'est pas facile à gérer, ou encore, il est possible que tu aies besoin de revenir sur ces évènements pour mieux les comprendre, tout simplement en parler, comment tu les as vécu, quelles répercussions ils ont maintenant...C'est très complexe.

Parce qu'au premier abord, on ne fait pas tout de suite le lien entre l'angoisse actuelle et certains éléments du passé. Et pourtant...j'ai pu faire le lien avec certaines blessures de mon enfance que j'avais refoulé. J'ai pu mettre des mots, dessus, apprendre à accepter, changer mon comportement face à ça...
Ça demande beaucoup de travail mais ca me fait énormément de bien, je ne suis pas guérie mais je commence à en voir un peu le bout ! Je commence à revivre à peu près normalement.
La prise d'antidépresseurs m'a aidé aussi à voir les problèmes un peu plus clairement, je fais quelques séances de relaxation et sophrologie pour apprendre à gérer ma respiration en cas de crise.
La respiration, c'est le seul élément sur lequel on peut influer malheureusement quand l'émotion est trop forte, et j'ai remarqué qu'avec des exercices respiratoires, j'arrive à bloquer les symptômes de la crise.

Tu sais, avant, j'étais comme toi, j'avais peur de tout au final, je ne sortais plus de chez moi et je ne pouvais même pas restée seule à la maison. C'était devenue très très handicapant mais c'est normal, l'angoisse est une maladie qui évolue de manière progressive jusqu'à se généraliser.
Je me disais que j'allais mourir, que ma vie était foutue, que je devenais folle...Bref, ca m'obsédait. J'y pense encore souvent aujourd'hui, mais moins.
Je pense qu'il ne faut pas que tu occultes ton angoisse car plus tu la mets de côté plus elle sera violente. C'est ce que j'ai fait au début, mes crises étaient de plus en plus aiguës et je finissais aux urgences. Maintenant que je regarde en face l'angoisse et que j'accepte mes crises, celles-ci sont beaucoup plus supportables.

Si tu vas voir un médecin, il t'expliquera en détails tout ça, le processus de l'angoisse, le lien avec les symptômes, les astuces pour t'aider à te sentir mieux au quotidien. Dis-toi que tu n'es pas seul, les troubles anxieux sont fréquents et très bien soignés. Parce que oui, sinon, tu en souffriras toujours, tu dois le soigner et seul, ca reste difficile.
Et je te rassure encore une fois, TU NE DEVIENS PAS FOU ! Si c'était le cas, tu ne vivrais pas les choses de cette manière, mais parles en quand tu iras voir un médecin, il t'expliquera et te rassurera. :)

