Coliques néphrétiques

Novembre 2017

La crise de colique néphrétique désigne une douleur aiguë et violente de survenue brutale. Généralement unilatérale elle est située dans la région lombaire et peut irradier au flanc, à l'aine et aux organes génitaux. Elle résulte d'une mise sous tension brutale de la voie excrétrice du haut appareil urinaire en amont d'une obstruction.

Très douloureuse, la colique néphrétique est une maladie à prédominance masculine (environ 1% des hommes sont touchés entre 40 à 60 ans). Elle comporte un risque élevé de récidive : une personne qui a eu une colique néphrétique a en effet 50% de risque de récidiver dans les 5 ans et 70% après 10 ans.



Vidéo

Les précisions de la journaliste santé Claire Gabillat :

Définition

Une colique néphrétique est un syndrome caractérisé par une violente douleur dans le bas du dos de survenue brutale. Elle est provoquée par une augmentation de pression dans les voies urinaires et dans le rein généralement due à la présence d'un obstacle.


Généralement unilatérale elle est située dans la région lombaire et peut irradier au flanc, à l'aine et aux organes génitaux. Elle résulte d'une mise sous tension brutale de la voie excrétrice du haut appareil urinaire en amont d'une obstruction.

Rappels anatomiques

L'appareil urinaire est composé de deux reins, deux uretères, d'une vessie et d'un urètre. L'urine est élaborée à partir du sang filtré au niveau des reins. Celle-ci est ensuite transportée hors des reins par deux petits tubes appelés uretères, jusqu'à la vessie pour y être stockée. Enfin au moment de la miction, la vidange de l'urine contenue dans la vessie se fera par un dernier conduit appelé urètre, se terminant par le méat urinaire, orifice par lequel elle sera excrétée de l'organisme.

Cause

La douleur est généralement causée par la présence d'un calcul, c'est-à-dire d'une petite pierre formée dans la grande majorité des cas à partir du calcium contenu dans les urines. Ce calcul, encore appelé lithiase urinaire, se retrouve en général coincé dans les uretères, deux canaux très étroits qui relient les reins, où l'urine est fabriquée à partir du sang, à la vessie, et ne peut migrer dans la vessie puis l'urètre pour être expulsé. Dans certains cas, la colique néphrétique peut aussi être la conséquence d'une compression de l'uretère par un autre organe, une tumeur, une inflammation ou une cicatrice liée à une intervention chirurgicale (plus rare).

Symptômes

La douleur de coliques néphrétiques est extrêmement violente et constitue l'une des pires connues en médecine. Elle est ressentie de manière soudaine et brutale, d'un seul côté, à partir des lombaires et en direction des organes génitaux et irradie dans le flanc et sur la face interne de la cuisse. Cette douleur est accompagnée d'une transpiration abondante, sans qu'il y ait de fièvre, et associée à une pâleur, de l'angoisse et de l'agitation, aucune position ne parvenant à la calmer. Les urines restent généralement d'aspect normal, mais peuvent parfois contenir du sang.

Diagnostic

Le diagnostic est posé grâce à des examens complémentaires, notamment à l'échographie qui permet de révéler la présence d'un obstacle au niveau de l'urètre et d'un éventuel retentissement de l'obstruction au niveau du rein avec une dilatation des cavités pyélo-calicielles. Cette échographie est le plus souvent complétée par une radiographie pour éliminer les autres sources de douleurs potentielles (pyélonéphrite, appendicite, occlusion intestinale, inflammation du côlon, etc.), ou, parfois, pour visualiser le calcul (certains ne sont pas visibles, cela dépend de leur constitution). Un scanner peut également être réalisé, de même qu'une urographie intraveineuse et des examens urinaires, type bandelette urinaire ou examen cytobactériologique des urines (ECBU) pour rechercher une bactérie ayant pu causer une infection urinaire).

Traitement

Le traitement consiste d'abord à soulager la douleur en utilisant en général des injections intraveineuses d'anti-inflammatoires (Iburpofène), d'anti-spasmodiques (Phloroglucinol) ou même parfois de la morphine.
Le calcul peut s'évacuer spontanément par les voies naturelles. Il peut aussi persister et son ablation est alors nécessaire. Selon le type de calcul, on utilisera pour le détruire soit la lithotritie, une technique qui désagrège les calculs via une onde de choc, soit l'urétéroscopie qui consiste à passer une sonde dans l'uretère pour désintégrer le calcul, soit l'intervention chirurgicale.

Les médicaments de première intention sont les antalgiques comme le paracétamol permettant de diminuer les douleurs et les anti-inflammatoires non stéroïdiens qui peuvent diminuer l'oedème et l'inflammation au niveau du calcul urinaire mais également diminuer l'intensité des douleurs.

La prescription d'anti-inflammatoires non stéroïdiens comme par exemple le Profénid ou le Voltarène est recommandée en première intention en l'absence de contre-indications. Les médicaments qui s'utilisent par voie orale, sont plutôt conseillés en suppositoire par voie intra rectale ou en intraveineux à l'aide d'une perfusion.

Les médicaments antispamodiques comme le spasfon peuvent permettent de diminuer les spasmes des voies urinaires survenant au cours de ces crises.

Des médicaments morphiniques sont prescrits en association avec les anti-inflammatoires non stéroïdiens lorsque les douleurs s'aggravent. Certains praticiens prescrivent d'emblée l'association de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens et de morphiniques.

En cas de contre-indications aux médicaments anti-inflammatoires non stéroidiens comme par exemple un ulcère gastrique ou intestinal en évolution, une insuffisance hépatique ou insuffisance rénale sévère, une insuffisance cardiaque sévère non contrôlée ou une hémorragie en cours d'évolution des médicaments antalgiques et morphiniques sont dans ce cas proposés. La morphine est également utilisée en cas d'échecs des traitements antalgiques de niveau 1, comme le doliprane et les anti-inflammatoires non stéroïdiens. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont contre-indiqués au cours du 3ème trimestre de grossesse et déconseillés en début de grossesse. Il est alors conseillé de prescrire du paracétamol, des antispasmodiques et de la morphine.

Si les douleurs de la crise de colique néphrétique s'aggravent ou récidivent, la présence d'une fièvre, l'abscence totale d'émission d'urines (anurie), une hospitalisation en urgence doit être envisagée.

La présence de fièvre supérieure à 38 degrés et de frissons représentent une urgence nécessitant une hospitalisation au cours de laquelle une antibiothérapie à large spectre sera prescrite. Une surveillance très régulière de la température doit être effectuée.

Après le traitement de la crise, si celui-ci s'avère efficace, la prescription des médicaments sera renouvelée pendant plusieurs jours.

Drainage

Lorsque les médicaments ne diminuent les douleurs, lorsqu'une infection urinaire, une anurie ou une insuffisance rénale apparaissent, il est indispensable d'effectuer un drainage des cavités rénales. Le recours à une sonde va permettre de dériver les urines vers l'extèrieur.

Prévention

Les récidives étant fréquentes après un épisode de coliques néphrétiques, il est recommandé de boire au moins deux litres d'eau par jour pour les éviter et de limiter la consommation de certains aliments riches en purines comme les abats ou la charcuterie, pourvoyeurs de calculs. Il est également conseillé de consommer régulièrement des fruits et légumes pour empêcher la cristallisation des sels dans les voies urinaires. Si cela est insuffisant, un médicament, l'allopurinol, peut-être prescrit dans certains cas.

Publi-information
Publié par Jeff.
Ce document intitulé « Colique néphrétique - Causes, symptômes et traitement » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.