Fumer un joint - Cannabis - Statistiques et effets sur la santé

Septembre 2016

Le cannabis a longtemps été considéré comme moins toxique que le tabac et l'alcool. Entre 2000 et 2005, le nombre de fumeurs réguliers de cannabis a fortement augmenté, passant de 3,8% à 5,9%. La baisse du prix du cannabis au cours de ces dernières années a contribué à augmenter sa consommation.


Le cannabis est le produit illicite le plus largement consommé en France. A 17 ans, un adolescent sur cinq en consomme plus de 10 fois dans l'année, et 15% d'entre eux plusieurs fois par semaine. Le cannabis est le produit psychoactif le plus consommé chez les jeunes en France, selon un rapport de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). La consommation régulière de cannabis peut développer d'autres addictions à d'autres drogues, comme la cocaïne et l'héroïne. Entre 2011 et 2014, l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies a observé une augmentation importante de la consommation du cannabis chez les adolescents de 17 ans : 47,8% en ont consommé au moins une fois, soit près d'un adolescent sur 2, alors qu'ils n'étaient que 41,5% trois ans plus tôt.

Définition




Le cannabis est une plante, originaire d'Asie, appartenant à la famille des Cannabaceae. Le cannabis est considéré à la fois comme drogue et comme remède médical. En effet, si en France, la consommation de cannabis est illégale, aux Etats-Unis, elle est autorisée à des fins thérapeutiques. Certaines formes de cannabis entrent dans la composition de produits pharmaceutiques. C'est le cas du chanvre, présent dans certains médicaments et crèmes utilisés par les sportifs et les kinésithérapeutes. Le cannabis est le nom scientifique donné au chanvre indien, une plante dont on tire le haschich. Le principe actif du cannabis est le THC (tétrahydrocannabinol), une substance psychoactive qui agit sur le système nerveux central. Le cannabis existe sous différentes formes : herbe, résine, huile ou space cake. Le cannabis agit sur l'activité des neurones et sur les cellules immunitaires, notamment dans les régions du cerveau qui gèrent la formation de la mémoire et les émotions. Le cannabis affecte les capacités motrices et psychomotrices, amplifie l'audition et la vision, modifie l'analyse des situations.

Herbe : marijuana, ganja, beuh

Appelée aussi marijuana, ganja ou beuh, ce sont les feuilles ou tiges séchées mélangées à du tabac et roulées en cigarettes.

Résine : haschich, hasch, shit

Elle se présente en plaques compressées ou en barrettes de couleur verte, brune ou jaune et peut être coupée avec des substances toxiques. La résine se consomme dans un « pétard » ou une pipe à eau.

Huile

C'est une préparation plus concentrée en principe actif consommée généralement au moyen d'une pipe.

Ak-47

L'Ak-47 est une variété hybride de cannabis aux effets particulièrement puissants. En effet, cette variété possède une très forte teneur en THC (tétrahydrocannabinol, la molécule active du cannabis, celle qui lui donne son caractère psychotrope). Très populaire en Hollande, où sa consommation est légale (contrairement à la France), l'Ak-47 produit une détente physique et a un effet antalgique (antidouleur) particulièrement efficace contre les rhumatismes. Elle est également connue pour réduire les états dépressifs et pour redonner de l'appétit.

Gâteau : Space cake

Le « Space cake » est un gâteau à base de cannabis.

Cannabinoïdes

Les cannabinoïdes sont des substances qui agissent sur le système nerveux central, le système nerveux périphérique et dans le système immunitaire, et plus particulièrement sur les récepteurs cannabinoïdes. Ils peuvent être d'origine végétale, comme le cannabis, d'origine humaine ou animale, avec une action sur la fertilité, ou d'origine synthétique, utilisés comme psychotropes pour soulager des douleurs chroniques. Le cannabis produit naturellement les cannabinoïdes ayant des propriétés euphoriques et anticonvulsives.

