Compléments alimentaires et grossesse : recommandations de l'Anses

Octobre 2017

L'Anses invite les femmes enceintes à éviter la multiplication des sources de vitamines et minéraux pendant leur grossesse. Un professionnel de santé doit également être consulté avant toute prise de compléments alimentaires.

Contexte

Dans le cadre du dispositif de signalement d'effets indésirables, l'Anses a pris connaissance de cinq cas d'hypercalcémie néonatale et de deux cas d'hypothyroïdie congénitale. Ceux-ci sont potentiellement liés à une consommation de compléments alimentaires pendant la grossesse.
L'Anses a donc procédé à une évaluation des risques endocriniens et métaboliques liés aux apports en vitamine D et en iode via des compléments alimentaires destinés aux femmes enceintes.

Notre vidéo

Les précisions du docteur Pierrick Hordé


Hypercalcémie néonatale et vitamine D

L'Anses se base sur les recommandations de l'IOM en matière de besoins nutritionnels en vitamine D : ceux-ci sont fixés à 10 µg par jour. Les apports étant considérés comme insuffisants pour la quasi-totalité des femmes, l'Anses indique qu'une supplémentation de 5 à 10 µg par jour peut s'avérer bénéfique. Ce d'autant que la limite supérieure de sécurité à ne pas dépasser est établie à 100 µg par jour.L'Anses relève que la seule consommation de vitamine D issue de compléments alimentaires destinés aux femmes enceintes ne suffit pas pour provoquer une hypercalcémie chez la future mère ou chez le fœtus sain. En revanche, l'hypercalcémie peut être due à une hypersensibilité à la vitamine D d'origine génétique. La recherche de la mutation du gène en cause est actuellement peu pratiquée, mais elle aurait pu confirmer l'origine de l'hypersensibilité.

Hypothyroïdie congénitale et iode

Si l'iode est indispensable à la synthèse des hormones thyroïdiennes et au développement neurologique et comportemental de l'enfant, l'Anses rappelle que des apports excessifs en iode pendant la grossesse expose à des risques : goitre, hypothyroïdie, hyperthyroïdie.
L'apport satisfaisant (AS) en iode pour la femme enceinte est estimé à 200 µg selon l'Efsa. L'Anses ajoute que les apports moyens sont inférieurs à cet AS, et qu'il n'est pas possible de savoir si les besoins journaliers sont couverts par l'alimentation seule. Avec des limites supérieures de sécurité fixées à 1100 µg par jour par l'IOM et à 600 µg par l'Efsa pour les femmes de 18 à 50 ans, le risque de dépassement est nul ou proche de zéro. En effet, les compléments alimentaires étudiés apportent entre 120 et 150 µg d’iode par jour.

Les recommandations de l'Agence

L'Anses souhaite mettre en garde les femmes enceintes à l'égard de la multiplication des sources de vitamines et de minéraux pour éviter le dépassement des limites supérieures de sécurité.
Des recommandations sont également établies à l'attention des professionnels de santé, pour une meilleure prévention.

A l'attention des femmes enceintes

Il est conseillé aux femmes enceintes de solliciter un professionnel de santé avant de consommer des compléments alimentaires pendant leur grossesse. Il est également préconisé de systématiquement signaler au médecin traitant, à la sage-femme ou pharmacien toute prise de médicament ou complément alimentaire, sur ordonnance ou non.

A l'attention des professionnels de santé

L'Anses invite les professionnels de santé à pratiquer des examens appropriés en cas d'hypercalcémie confirmée afin d'en rechercher la cause. La pertinence d'une prise de compléments alimentaires contenant de la vitamine D doit également être reconsidérée. En cas d'hypercalcémie inexpliquée, la recherche d'une éventuelle hypersensibilité génétique à la vitamine D est conseillée. Pour éviter les risques de troubles thyroïdien chez le nourrisson, il est recommandé de limiter l'exposition à de multiples sources d'iode pendant la grossesse (médicaments ou compléments).
D'une manière générale, les sources de vitamines et de minéraux ne doivent pas être cumulées sans suivi.

Sources



Crédits photo : © nd3000 - Fotolia.com

Publi-information
Publié par p.horde.
Ce document intitulé « Compléments alimentaires et grossesse : recommandations de l'Anses » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.