Vasoconstricteurs et rhinite - Prudence

Avril 2017

La Société Française d'Oto-Rhino-Laryngologie et de Chirurgie de la face et du cou (SFORL) a publié en octobre 2011 des recommandations professionnelles à destination des pharmaciens et praticiens, pour la prise en charge des patients atteints d'obstruction nasale. L'obstruction nasale a généralement de graves répercussions sur la vie quotidienne. Les vasoconstricteurs oraux et locaux, bien utilisés constituent un traitement symptomatique efficace, recommandé chez l'enfant et l'adulte.


Les molécules vasoconstrictrices

Les principes actifs disponibles en France sont :
  • adrénaline.
  • naphazoline.
  • néosynéphrine.
  • oxymétazoline.
  • pseudoéphédrine.
  • tuaminoheptane.

Rappels pharmacologiques

La SFORL recommande :
  • quelle que soit la voie d'administration,
  • de respecter la dose et la durée de traitement du vasoconstricteur,
  • de respecter les contre-indications figurant dans le RCP,
  • de ne pas associer deux vasoconstricteurs,
  • de rechercher au préalable les facteurs de risque figurant dans le résumé des caractéristiques du produit,
  • d'informer le patient sur les signes d'alerte (tachycardie ou palpitations, céphalées, malaise...) devant faire arrêter le traitement par vasoconstricteur.

Utilisation des vasoconstricteurs par le patient

Par voie générale

L'usage des vasoconstricteurs par voie générale est :
  • réservé à l'adulte jeune (à partir de 15 ans).
  • prescrit au cours :
    • des rhinopharyngites avec obstruction nasale gênante,
    • des rhinosinusites infectieuses aigües,
    • des poussées congestives des rhinites allergiques.
    • pour une courte durée (5 jours maximum)..


La SFORL ajoute : « Il est recommandé au médecin prescripteur et au pharmacien délivrant des spécialités contenant une association fixe vasoconstricteur + antipyrétique/antalgique (paracétamol ou ibuprofène essentiellement) par voie orale, de prévenir le patient de la nécessité d'arrêter ce traitement dès que les symptômes obstructifs ont disparu et de ne pas le poursuivre ou le reprendre à titre antipyrétique ou antalgique. ».

Par voie locale

Les vasoconstricteurs locaux constituent un traitement symptomatique efficace :
  • de l'obstruction nasale des rhinosinusites aigües,
  • des rhinopharyngites aigües,
  • des poussées congestives de la rhinite allergique.

Alternatives thérapeutiques

  • Lavages de fosses nasales au sérum salé,
  • Corticoïdes topiques,
  • Antihistaminiques.

Ces alternatives sont à utiliser notamment en cas de contre-indication des vasoconstricteurs.

Devant une obstruction nasale persistante et documentée, la SFORL recommande :
  • une chirurgie fonctionnelle, adaptée :
    • aux anomalies anatomiques rhinologiques,
    • à l'âge du patient..

Effet rebond des vasoconstricteurs locaux

La SFORL précise que « l'effet rebond des vasoconstricteurs locaux, c'est-à-dire l'augmentation des résistances nasales à l'arrêt du traitement, n'a été décrit qu'expérimentalement chez des volontaires sains. Il pourrait correspondre en fait à la poursuite évolutive de la maladie qui a motivé la prescription du vasoconstricteur. ».

Utilisation prolongée des vasoconstricteurs locaux

Un examen ORL et cardiovasculaire est recommandé en cas de nécessité de prolonger la prescription ou la délivrance de vasoconstricteur.

Populations particulières

La SFORL apporte dans le document des recommandations particulières pour :
  • la femme enceinte,
  • la femme allaitante,
  • le nouveau né ou le nourrisson,
  • l'enfant,
  • le sportif,
  • le patient atteint de pathologie cardiaque ou vasculaire,
  • le patient âgé.

Pour aller plus loin

Utilisation des vasoconstricteurs en rhinologie (PDF), recommandation professionnelle par consensus formalisé (RCF), Société Française d'Oto-Rhino-Laryngologie et de Chirurgie de la face et du cou (SFORL).


Crédit photo : Matthew Brown - iStock

A voir également


Publi-information
Publié par sante-medecine.
Ce document intitulé « Vasoconstricteurs et rhinite - Prudence » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.