Prix

La baisse du prix du cannabis lors de ces dernières années a contribué à augmenter sa consommation. 12,4 millions de Français âgés entre 12 et 75 ans indiquant avoir déjà consommé du cannabis au moins une fois dans leur vie. L'âge moyen de la consommation du premier joint est de 15 ans.

Statistiques

Selon l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies, la France compterait 3,9 millions de consommateurs, dont 1,2 million réguliers. Un Français âgé de 15-16 ans sur dix avoue avoir déjà pris au moins une drogue illicite, hors cannabis, d'après les premiers résultats de l'étude European School Survey Project on Alcohol and other Drugs (ESPAD), présentés par l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) en Mai 2012. La consommation de ce type de produits (amphétamines, cocaïne, ecstasy ou LSD) est deux fois plus élevée qu'en 1999, la prévalence passant de 5% à 10%. Cette enquête a été réalisée entre avril et juin 2011 auprès d'adolescents âgés de 15-16 ans scolarisés dans 36 pays européens, dont la France. En France, 2.572 élèves scolarisés dans 195 établissements ont participé à l'étude.

En France, plus de 20% des adolescents ont fumé un joint au collège. Les adolescents français sont placés second en Europe en matière de consommation de drogues illicites, en dehors cannabis.

L'enquête européenne Health Behaviour in School Aged Children, menée sur plus de 11 000 adolescents en France montre que, en troisième, un garçon sur quatre et plus d'une fille sur cinq a déjà consommé du cannabis. L'usage régulier concerne 3% des adolescents de 15 ans et, depuis 2006, la consommation reste stable pour les élèves de cet âge, comme d'ailleurs pour ceux de 11 ans. Les experts notent cependant une augmentation inquiétante à l'âge de 13 ans: de 4,8% en 2006 à 6,4% en 2010.

Effets immédiats

Les effets immédiats du cannabis sont la sensation d'une état de détente et de bien-être, une euphorie et une modification des perceptions. Apparaissent une augmentation du rythme du pouls, un ralentissement des réflexes, une stimulation de l'appétit, bouche sèche, yeux rouges accompagnés parfois d'une sensation de nausée.

Effets sur la santé

La consommation de cannabis a des répercussions sévères sur la santé. 50% des adolescent âgés de 17 ans fumant du cannabis présentent des problèmes sociaux. Le cannabis brûle moins que le tabac et produit davantage de gaz carbonique. Fumer un joint équivaut à fumer entre 2,5 et 5 cigarettes de suite. Fumer du cannabis serait 20 fois plus dangereux pour la santé, à dose égale, que fumer du tabac, selon une étude néo-zélandaise publiée en Janvier 2008 par le Journal Européen de Pneumologie (ERJ).

Symptômes respiratoires

Les manifestations respiratoires peuvent être une bronchite chronique ou plus grave, un cancer (œsophage, gorge ou un cancer du poumon. Selon une étude publiée en 2008 dans le Journal Européen de Pneumologie (ERJ, fumer du cannabis serait environ 20 fois plus dangereux pour la santé, à doses équivalentes, que fumer du tabac. En effet, la fumée du cannabis serait deux fois plus concentrée en agents carcinogènes que celle du tabac. D'autre part, les joints sont généralement fumés sans filtre correct, et jusqu'à la dernière bouffée, ce qui augmente la quantité de fumée avalée. Le risque de cancer des poumons est multiplié par 5,7 chez les personnes qui avaient fumé plus d'un joint par jour pendant 10 ans, ou deux joints par jour pendant cinq ans.

L'effet néfaste sur les poumons (sifflements, toux...) serait directement proportionnel au nombre de joints fumés. Les fumeurs de tabac consommant également du cannabis aggravent les effets néfastes sur les poumons et multiplie par 3,5 les risques de bronchite chronique.

Les chercheurs évoquent désormais une "épidémie" de cancers des poumons directement liés à la consommation de cannabis. Dans le groupe étudié, le risque de cancer des poumons était multiplié par 5,7 chez ceux qui avaient fumé plus d'un joint par jour pendant dix ans, ou deux joints par jour pendant cinq ans. Les auteurs de l'étude estiment qu'un cancer des poumons sur vingt en Nouvelle-Zélande pourrait être directement lié au cannabis.

