Entorse de la cheville

Octobre 2017

La cheville est une articulation située entre les os de la jambe , le tibia et le péroné et l’astragale, os situé au sommet du pied. Plusieurs ligaments dont le ligament latéral externe en assurent la cohésion.
L'entorse de la cheville est provoquée par un traumatisme des ligaments situés dans l'articulation de la cheville. Les entorses concernent, dans la grande majorité des cas, le ligament externe ou collatéral latéral. L’entorse de la cheville est une pathologie très courante, qui représente le traumatisme le plus fréquent de l'appareil locomoteur, à l'origine de 7 à 10 % des consultations d'urgence hospitalière. Elle peut se manifester dans des activités quotidiennes ou lors de pratiques sportives, à la suite d'un faux pas, d'une mauvaise réception du pied après un saut ou après une torsion du pied en effectuant un mouvement brutal vers l'intérieur. Selon l’évolution et l’importance des manifestations, l’entorse pourra être bénigne, moyenne ou grave. Elle nécessite la plupart du temps un avis médical.

Manifestations

L’entorse bénigne correspond à un étirement des ligaments provoquant un léger œdème de l’articulation. Au cours d’une entorse moyenne, les ligaments se distendent et peuvent se rompre. Lors d’une entorse grave, le ligament est entièrement rompu et apparaissent un ou plusieurs arrachements osseux. La durée de gonflement et de l'œdème varient selon le temps de mise au repos de l'articulation.

Complications

La complication la plus fréquente pouvant survenir rapidement est la phlébite en raison de l’immobilisation de l’articulation. A plus long terme, lorsque l’entorse n’a pas été prise en charge correctement, des douleurs, une raideur et une instabilité de l’articulation peuvent persister, gêner la marche et entrainer un handicap. D’autre part, ces symptômes peuvent représenter des facteurs de risque de l’arthrose.

Facteurs de risques

Les jeunes en pleine croissance et les sportifs sont les plus exposés aux entorses de la cheville. Certains facteurs favorisent également la survenue d’une entorse de cheville comme par exemple la pratique de sports de contact comme le basket ou le foot ainsi que les sports de pivot, comme le tennis au cours desquels les changements de direction sont souvent brutaux. La marche active et le jogging sur un terrain en mauvais état ou dont la surface est irrégulière, le port de chaussures instables, mal adaptées, ou trop usées représentent d’autres facteurs de risque. Une anomalie de la statique du pied ou des troubles de la coordination des mouvements constateés par exemple au cours d’une pathologie neurologique comme par exemple au cours de la maladie de Parkinson ou lors d’un état d’ébriété peuvent provoquer une entorse de la cheville.

Consulter en urgence

Consulter en urgence en cas de douleurs violentes, de difficultés à marcher, lors de la présence d’un claquement ou d’un craquement, d’un déboîtement ou d' un écoulement à l'intérieur de la chevilleet de la sensation d’avoir une déchirure. Il faut aussi consulter très rapidement en cas de gonflement localisé qui s'étend sur tout de pied et lorsqu’il est impossible de marcher sans ressentir une violente douleur. Lorsque les douleurs ou/et l’odème ne disparaissent pas au bout de 48 heures, il faut également prendre un avis.

Ce qu’il faut faire immédiatement en attendant l’avis d’un médecin

Interrompre immédiatement l’activité car la poursuivre aggravera les lésions. Appliquer de la glace afin de diminuer l’oedeme : placer pendant vingt minutes environ une poche à glace en mettant un linge entre la glace et la peau afin d’éviter une brûlure provoquée par le froid. En attendant de consulter, bander la cheville en évitant de trop serrer et surélever la jambe afin que l’œdème ne s’aggrave pas. Acheter une bande élastique ou une attelle en prenant l’avis du pharmacien s’il est impossible de consulter un médecin rapidement ceci afin de soutenir la cheville et de la mettre au repos. Prendre des antalgiques comme le paracétamol en cas de fortes douleurs mais il faut éviter l’aspirine pouvant aggraver d’éventuels saignements. Un traitement local anti-inflammatoire sous forme de gel peut également être utilisé : appliqués sur la peau, les AINS passent faiblement dans le sang et entrainent moins d’effets secondaires que ceux pris par voie orale. Peuvent par exemple être utilisés Antarène gel, Diclofénac gel, Ketum gel, Niflugel, Voltarenactigo ou Flector effigel

Attention : le Kétum peut provoquer des réactions parfois sévères de photosensibilité lors de l’exposition au soleil. La zone traitée doit donc être protégée du soleil pendant le traitement ainsi que pendant les 2 semaines qui suivent son arrêt.

Traitement des entorses moyennes

Au cours d »une entorse moyenne, il est nécessaire, selon l’avis du médecin pendant plusieurs semaines, d’utiliser une orthèse semi-rigide ou une contention adhésive ainsi qu’un bandage élastique. Des séances de kinésithérapie sont prescrites dès les douleurs ont disparu

Traitement des entorses graves

Lors d’une entorse grave il est d’abord indispensable d’immobiliser l’articulation avec une orthèse rigide ou semi-rigide puis d’envisager une rééducation par un kinésithérapeute afin de retrouver la mobilité et le fonctionnement de l’articulation.


Crédits photo : © Nobilior - Fotolia.com

A voir également


Publi-information
Publié par p.horde.
Ce document intitulé « Entorse de la cheville » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.