Posez votre question »

Pilule Leeloo et Minidril

Février 2016


À la suite de p lusieurs études ont démontrant qu'il y avait un risque accru de thrombose veineuse chez les femmes utilisant une pilule de 3ème ou 4ème génération, les femmes sont incitées à privilégier les pilules contenant du lévonorgestrel. Leeloo® et Minidril® font partie de ces contraceptifs oraux de 2e génération commercialisés à partir des années 1970 et toujours prescrits aujourd'hui en France. Quels sont leur composition, leurs indications et leurs éventuels effets secondaires ?

Notre vidéo

Les précisions du docteur Pierrick Hordé

Pilules de 2e génération

Leeloo® et Minidril® font partie des pilules dites de 2e génération : elles contiennent un dérivé synthétique de la progestérone, le lévonorgestrel. La composition de ces pilules a permis de réduire certains effets secondaires liés aux pilules de 1ere génération. Leur dosage est dit « monophasique » : tous les comprimés d'une plaquette contiennent donc le même dosage d'œstrogènes ou de progestatifs, contrairement aux pilules biphasiques ou triphasiques de 2e génération.
Pour en savoir plus; Les différences entres pilules de 1re, 2e, 3e et 4e génération

Indications

Selon la Haute Autorité de Santé, les pilules de 2e génération auxquelles appartiennent Leelo et Minidril doivent être prescrites en première intention pour la prévention d'une grossesse, en raison d'un risque d'accident thromboembolique moindre que celui des pilules de 3e et 4e génération (voir plus bas).

Minidril®

La prise de Minidril peut provoquer des effets secondaires, en particuliers des douleur ou des tension des seins, des nausées, des vomissement, des douleurs abdominales, une modification de l'appétit, une prise ou une perte de poids, mais aussi des jambes lourdes. Cette pilule peut également entraîner une raréfaction, voire une absence de règles, des saignements entre les règles ainsi que de la nervosité ou une modification de l'humeur et de la libido.

Leeloo®

La prise de Leeloo® peut également être à l'origine d'une modification du poids, de nervosité, de variations de l'humeur, de somnolence, de vertiges, de troubles visuels, de troubles gastro-intestinaux, d'acné, d'infection vaginale (candidiase), mais également des douleurs et des tensions mammaires, d'une augmentation du volume des seins, des sécrétions des glandes mammaires, des douleurs menstruelles, ainsi qu'une modification du volume des saignements menstruels et une augmentation des sécrétions vaginales.

Risques d'accident thromboembolique

D'après la Haute Autorité de Santé, le risque d'accident thromboembolique est d'environ 2 pour 10.000 par an avec les pilules de 1re, et 2e génération (dont font partie les contraceptifs Leeloo et Minidril), soit un risque deux fois moins élevé que pour les pilules de 3ème et 4ème génération.

Recommandations de l'Académie de médecine

Pour limiter les risques relatifs aux pilules contraceptives combinées, l'Académie de médecine recommande de réduire leur usage chez les femmes âgées de plus de 35-40 ans et chez les femmes obèses. L'Académie de médecine recommande de ne plus les prescrire en premier recours étant donné le risque accru de thrombose veineuse par rapport aux pilules de 2ème génération. Les pilules de 2ème génération doivent donc dont être prescrites en première intention sauf contre-indications bien sûr...
Il est également essentiel de rappeller que la contraception oestro-progestative est la plus fréquente à cause du risque de thrombose veineuse chez les femmes qui sont en âge de procréer, ces thrombroses pouvant se compliquer d'embolie pulmonaire, un accident qui est responsable de 10 décès pour 1 million d'utilisatrices de contraception par an. Les médecins prescripteurs doivent ainsi rechercher les facteurs de risque de thrombose lors d'une première prescription de pilule en interrogeant la patiente sur ses antécédents familiaux et personnels, sur sa consommation de tabac, en prenant réugulièrement sa tension, en réalisant un bilan lipidique et une glycémie. D'autre part, il est important de prévenir les patientes des risques de thrombose et de leur expliquer les symptômes ainsi que les complications possibles.

Prudence

Si vous prenez une pilule de 3ème ou 4ème génération, terminez d'abord votre plaquette et voir avec votre médecin pour envisager un autre type de contraception.

Remboursement

L'ANSM a décidé de ne plus remboursé les pilules de 3ème et 4ème génération à compter de Mars 2013.

Gratuité et confidentialité de la contraception pour les mineures

La pilule contraceptive est gratuite pour les mineures de 15 à 18 ans. Par ailleurs, la prescription de contraceptifs est protégée par le secret professionnel et leur délivrance confidentielle. Les pilules de 3 è génération, quant à elles, ne sont plus remboursées depuis mars 2013. L'IVG reste, elle, en revanche, prise en charge par la caisse d'assurance maladie.

En savoir plus

Dossier pilule contraceptive
Pilules contraceptives : risques pour la santé
Risque de thrombose et pilules de troisième génération : précisions du CNGOF
Liste des pilules de 3e et 4e génération
Dossier pilule contraceptive
Pilule Zoely Yaz Jasminelle
Diane 35: risques pour la santé
Contraceptifs oraux oestroprogestatifs : préférez les «pilules» de 1re ou 2e génération (PDF), Haute Autorité de Santé

Publi-information
Publi-information
Pour une lecture illimitée hors ligne, vous avez la possibilité de télécharger gratuitement cet article au format PDF :
Pilule-leeloo-et-minidril.pdf

Réalisé en collaboration avec des professionnels de la santé et de la médecine, sous la direction du

A voir également

Dans la même catégorie

Leeloo y Minidril: píldoras de segunda generación
Par Carlos-vialfa le 14 janvier 2013
Publié par sante-medecine. - Dernière mise à jour par GabiJolie
Ce document intitulé « Pilule Leeloo et Minidril » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.