Évolution des habitudes et modes de consommation (Anses)

Novembre 2017


En juillet 2017, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a rendu les résultats de sa troisième étude consacrée aux habitudes alimentaires des Français. Parmi les grandes tendances à retenir : des apports journaliers souvent inadaptés, l'augmentation de la consommation de denrées crues et de compléments alimentaires, et le manque d'activité physique.

Contexte

Les études individuelles nationales des consommations alimentaires (INCA) sont menées à intervalles réguliers par l'Anses. Elles permettent d'obtenir une photographie des habitudes alimentaires des Français, et d'évaluer le risque lié à l'alimentation.
La troisième version de l'étude INCA a été réalisée en 2014 et 2015 auprès de plus de 5800 personnes, au moyen de 150 questions, de la collecte de 13 000 journées de consommation et de données portant sur 320 000 aliments consommés. La dernière étude INCA datait de la période 2006-2007.

Dans l'assiette des Français

Quantités d'aliments et répartition

Les résultats de l'étude INCA 3 réalisée par l'Anses portent notamment sur la quantité d'aliments et boissons consommées par les Français. Elle s'élève à 1,6 kg par jour chez les enfants de 0 à 10 ans, à 2,2 kg par jour chez les adolescents de 11 à 17 ans et à 2,9 kg passé l'âge de 18 ans. L'apport énergétique total suit la même variation, avec une augmentation en fonction de l'âge.
D'après les résultats de l'étude, il apparaît également que les hommes mangent plus que les femmes, avec une préférence pour les produits céréaliers, les viandes, charcuteries et fromages. Les femmes ont quant à elles tendance à privilégier les yaourts et fromages blancs, les compotes et les volailles.

Des apports en sel et en fibres inadaptés

Parmi les tendances à retenir de l'étude INCA 3 : des apports en sel trop élevés, et à l'inverse insuffisants en fibres.
Les hommes adultes consomment en moyenne 8 g de sel par jour, et les femmes 7 g par jour. Soit respectivement 1 g et 0,5 g au-dessus des recommandations établies par le Programme national nutrition santé. En conséquence, l'Anses invite les secteurs professionnels concernés à maintenir leur effort de réduction des teneurs en sel.
Tandis que l'Anses préconise un apport en fibres de 30 g par jour chez l'adulte, les résultats de l'étude montrent une consommation journalière de 20 g seulement. Avec un rappel des principaux aliments riches en fibres : les fruits, les légumes, les légumineuses et les produits céréaliers.

Autres changements d'habitudes de consommation

L'étude INCA 3 met en évidence des changements dans l'alimentation des Français, qui consacrent une part plus importante aux aliments transformés (surtout les produits agro-alimentaires industriels) et aux denrées d'origine animale crues (œufs, viandes, poissons, mollusques). Depuis l'étude INCA 2, le taux de consommateurs de poissons crus est passé de 15 à 31 %, et celui de consommateurs de viande de bœuf crue de 24 à 30 %.
L'autre changement significatif concerne la consommation de compléments alimentaires, qui a augmenté tant chez les enfants que chez les adultes. L'Anses en profite pour rappeler qu'un tel comportement ne doit pas dispenser d'adopter une alimentation équilibrée, et qu'il vaut mieux solliciter un professionnel de santé avant d'avoir recours à des compléments alimentaires.

De nouveaux comportements potentiellement plus à risque pour la santé

Les tendances relevées grâce aux résultats de l'étude INCA 3 mettent en évidence une progression de pratiques potentiellement à risque, comme la consommation de denrées animales crues qui expose au risque de maladie alimentaire. Les autres facteurs mis en évidence par l'Anses sont les températures souvent incorrectes des réfrigérateurs et le dépassement plus fréquent des dates limites de consommation. Alors que la température idéale d'un réfrigérateur doit être située entre 2 et 6°C pour trois quarts des ménages, elle s'élève en réalité à 6°C pour 43 % d'entre eux.
Par ailleurs, la situation demeure préoccupante en matière de statut pondéral, d'activité physique et de sédentarité. L'étude INCA 3 révèle que 13 % des enfants et adolescents et 34 % des adultes sont en surpoids. En parallèle, seulement un tiers des enfants et 63 % des adultes se conforment aux recommandations de l'OMS : respectivement 60 minutes d'activité physique par jour et 150 minutes par semaine. Face à ces comportements inadaptés, l'Anses attire l'attention sur la nécessité de promouvoir l'activité physique régulière, et préconise l'élaboration d'un repère sur la sédentarité.

Source

Évolution des habitudes et modes de consommation, de nouveaux enjeux en matière de sécurité sanitaire et de nutrition, Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)


Crédits photo : © sirfujiyama - Fotolia.com

Publi-information
Publié par sante-medecine.
Ce document intitulé « Évolution des habitudes et modes de consommation (Anses) » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.