Est-ce que tu en as déjà parlé à un médecin ? A tes amis ? Ta famille ? C'est important d'être bien entourés pendant cette épreuve !
begonie 79836Messages postés mardi 13 avril 2010Date d'inscription ModérateurStatut 23 novembre 2017 Dernière intervention - 26 mai 2012 à 19:01
La psychothérapie de type analytique peut répondre à la problématique des un(e)s mais pas systématiquement aux autres.
Il faut déjà qu'un(e) psychothérapeute compétent(e) et reconnue) (psychiatre ou psychologue) pose un diagnostic.
Sandrinoshh- 9 janv. 2013 à 19:34
Bonjour je crois vivre exactement la meme chose que vous mais pour etre certaie je me demandais quels etaient vos symptomes? Aviez vs par exemple de la difficulter sur votre focus, vu embrouiller, etourdissement, fatigue impression que votre corps be vs appartiens plus conpletement ainsi que certaine sensation de pression par exemple au cou et au coeur ?
Merci davance
begonie 79836Messages postés mardi 13 avril 2010Date d'inscription ModérateurStatut 23 novembre 2017 Dernière intervention - 9 janv. 2013 à 19:40
Bonjour Sandrinoshh
C'est préférable d'ouvrir ta propre question car tu te trouves sur une question qui date déjà de mai 2012.
Clique sur " Posez votre question " en haut de cette page, à droite (couleur verte) et pose-là en y mettant un titre qui correspond à ta préoccupation.
Utile
+1
plus moins
moi aussi je me sens mal crise dangoisse peur la tete plein de pensee qui parte pas en plus je suis en internat je peut pas rentrer chez moi jai l impression de pas etre moi je peux dormir je sais plus quoi faire je prie mais ca m aide pas lilou60
lillilou60- 4 sept. 2013 à 10:04
merci, oui c 'est dur je retre chez moi le wk ici a l 'internat je suis seule jvais essayer de me relaxer c 'est dure quand tu dort pas tes pensées reste dans ta tête je suis de nature anxieuse et sensible j 'esairai de m'inscrire ici a bientôt je suis une femme .
Lucas- 4 sept. 2013 à 22:25
Moi quand je prie, ça va toujours mieux quand je suis anxieux même si ça ne veut pas dire que je me sente le mieux du monde tout le temps mais ça va toujours passablement. Là je suis dans une passe un peu difficile psychiquement depuis un mois. Je travaille beaucoup avec ma tête. Certes, je suis dans les langues étrangères à défaut de travailler. J'apprends avec intensité environ sept - huit mille mots d'italien et la même chose en espagnol, je connais entre 10'000 et 15'000 mots d'allemand et j'en répète assiduement 7'000 et j'ai entre 15'000 et 20'000 mots d'anglais que je travaille. Donc, pas facile avec tout ça pour tenir le rythme et pour la tête et je suis un peu irrégulier au niveau de mon sommeil incluant de la fatigue et je ne fais pas trop de sport depuis un moment. Par ailleurs, je suis incertain et nerveux concernant mon avenir car je suis sensé démarrer une nouvelle école d'ici deux semaine mais j'ai des problèmes avec les bourses sans lesquels je pourrais être entravé dans mes études supérieures. D'autre part, je ne consacre pas assez de temps aux loisirs et bien être incluant le fait de ne pas voir assez de gens et j'ai encore un autre problème personnel prenant dont je ne ferai pas l'étalage ici en plus des aspects de ma vie que j'ai évoqué plus haut. Donc, voilà de la nervosité, anxiété et impression de solitude mais j'ai toujours trouvé les ressources pour que cela aille même si par moment c'est un peu limite. Quand je prie, je me sens toujours bien. Pas forcément tout de suite alors je continue jusqu'à ce que cela aille. Des fois, je prie une demi-heure et cela porte toujours ses fruits. Une chose importante est de définir l'origine de son anxiété pour mieux la gérer. En outre, c'est mon anniv aujourd'hui et je reste seul chez moi avec les potes c'est plus trop comme avant mais la priorité pour moi est de m'en sortir dans la vie alors je me fixe sur mes objectifs même si ce c'est pas toujours facile. Aussi, à des moment, quand je regarde une émission ou des clips sur MCM, il y a des trucs que je ne supporte plus et je dois zapper. Ce n'est pas juste genre "je veux pas trop voir ça". C'est plutôt une intolérance profonde qui m'envahie et j'ai l'impression que je pèterais un câble à laisser le truc que je ne veux plus. Bref, pleins de sentiments déplaisant mais je gère. Il faut peut-être que je travaille moins, que je dormes mieux et plus, que je vois plus de monde et que je reprenne un peu le sport. Bref, mon avantage dans cette situation est de bien me comprendre et discerner les causes de mon anxiété et stress du moment. Un exemple, la fatigue peut donner une sensation de déprime et d'anxiété alors qu'on est juste fatigué et qu'on a besoin de sommeil entre autre, point que j'ai compris et ressenti à certains moments où je me sens pas top. Je relève encore le fait qu'il faut bien se connaitre et d'analyser comme je l'ai dit je crois encore dans le message précédent, si non on peut avoir de la déprime, du stress et de l'anxiété sans comprendre d'où cela provient. Si la situation devient incontrôlable, il faut voir un professionnel si nécessaire. Pour moi, le mieux est la prière. Il est normal d'avoir des phases différentes et cela peut passer. Demande-toi si tu es heureuse. Si non, pourquoi? Dans quelle mesure ton passé affecte ton présent, ce qui est dans la même idée que le point que j'ai mentionné précédemment?

Dernier conseil. Éviter autant que possible les médocs. Ce sont des drogues et je suis estomaqué qu'on les prescrive autant facilement aujourd'hui. C'est comme boire, cela masque mais m'arrange pas le problème. Les médics, c'est quand il n'y a plus d'alternative quand ça devient vraiment invivable ou quand on ne sait plus ce quand fait (maladies psychiques graves du genre schizophrénie). Toujours faire ce qu'on peut sans médicaments psychotropes addictogènes.
Lucas- 4 sept. 2013 à 22:32
Sinon, je rassure tous les internautes, je n'ai pas l'impressionne devenir fou sur ce coup là.
lililou60- 8 sept. 2013 à 21:59
mon message que j'ai poster n est pas passer bizare
begonie 79836Messages postés mardi 13 avril 2010Date d'inscription ModérateurStatut 23 novembre 2017 Dernière intervention - 8 sept. 2013 à 22:08
Normal, il faut éviter de mélanger religion et santé.
Santé-Médecine est un site totalement neutre sur le plan politique, religion, etc...
Lire peut-être la charte du site.
Utile
+0
plus moins
Bonjour.