D'après les auteurs de ces travaux réalisés auprès de 79 patients atteints d'un cancer des poumons, la fumée du cannabis serait deux fois plus concentrée en carcinogènes que celle du tabac. D'autre part, fumer un joint, sans filtre, et jusqu'au bout augmente la quantité de fumée avalée.

Troubles neurologiques

Les effets neurologiques du cannabis sont nombreux et peuvent être irréversibles. La consommation de cannabis au cours de l'adolescence provoque des retentissements jusqu'à l'âge adulte : Problèmes de mémoire et de motivation. aggravation des troubles psychiques comme l'anxiété et les bouffées délirantes, troubles de l'attention, difficultés à contenir ses pulsions, agressivité, diminution des performances cognitives et psychomotrices. Les difficultés scolaires et d'insertion sociales sont également très souvent constatées chez les fumeurs de cannabis qui ont débuté à l'adolescence.

Risques sur le cerveau

D'autre part, les résultats d'une analyse de trente cinq études scientifiques publiées dans la revue Lancet en 2007 concernant le cannabis ont montré que consommer du cannabis augmenterait de 40% les risques de développement d'une maladie mentale et de troubles psychologiques. Cette augmentation est proportionnelle à la quantité de cannabis consommée : le risque de souffrir de schizophrénie, d'hallucinations ou de toute autre forme de psychose augmenterait de 50% à 200% chez les gros fumeurs de cannabis.

Une étude parue en 2006 dans la revue médicale Neurology et menée par une équipe de chercheurs a mis en évidence les effets du cannabis sur la mémoire avec une perte de 50% de la mémoire immédiate chez les gros consommateurs, impactant les aptitudes intellectuelles, l'activité verbale et l'attention.

Risques de cancer

Le risque de cancer pour un fumeur du cannabis serait environ 20 fois plus élevé que pour un fumeur de tabac (à dose égale) selon une étude néo-zélandaise publiée en 2008 par le European Respiratory Journal (ERJ). Selon les auteurs de ces travaux réalisés auprès de 79 patients affectés par un cancer des poumons, la fumée du cannabis possèderait une concentration en carcinogènes deux fois plus haute que celle du tabac. La "façonde fumer" serait également en cause: les joints sont souvent consommés sans filtre correct, et jusqu'au bout, ce qui augmente la quantité de fumée avalée.

Les chercheurs évoquent désormais une "épidémie" de cancers des poumons liés directement à la consommation de cannabis.

Le risque de cancer des poumons, dans le groupe étudié, a été multiplié par un facteur de 5,7 chez les individus ayant fumé quotidiennement plus d'un joint durant dix ans, ou 2 joints par jour durant cinq ans. Les auteurs de l'étude considèrent qu'un cancer des poumons sur 20 en Nouvelle-Zélande serait directement en rapport avec le cannabis. (sources Relax News Janvier 2008)

Risques à long terme

A long terme, peuvent survenir une dépendance psychique, des problèmes de mémoire et de motivation, un isolement social et une aggravation des troubles psychiques avec anxiété et bouffées délirantes. Selon de nombreuses études, les consommateurs de cannabis auraient 41% plus de risques de développer une psychose. Plus la consommation de cannabis est importante, plus certaines régions du cerveau seraient réduites, notamment celles impliquées dans la mémoire, les émotions, la peur l'agressivité. Apparaissent également une diminution des performances cognitives et psychomotrices avec des difficultés scolaires chez les adolescents ainsi que des troubles urinaires.

Traitement

Il n'existe pas de traitement pharmacologique de la dépendance. Le médecin et le psychologue peuvent aider le patient à se défaire de son addiction.

Vidéo

Les précisions du docteur Pierrick Hordé :

A voir également :

Publi-information
Publi-information
Ce document intitulé « Fumer un joint - Cannabis - Statistiques et effets sur la santé  » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.