Maux de tête

Décembre 2016

Les céphalées ou maux de tête empoisonnent chaque jour la vie de milliers de personnes. Les céphalées, appelées "maux de tête" dans le langage courant, sont très fréquentes puisque, selon une étude de la DRESS, près d’une personne sur deux âgée de 15 ans et plus se déclare être sujette à des maux de tête, le plus souvent ponctuels (seulement 6% des céphalalgiques évoquent des maux de tête quotidiens) et de courte durée (2 heures ou moins pour 46% des individus). Ces maux de tête qui affectent six femmes pour quatre hommes, peuvent devenir un véritable handicap dans la vie quotidienne des personnes qui en sont victimes.


Définition

La céphalée est un terme générique désignant toute douleur, quelle qu'elle soit, ressentie au niveau de la boîte crânienne. Également appelées maux de tête dans le langage courant, les céphalées sont très courantes et représentent un motif majeur et fréquent de consultation médicale. Les céphalées peuvent tout être banales et bénignes, et plus rarement la conséquence directe de causes plus graves et révéler ainsi des maladies qui requièrent une prise en charge médicale. Plus de 95% des céphalées sont d'origine bénignes, mais il est parfois nécessaire de rechercher la cause de certains maux de tête pouvant être provoquées par des pathologies plus importantes.

Les maux de tête, même s'ils sont de nature bénigne, nécessitent l'avis d'un médecin afin que celui-ci puisse, une fois après avoir éliminé une situation urgente, prescrire un traitement antalgique permettant un soulagement des douleurs. La fréquence des maux de tête, leur localisation, les signes qui les accompagnent mais également leur durée varient en fonction des diagnostics. Les céphalées peuvent être aiguës ou modérées.

Les céphalées peuvent être chroniques ou brutales, anciennes ou récentes. Elles peuvent évoluer sous forme de crises violentes puis disparaitre ou au contraire devenir permanentes.

La localisation des céphalées peut considérablement varier selon chaque personne : Les céphalées peuvent se situer d'un côté du crane ou des 2 côtés. Elles peuvent atteindre une zone localisée ou l'ensemble du crâne.

Causes

Les céphalées font partie des troubles neurologiques les plus fréquents et représentent un des motifs de consultation les plus fréquents en médecine générale. On estime que 50% de la population présente des céphalées au cours d'une année.

Céphalées de tension

Les céphalées de tension sont les maux de tête les plus fréquentes. Les douleurs sont localisées le plus souvent des deux côtés de la tête et donnent cette curieuse impression d'avoir la tête prise dans un étau. Elles sont provoquées par une forte tension des muscles du cou, du cuir chevelu et du visage. Le stress est une des causes principales des céphalées de tension.

Migraine

La migraine, affection très fréquente et souvent invalidante, touche 10% à 15% de la population soit environ 7 à 8 millions de personnes en France. La migraine touche 3 à 4 fois plus les femmes et débute souvent à la puberté. La migraine est une pathologie bénigne mais peut être particulièrement invalidante et retentir sur la vie quotidienne des personnes qui en sont atteintes.

Algie vasculaire de la face

L'algie vasculaire de la face est une autre cause des céphalées : elle survient en série, par grappes ou par salves. L'algie vasculaire de la face peut survenir quotidiennement pendant plusieurs semaines puis d'interrompre pendant plusieurs mois. Elle provoque une douleur intense strictement latéralisée, lancinante derrière un oeil. Les autres manifestations associées : rougeur ou larmoiements de l'oeil et nez bouché.

Maladie de Horton

Les céphalées de Horton sont plus rares. Les céphalées de Horton surviennent en rafales ou en grappe. Les douleurs se prolongent pendant plusieurs semaines et peuvent disparaître de longs mois, voire des années avant de réapparaître. Elles se localisent à un côté du crâne et débutent souvent pendant la nuit.

Autres causes

Une pathologie dentaire comme une carie par exemple, une anomalie du rachis cervical, comme une arthrose cervicale, une insuffisance de sommeil ou sommeil non réparateur, une hypertension artérielle, des pathologies ORL comme une sinusite, ou une otite, un épisode de fièvre, des troubles de la vision non traités et non corrigés, une intoxication à l'oxyde de carbone, des manifestations allergiques comme une rhinite par exemple) peuvent provoquer des céphalées sourdes et invalidantes. Une hémorragie méningée, véritable urgence vitale, est un syndrome méningé aigu provoquant des céphalées très brutales et violentes provoquées par l'irruption de sang dans les espaces sous-arachnoïdiens du cerveau.

La fibromyalgie, le stress, des périodes des règles et syndrome prémenstruel, des anomalies neurologiques comme une tumeur cérébrale, un accident vasculaire cérébral, une méningite peuvent notamment provoquer des céphalées.

Symptômes

Classiquement, les douleurs ressenties peuvent être des sensations de brûlure, de picotements, de fourmillement ou de crâne « comprimé », écrasé. Selon les causes, potentiellement nombreuses, et les formes de céphalées, d'autres symptômes peuvent être associés à ces maux de tête, comme de la fièvre, des nausées, une hypertension artérielle, un flou visuel.