" Je vais également commencer une psychothérapie le 1er juin "

C'est une excellente décision.
Même avec la meilleure volonté, à un moment donné, il faut accepter que l'aide
d'un(e) professionnel(le) reste le moyen le plus important pour sortir de ces situations difficiles à comprendre et donc à gérer.
Utile
+0
plus moins
Bonjour.
Information : Désolée mais le site Santé-Médecine n'a pas comme vocation de laisser la place aux blogs.
Si vous avez envie de discuter entre vous, il suffira que Malick s'inscrive comme membre sur le site et vous pourriez par la suite communiquer en MP (messages privés).
Pour l'inscription, il suffit à Malick de cliquer sur "Inscrivez-vous" en haut de la page, à droite et de remplir les quelques détails demandés.

Pour d'autres questions, vous pouvez aisément continuer sur le forum.
Utile
+0
plus moins
Ho zut mon message n'a pas été pri en compte. j'ai tellement écris que je ne sais même plus par où commencer...
Je vais essayer d'envoyer un message privé a Jo pour communiquer avec toi..
Utile
+0
plus moins
Re,
Je suis inscrite maintenant, qu,est ce cela va changer? Est-ce que je peux communiquer avec Jo en mp???
Es tu encore là Jo?
Utile
+0
plus moins
je vis aussi la meme chose j'aimerai en discuter aussi
begonie 79836Messages postés mardi 13 avril 2010Date d'inscription ModérateurStatut 23 novembre 2017 Dernière intervention - 11 janv. 2013 à 20:21
Bonjour.
Ouvre plutôt ta propre question.
Clique sur " Posez votre question " en haut de la page, à droite (couleur verte).
A+
Utile
+0
plus moins
Je viens de regarder le film de Scorsese, "Shutter Island". Et cela m'a inspiré de faire une recherche pour savoir si tout le monde pouvait devenir fou et je suis tombé sur le blog. la première chose que je pense est qu'il faut avoir un hygiène de vie; c'est-à-dire manger équilibré, faire du sport (très, très important), éviter les stupéfiants et l'excès d'alcool (tout psychotrope)(tout aussi important et même plus).


Par ailleurs pour être disposée le mieux possible psychologiquement, il faut être honnête avec soi mais aussi avec les autres. Il ne faut pas se laisser oppresser ou trop éviter les conflits. Si une relation n'est plus satisfaisante (affective ou amoureuse), il faut savoir passer à autre chose. Dans la même idée, je déconseille également fortement les relations destructrices quelles qu'elles soit. Le fait de passer a côté de sa vie peut faire naître de l'anxiété et donner l'impression d'être grave perdu. Ne vivons pas pour les autres et ne dépendons par conséquent que de soi et fixons des buts dans la vie et faisons des activités. Je m'égare, mais, pour revenir à ce que je disais plus haut, des amis qui se sont plus tant amicaux ne valent pas la peine d'être conserver.

La question de savoir si on est satisfait de la vie que l'on mène est cruciale pour son équilibre psychologique. Sommes-nous heureux? Faisons en sorte de l'être ou de le devenir. Ça parait vite dit mais on peut influencer sur notre vie en faisant des choix mais là c'est trop complexe pour détailler mais je donne des pistes un peu partout dans mon texte et notamment quand je parle ci-après de l'analyse sur soi.

Dans tous les cas, je crois qu'une bonne réflexion est importante pour la stabilité mentale. Ne pas subir les événements et la vie en général sans réfléchir. Des chercheurs ont mis évidence que les personnes plus intelligentes avaient tendance à avoir une meilleures stabilité mentale. Cependant, elles ont en contre partie une estime moindre d'elles-même. Nous avons un cerveau, alors sachant l'utiliser pour nous analyser, notre parcours ainsi que ce qui nous est arrivé (drame, choque, déception; tous les coups durs de la vie). Ne rien enterrer dans un trou et parler s'il le faut.

D'autre part, il faut savoir digérer ses probleme et peines (toujours les coups de la vie). Là dedans revient de nouveau l'intelligence de gérer ces derniers. En effet, il ne faut pas les ressasser à soi sans cesse. Si nécessaire parler voir suivre une psychothérapie et arriver finalement à les surmonter et passer à autre chose.

De plus, il ne faut pas trop se replier sur soi-même. Ne plus voir personne peut entraîner un risque de grave déprime et lancer quelqu'un dans un spirale sans fin.

Apprendre à gérer son stress et ses anxiétés. Pour moi, la méthode est toujours l'analyse mais il y d'autres moyens d'aide.

