Dysménorrhée - Règles douloureuses - Que faire ?

Décembre 2016

Plus communément appelées règles, les menstruations correspondent à la période du cycle menstruel pendant lequel la couche artificielle de l'endomètre se désagrège. L'évacuation est effectuée au niveau de l'utérus par l'intermédiaire de pertes sanguines d'abondance plus ou moins importantes selon les femmes. Il est relativement fréquent que ces menstruations s'accompagnent de douleurs pelviennes. Dans le langage médical, les menstruations douloureuses sont qualifiées de dysménorrhées. Celles-ci peuvent être handicapantes pour certaines femmes et nécessitent une prise en charge gynécologique.


Crampes au niveau du ventre, mal de tête, seins tendus et douloureux : les règles ne sont pas une partie de plaisir. Parfois, ces signes deviennent si handicapants qu'il faut agir pour pouvoir continuer ses activités.

Définition

La dysménorrhée désigne des règles ou menstruations douloureuses ou difficiles. Elles peuvent être primaires, c'est-à-dire apparaitre dès les premières règles de la puberté, ou secondaires survenant au bout de plusieurs cycles sans douleur. Elles peuvent survenir avant le début des règles, en même temps que les règles, ou quelques heures ou jours après.

Causes

Les causes sont nombreuses : anomalie d'un organe de la sphère génitale, tumeur d'un de ces organes qui sont des causes rares, contraception par stérilet. Les dysménorrhées peuvent être invalidantes dans la vie quotidienne par leur intensité ou leur durée.

Quand consulter ?

Globalement, l'automédication pour règles douloureuses ne pose pas de problème. La femme connaît son corps et le type de douleurs qu'elle ressent au moment des règles, il y a donc peu de risques pour qu'elle se trompe sur le diagnostic.

Prudence tout de même si :
  • Les règles arrivent en retard et sont plus douloureuses que d'habitude : consultez un médecin parce qu'il pourrait s'agir d'une grossesse extra-utérine.
  • Le sang est noir et comporte des caillots : il pourrait s'agir d'une hémorragie et non de règles, qui sont fluides et bien rouges.
  • Les douleurs sont accompagnées de malaises, voire de vomissements et de fièvre.
  • Les règles sont anormalement abondantes (plus de six protections périodiques par jour).
  • Les douleurs sont particulièrement violentes, telles qu'une impression de coups de poignards dans le ventre.

Traitement

Si une cause est retrouvée, celle-ci doit être traitée. Sinon, des traitements hormonaux sont parfois utilisés.

Des antispasmodiques du type Spasfon ® peuvent être pris ainsi que des antidouleurs, en évitant absolument l'aspirine, qui fluidifie le sang. L'ibuprofène et le paracétamol font l'affaire.

Posologie

  • Spasfon ® : deux lyophilisats une à trois fois par jour.
  • Ibuprofène : 1 200 mg max par jour.
  • Paracétamol : 3 g max par jour.

Remède naturel

La bouillote bien chaude peut soulager. Parfois c'est le froid qui opère. A tester !

Sport ou pas sport ? Là aussi, cela dépend des femmes, il ne vous reste donc plus qu'à tester le jogging ou la natation, pour voir si cela vous soulage.

Bon à savoir : l'activité sexuelle diminue ou fait même disparaître les douleurs liées aux règles.

Version grand-mère : trois tasses de tisane de feuilles de framboisier semblent avoir le même effet...

Si vos règles sont souvent douloureuses, il est fortement recommandé de consulter un médecin ou un gynécologue. La simple prescription d'une pilule ou d'hormones peut suffire à vous débarrasser de vos soucis.

L'alchémille

Connue pour ses vertus antihémorragiques et décongestionnantes, elle est employée par la phytothérapie traditionnelle pour soulager le syndrome prémenstruel. Elle contribue à une meilleure régularité du cycle menstruel, en relançant la production de progestérone.

Le gattilier

Régulateur hormonal naturel, le gattilier est la seconde plante la plus utilisée en phytothérapie pour prévenir les règles douloureuses. La plante aide à rétablir l'équilibre entre œstrogènes et progestérone et soulager le syndrome prémenstruel et les douleurs mammaires liées au cycle menstruel.

Le saule

Le saule est considéré en phytothérapie comme une aspirine naturelle, c'est un antalgique puissant. Comme il est susceptible de faciliter les hémorragies, il est déconseillé dans le cas de règles abondantes. En revanche, il est préconisé pour le syndrome prémenstruel douloureux. On utilise ses chatons en infusion et son écorce (plus amère) pour plus d'efficacité.

La sauge

Excellent tonique réputé pour traiter de nombreux maux, la sauge est utilisée en phytothérapie pour apaiser les douleurs menstruelles, car elle est riche en phyto-œstrogènes. C'est la plante amie des femmes par excellence, mais elle est contre-indiquée pour les femmes enceintes ou allaitant. Ses feuilles sont aussi efficaces fraîches que sèches en infusion.

Prudence

Si vous suivez un traitement médicamenteux, précisez-le à votre médecin avant de vous faire prescrire un traitement phytothérapeutique. Ces conseils n'ont pas vocation à remplacer celui d'un médecin ou d'un pharmacien. Si les symptômes venaient à persister ou à s'aggraver, il convient de consulter rapidement son médecin traitant.

A voir également :

Publi-information
Ce document intitulé « Dysménorrhée - Règles douloureuses - Que faire ? » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.