Diagnostic

Qu'elles se révèlent finalement sans gravité ou plus préoccupantes, la présence de céphalées ponctuelles ou chroniques doit faire l'objet d'une consultation médicale. Pour effectuer un diagnostic précis des causes et implications des céphalées, le médecin procédera à un interrogatoire détaillé, cherchant à caractériser le mode d'apparition, l'aspect intermittent ou continu, les facteurs aggravant ou améliorant, les caractéristiques des douleurs ressenties, leur intensité, les signes associés... L'examen clinique qui lui fait suite pourra être complété au besoin d'examens sanguins, dentaires ou ophtalmologiques, voire d'une radiographie des sinus, d'une ponction lombaire ou d'une imagerie cérébrale. Le diagnostic est avant tout clinique et le recours à des examens complémentaires ne se fait que dans de rares cas, surtout devant un caractère chronique des céphalées.

Traitement

Tout traitement médical doit au préalable prendre en considération l'ensemble des questions posées aux patients lors de l'examen médical, pour en déterminer les causes et donc les solutions à apporter. De nombreux médicaments peuvent faire office de solutions efficaces pour éradiquer les maux de tête, comme les antalgiques (paracétamol) qui sont le plus fréquemment utilisés. S'ils ne s'avèrent pas suffisants pour soulager la crise, d'autres médicaments comme les anti-inflammatoires sans cortisone (aspirine notamment), peuvent être prescrits. En cas de migraines, cas le plus fréquent de céphalées chroniques, le repos dans le noir et le silence, un bon sommeil et une bonne hygiène de vie restent les meilleurs alliés pour soulager la douleur ponctuelle. Des traitements de fond sont parfois prescrits en cas de crises trop fréquentes ou handicapantes.

Signes d'urgence

Les céphalées ou les maux de tête sont le plus souvent bénignes. Mais il arrive parfois, heureusement très rarement que ces céphalées révèlent un pathologie médicale nécessitant une hospitalisation en urgence.

Les céphalées (ou maux de tête) sont des symptômes courants et généralement sans gravité. La quasi-totalité des maux de tête est d'origine bénigne (environ 95%), mais il est parfois important de chercher leur origine car il peuvent causés par des pathologies plus graves. Dans certains cas, une consultation médicale urgente peut être nécessaire.

Des maux de tête qui ont tendance à s'aggraver depuis quelques jours ou plusieurs semaines nécessitent un avis médical urgent.

Devant l'apparition de maux de tête présentant les caractéristiques énoncées ci-dessus, téléphoner au 15 ou au 112 (téléphone portable).

Apparition brutale et intense

Des maux de tête qui apparaissent de manière brutale et d'intensité aigue nécessitent un avis médical urgent. En effet, cette manifestation peut représenter un signe d'hémorragie méningée. L'hémorragie méningée, véritable urgence vitale, est un syndrome méningé aigu déclenchant des céphalées très brutales et violentes provoquées par l'irruption de sang dans les espaces sous-arachnoïdiens du cerveau.

Convulsions ou épilepsie

Des maux de tête qui s'accompagnent de convulsions ou crise d'épilepsie peuvent témoigner de la gravité des manifestations.

Fièvre

Des maux de tête qui s'accompagnent d'une fièvre ou d'une rigidité de la nuque pouvant témoigner d'une méningite. Chez l'adulte et chez l'enfant âgé de plus de 2 ans, la méningite se caractérise par l'apparition de trois signes classiques : raideur de la nuque, fièvre, conscience altérée ou maux de tête.

Troubles neurologiques

Des maux de tête qui s'accompagnent d'une anomalie neurologique : vertige, troubles de l'élocution, engourdissement des membres voire paralysie, confusion de quelques instants, sensation de voire double, amnésie de quelques minutes ou secondes...pouvant témoigner d'un accident vasculaire cérébral.

Nausées et vomissements

Des maux de tête qui s'accompagnent de nausées et vomissements peuvent faire craindre l'apparition d'une méningite.

Remède naturel

Grande camomille

La grande camomille, dont les fleurs ressemblent à des marguerites, est une plante herbacée vivace. Ses feuilles, à utiliser séchées, contiennent du parthénolide. Cette substance agit sur les neurotransmetteurs. Administrée en tisane, la grande camomille est connue pour son efficacité dans le traitement préventif de la migraine.

Saule blanc

L'écorce de saule blanc possède des vertus antalgiques, efficaces contre tous types de douleurs. Elle est ainsi utilisée pour soulager les maux de tête ainsi que les crises de la migraine. Le saule blanc contient de l'acide salicylique, molécule utilisée à l'origine pour fabriquer l'aspirine.

Ginkgo biloba

Le ginkgo biloba n'est pas seulement un arbre sacré en Chine et au Japon, dont la durée de vie atteint le millier d'années. Ses feuilles renferment des propriétés neuroprotectrices et vasodilatatrices. Elles agissent à la fois sur le cerveau et la circulation sanguine. En gélules, en teinture mère ou en tisane, le ginkgo calme les migraines.

Reine-des-prés

La reine-des-prés détient les mêmes vertus antalgiques que le saule blanc. Moins souvent préconisée que ce dernier, elle peut compléter son action en cas de fortes douleurs.

Vidéo

Les précisions du docteur Pierrick Hordé :

En savoir plus


A voir également :

Publi-information
Ce document intitulé « Céphalée - Mal de tête - Causes, symptômes et traitement » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.