Thrombose et pilules de 3ème génération : précisions du CNGOF

Février 2017

Devant la polémique suscitée par les risques de thrombose veineuse, liés à l'utilisation des pilules de 3ème génération comparés à celles de la 2ème génération, le CNGOF, Conseil national des gynécologues et obstétriciens français, tient à préciser quelques points importants.


Recommandations de l'ANSM

La prescription d'une pilule de 2ème génération en première intention est justifiée et recommandée en raison est recommandée en première intention, en raison de l'absence d'études comparatives montrant un bénéfice supplémentaire pour les pilules de 3 è et 4 è génération et d'un risque supérieur de thrombose veineuse.

Les travaux de l'agence européenne du médicament (EMA)

L'Agence Européenne du Médicament a effectué une revue de la littérature sur le risque de thrombose veineuse chez les femmes qui utilisent un contraceptif oral combiné qui confirme un risque de thrombose veineuse deux fois plus élevé chez les femmes utilisant une pilule de 3 ème génération (contenant du désogestrel ou du gestodène) ou unpilule de 4 è génération contenant de la drospirénone que chez les femmes utilisant une pilule de 2e génération contenant du lévonorgestrel.

Notre vidéo

Les précisions du docteur Pierrick Hordé

Risque aggravé au cours de la première année

Le risque de thrombose veineuse ou à la reprise est maximal dans la première année d'utilisation, en général au cours des premières semaines, ou lors de la reprise d'une pilule après une interruption. Ce risque est deux fois plus élevé avec les pilules de 3ème ou 4ème génération.

Evaluer les risques de thrombose veineuse

Une thrombose veineuse peut provoquer une phlébite ou une embolie pulmonaire. Le risque individuel de thrombose veineuse s'évalue en fonction des antécédents personnels et familiaux, des facteurs de risque comme par exemple le surpoids, le tabagisme et la sédentarité. Il convient d'être très rigoureux sur ce plan avant toute prescription d'une contraception oestro-progestative ;

Prendre des précautions

Des précautions sont nécessaires dans certaines situations car le risque de thrombose s'aggrave lors d'un long voyage en avion ou lors d'une intervention chirurgicale

Risque de thrombose artérielle

Le risque de thrombose artérielle pouvant provoquer un accident vasculaire cérébral ou un infarctus du myocarde est augmenté chez les femmes prenant la pilule et ce quelle que soit la génération de la pilule utilisée.

Grossesse et pilule

Le CNOG précise que « le risque de thrombose lors d'une grossesse est deux fois supérieur à celui des oestro-progestatifs contraceptifs, quels que soient la génération ou le mode d'administration de la contraception choisie (oral, vaginal, percutané) »

Fin du remboursement de la pilule de 3 é génération

L'ANSM a décidé de ne plus remboursé les pilules de 3ème et 4ème génération à compter de Mars 2013.

En savoir plus


Gratuité et confidentialité de la contraception pour les mineures

La pilule contraceptive est désormais gratuite à compter de Décembre 2012 pour les mineures de 15 à 18 ans. Une garantie de confidentialité est également désormais acquise. La prescription de contraceptifs sera protégée par le secret professionnel. Les pilules de 3ème génération, quant à elles, ne seront plus remboursées à compter de fin Mars 2013. L'IVG, interruption volontaire de grossesse, est prise en charge par la caisse d'assurance maladie.

A voir également


Publi-information
Publié par p.horde. Dernière mise à jour le 3 juin 2016 à 13:28 par Jeff.
Ce document intitulé « Thrombose et pilules de 3ème génération : précisions du CNGOF » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.