Je ne crois pas que l'on puisse être mal, perdu et/ou anxieux psychologiquement sans raison. Là encore, une analyse en profondeur s'impose que ce soit par ces propres moyens ou ceux d'un professionnel aguerri. Notamment, les faits d'être en accord avec soi-même, ces idées et avoir des opinions clairs et tranchés sont des éléments importants pour savoir où on en est et qui on est; donc ne pas être perdu.

Excusez si mon texte est un peu décousu mais je l'ai construit selon les idées qui me venaient.

Personnellement, j'ai grandi avec une mère schizophrène qui a mis le feu au domicile familial quand je devais avoir cinq. Mon père n'était pas trop à la maison (qui n'était plus la même puisque l'autre a cramé) après le travail à la suite de cet "incident" et ma mère plus ou moins incapable de s'occuper de ces enfants. Donc, je vous assure que la vie n'a pas tous les jours été rose. De plus, j'ai X (au moins un nombre à deux chiffre) connaissances qui sont allés en HP (hôpital psychiatrique) donc je sais ce qu'est la schizophrénie (maladie candidate No 1 associée à la folie) et devoir se gérer phsychologiquement. Très tôt, j'ai dû apprendre à rouler pour moi (go for mine) et ne pas compter sur les autres, ce qui ne m'empêche pas de mener une vie normal sans me renfermer sur moi.

Comme plusieurs personnes ici, il m'est arrivé d'être mal, voir perdu et les idées confuse et d'avoir l'impression que je allait basculer dans la folie. Cependant, il faut savoir que tout un chacun peut avoir la tête fatiguée et ne plus suivre. A partir de là, je comprends le surplus d'anxiété occasionné par cela. De ma propre expérience, il faut environ six moi pour ne plus trop faire attention à une tel événement et ne plus se dire que l'on pourrait partir en mauvais trip. Dès lors, je crois que si j'ai pu gérer, beaucoup en sont capable.

Malgré tout, il n'est pas normal que cela soit récurent et, dans la positive, je crois qu'il faut vraiment se prendre en main. Surtout, ne pas hésiter à voir un spécialiste si on en ressent le besoin.
Mel0201 1Messages postés jeudi 21 février 2013Date d'inscription 21 février 2013 Dernière intervention - 21 févr. 2013 à 13:52
Bonjour Lucas,

Ton témoignage m a redonner confiance.

J ai moi aussi eu un parent atteint de cette maladie ( mon père ) et il a fini par mettre fin à ses jours quand j avais 15 ans.

Jusqu a présent ça ne m avait pas poser de problème, je n y pensais pas et j'ai continuer ma vie.

J ai toujours été quelqu un d anxieuse. Il y a quelques mois tout ça est remonter a la surface, par des angoisses qui m ont fait très peur. Comme un sentiment d identification, la peur de changer et de faire souffrir a mon tour.

Et c'est vrai que je me sens parfois complètement perdue avec des peurs et angoisses en rapport avec ce que j'ai vécu.

C'est parfois difficile de comprendre ce qu il nous arrive....

Pour ma part j en ai très vite parler avec une psychologue qui m a rassurée et avec qui je travail toujours.

Mais je doute toujours de moi quelque fois ...

En tout cas ton témoignage m a permis de me dire que l on peut tout avait avancer ... Avec le temps !
Utile
+0
plus moins
Salut Jo !

Je m'appelle Marion j'ai 23ans et je me retrouve complètement dans ton message...tous les symptômes que tu décris, cette tension insoutenable qui monte en toi, ta tête qui se transforme en cocotte minute sous pression et ton impression de perdre les pédales, c'est exactement ce que je ressens.
Je le ressens d'autant plus depuis 8 mois ou mon humeur a été en dent de scie ! Généralement quand la "crise" arrive il me faut en moyenne 5jours pour que ça passe mais pendant ces 5 jours je vis l'enfer...
Je ne peux pas te conseiller beaucoup en ce moment car je suis actuellement dans ce genre de période noire ! Mais si tu veux bien on peut en discuter un peu mieux en message privé :)

Personnellement je prend de la paroxétine depuis 2 ans maintenant et elle a toujours très bien fonctionné mais maintenant j'ai l'impression qu'elle ne me fait plus d'effet.
Tu dis que tu prends de l'effexor, est-ce la première fois que tu prends un traitement de ce genre ? Si oui, tu verras il te soulagera :)
Utile
-1
plus moins
Bonjour je sens les mêmes sentiments que vous . Je ne suis pas comme avant ! J'ai envie de revenir comme avant je m'en fou des problèmes des échecs . La je rigole même pas , je me concentre même pas . D'habitude je suis timide mais la c pire que timide j'arrive même pas à raconter ma situation psychique à mes proches ou mes amis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Publi-information