Anticoagulants - Indications et risques

Septembre 2017

La coagulation sanguine se déroule en plusieurs stades permettant la formation d'un caillot sanguin. Un anticoagulant est un médicament qui permet de ralentir une coagulation excessive en permettant de fluidifier le sang et en empêchant la formation de ces caillots. Ce traitement nécessite une surveillance. En effet, chaque année en France, les surdosages d’AVK sont responsables de 17.000 hospitalisations.
Les médicaments anticoagulants sont prescrits dans plusieurs situations, comme par exemple lors de phlébite. Les plus utilisés sont les anti-vitamines K, encore appelés AVK, agissent lentement et peuvent être pris sur de longues périodes.


Définition

La coagulation correspond à la transformation d'une substance liquide en substance plus ou moins solide. Au niveau sanguin, elle se déroule en plusieurs stades permettant la formation d'un caillot sanguin. Un anticoagulant permet de ralentir une coagulation excessive. Il s'agit d'un médicament utilisé sous contrôle médical étroit. Il permet de fluidifier le sang et d'empêcher la formation de ces caillots.

Indications

Les anticoagulants sont prescrits en cas de phlébite, d'embolie pulmonaire, d'un ralentissement de l'afflux sanguin aux organes ou d'insuffisance cardiaque. Deux types d'anticoagulants sont utilisés en médecine : les héparines, anticoagulants rapidement actifs, mais peu recommandés pour une utilisation sur de longues périodes, et les antivitamines K, communément appelés AVK, agissant plus lentement, mais pouvant être pris au long cours.

INR

Le dosage sanguin de l'INR est prescrite à des patients qui ont un traitement anticoagulant par anti-vitamine K. Le suivi de l'INR permet un contrôle des doses d'AVK à prescrire car deux risques doivent être évités : l'hémorragie liée à un surdosage, et la thrombose liée à un sous dosage. Un patient sous anticoagulant, doit être très bien éduqué afin de contrôler les variation de cet indice. L'INR est un des indicateurs de la coagulation sanguine qui permet d'affiner les résultats du taux de prothrombine, taux permettant la mesure du temps de coagulation d'un plasma sanguin citraté en présence de thromboplastine calcique. Si l'INR est anormal, le traitement sera réajusté.



L’efficacité des AVK est ainsi contrôlée en mesurant l’INR (International Normalized Ratio, paramètre qui reflète précisément la fluidité du sang. Une personne ne prenant pas d'AVK doit avoir une l’INR de 1. Des valeurs cibles pour l’INR sont établies pour chaque pathologie. Par exemple, une personne portant une valve cardiaque artificielle et qui prend un AVK doit avoir un INR compris entre 3 et 4,5 alors que celle qui a eu un infarctus du myocarde doit avoir une INR comprise entre 2 et 3.

Méconnaissance des valeurs de l'INR

Les personnes prenant un médicament anticoagulant par AVK, ont un l’INR qui augmente. Or
40 % des patients traités par des AVK ne connaissent pas correctement la fourchette acceptable d’INR et 25 % ne contrôlent pas ce taux, aux dates prescrites par le médecin et prennent le risque de voir survenir des caillots ou des hémorragies. Or plus l'INR est élevé, et plus le sang met du temps à coaguler avec un risque hémorragique qui augmente.
Un carnet de suivi est systématiquement délivré aux patients prenant des AVK. Ils y trouvent des conseils, ainsi que les valeurs de l’INR proposées par le médecin prescripteur.
Un écart constaté par rapport aux fourchettes lors d'un dosage de l'INR nécessite dans tous les cas de contacter le médecin en urgence afin d'envisager une modification des doses.

Prudence

Certains aliments de base tels que épinards, choux et brocolis sont très souvent signalés comme pouvant modifier l'efficacité des anticoagulants classiques (Previscan, Sintrom, Coumadine...). Mais il y a également de nombreux médicaments phytothérapiques ainsi que de nombreux compléments alimentaires contenant des extraits végétaux, très en vogue depuis quelques temps, mais qui peuvent être déconseillés voire contre indiqués en présence d'un traitement anticoagulant en cours.

Risques d'hémorragies ou de phlébites

Soit par risque de saignements intempestifs ou, à l'extrême, d'hémorragies potentiellement graves. Dans ce cas, la valeur de l'INR peut être anormalement élevée. Soit, au contraire par inactivation partielle du traitement anticoagulant ce qui peut être source de récidives pour une phlébite, une embolie pulmonaire, etc... Dans ce cas, la valeur de l'INR peut être nettement abaissée. Dans tous les cas, signalez systématiquement à votre médecin traitant la consommation de produits à base de plantes, car il reste le mieux placé pour vous conseiller et juger des précautions à prendre dans ce domaine.

Aliments pouvant interférer avec la prise des anti coagulants

Vous trouverez ci-dessous la liste des végétaux dont la consommation peut être limitée ou interdite en association avec un médicament anti-coagulant :
Les principaux végétaux susceptibles d'accentuer un risque de saignement en association avec les anticoagulants sont l'Ache des montagnes, l'Achillée millefeuille, l'Ail, l'Airelle, l'Ananas, l'Angélique, l'Anis, l'Arnica, la Bardane, le Boldo, la Camomille sauvage, la Grande camomille, la Canneberge, le Céleri, le Chêne marin, la Cranberry, le Curcuma et Curcumine, l'Eleuthérocoque, le Fénugrec, les Feuilles de vigne, le la Fève de Tonka, le Passiflore, le Fucus vésiculeux, la Gelée royale, le Gingembre, le Ginkgo et le Ginkgo biloba, l'Harpagophytum, l'Herbe de Saint-Barthélemy, le Kola, la Levure de riz rouge, le Lin, la Mangue, le Marron d'inde, le Maté, le Mélilot, la Myrtille, l'Oignon, l'Orange sanguine, le Pamplemousse, la Papaye et la papaye fermentée, le Passiflore, les Pépins de raisin, le Persil, le Piment de Cayenne, le Pissenlit, le Psyllium, le Raisin, le Réglisse, la Reine des près, le Saule blanc, le Trèfle rouge, le Varech, la Vigne à raisin, la Vitamine B3 et la Vitamine E.

Les principaux végétaux pouvant entraîner une diminution d'activité des anticoagulants sont l'Aigremoine, les Algues, le Coenzyme Q10, CoQ10, le Ginseng, les Isoflavones de soja, le Lait de soja, la Luzerne, la Mélatonine, le Millepertuis, le Thé vert, la Verveine officinale, la Vitamine C et la Vitamine K.

INR trop élevé

INR trop élevé


© JPC-PROD - Fotolia.com.

Auteur : DCI

A voir également


Publi-information
Publié par Jeff.
Ce document intitulé « Anticoagulants - Indications et risques » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.