Choc septique

Juin 2017

Le choc septique est une insuffisance circulatoire aiguë secondaire à une infection bactérienne. Il s'agit de la forme la plus grave de réponse inflammatoire. On dénombre des cas de chocs septiques surtout en réanimation à l'issue d'une intervention chirurgicale. En effet, il est provoqué par l'infection des plaies ouvertes du patient. Le choc septique est dû à la présence de bactéries dans le sang ou à la présence de microbes à l'intérieur de tissus habituellement stériles. Dans les cas les plus graves de chocs septiques, certains organes du corps manifestent un dysfonctionnement important pouvant entraîner la mort.



Définition

Le choc septique est défini par la présence d'un sepsis sévère mais dans lequel l'hypotension qui en résulte n'est pas améliorée malgré l'apport par perfusion d'un remplissage des vaisseaux sanguins. Dans ce contexte, des médicaments actifs sur les vaisseaux comme la dopamine, la dobutamine, l'adrénaline ou la noradrénaline doivent être administrés par voie sanguine pour espérer permettre une amélioration de la perfusion des organes souffrant de cet état de choc. Parallèlement, le traitement de l'infection généralisée doit être mis en place et les causes doivent être recherchées.

Cause

Le choc septique est responsable du décès de 50% des patients admis en réanimation. La physiopathologie du choc septique revient à comprendre quelle cascade biologique entraîne cette inflammation excessive associée à une défaillance circulatoire aiguë. L'infection initiale va provoquer une hypotension (par vasodilatation et augmentation de la perméabilité des vaisseaux). Ainsi, les organes vont être inégalement alimentés en sang. Cela se traduit par la dysfonction de certains organes et l'apparition des troubles circulatoires caractéristiques d'un choc septique.

Symptômes

Il existe un certain nombre de symptômes communs aux différents chocs : hypotension artérielle, pâleur, tachycardie, froideur et cyanose des extrémités, troubles de la conscience voire coma, augmentation de la fréquence respiratoire et arrêt de la formation d'urines. D'autres signes sont plutôt en faveur de l'origine septique du choc comme des frissons, une fièvre ou au contraire une hypothermie, une infection identifiée ou suspectée.

Diagnostic

Le diagnostic du choc septique est effectué en recherchant les germes dans le sang. Des prélèvements sanguins sont réalisés et le sang est mis en culture (hémocultures) pour identifier la bactérie en cause. Cependant, en fonction de la violence du choc, diagnostic et traitement seront menés simultanément.

Traitement

Le traitement dépend de la nature, de la cause et de l'intensité du choc septique. Dans un premier temps, le médecin dispense des perfusions pour augmenter le volume circulant dans les vaisseaux sanguins. Si ce remplissage est insuffisant, on peut avoir recours à d'autres médicaments de l'urgence comme la dopamine ou la noradrénaline. En cas de choc profond, le patient pourra être intubé. Parallèlement, on administre au plus vite au patient des antibiotiques, traitement qui sera secondairement adapté en fonction du germe identifié sur les hémocultures. En cas de choc septique violent, le patient peut être admis en soins intensifs.

Prévention

Un traitement rapide des infections bactériennes en milieu hospitalier est fortement recommandé de même qu'une grande vigilance en salle d'opération avec une asepsie stricte et le respect de règles d'hygiène élémentaires.

A voir également


Publi-information
Publié par Jeff.
Ce document intitulé « Choc septique » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.