Hémorragie de la délivrance – causes, traitements et prévention

Juillet 2017


L'hémorragie de la délivrance ou du post-partum (HPP) est l'une des premières causes de décès maternel, mais elle peut être évitée dans la majorité des cas. Comment la reconnaître et la prendre en charge ?

Symptômes

L'hémorragie de la délivrance se traduit par une importante perte de sang après la naissance du bébé.
Le seuil défini pour parler d'hémorragie est fixé à 500 ml de pertes sanguines au minimum, quelle que soit la voie d'accouchement (par voie basse ou césarienne). Au-delà de 1000 ml, l'hémorragie est considérée comme sévère et engage le pronostic vital. L'hémorragie du post-partum survient dans les 24 heures après l'accouchement. Elle ne doit pas être confondue avec les saignements normaux qui durent généralement une dizaine de jours en suites de couches (lochies).

Causes et facteurs de risque

Le principal facteur de risque d'hémorragie de la délivrance est l'atonie utérine : l'utérus ne se contracte pas suffisamment pendant et après l'accouchement. Les petits vaisseaux de l'utérus restent ouverts, ce qui provoque une importante perte sanguine. L'atonie utérine est difficilement prédictible, mais elle peut être due à une grossesse multiple, à l'âge avancé, et à une grande multiparité (de nombreuses grossesses précédentes). Parmi les autres causes possibles, les plaies de la zone génitale sont davantage propices aux hémorragies sévères.
Les femmes ayant déjà connu une hémorragie du post-partum ont également plus de risque d'en souffrir lors d'un autre accouchement.

Traitement

L'hémorragie de la délivrance est une situation d'urgence qui requiert une prise en charge rapide.
En première intention, l'obstétricien procède à une révision utérine ou à une délivrance artificielle si celle-ci n'a pas eu lieu. Il examine l'ensemble de la zone génitale et réalise des sutures en cas de plaies. L'anesthésiste place la mère sous monitoring et administre de l'oxytocine pour aider l'utérus à se contracter.
En cas d'hémorragie persistante ou sévère, la prise en charge repose sur une embolisation (obstruction des vaisseaux utérins) ou par une intervention de chirurgie conservatrice, et sur une transfusion en parallèle. L'hystérectomie n'est envisagée qu'en dernier recours en cas d'échec des mesures précédentes.

Prévention

La prévention de l'hémorragie du post-partum passe par l'administration d'oxytocine par voie intraveineuse ou intramusculaire lors du dégagement des épaules du bébé ou après la délivrance. Ce produit augmente la fréquence et l'intensité des contractions de l'utérus.

Pour aller plus loin

Les hémorragies du post-partum, Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français

A lire également

Hémorragie de la délivrance - définition

Crédits photo : © Gajus - Fotolia.com

A voir également


Publi-information
Publié par sante-medecine.
Ce document intitulé « Hémorragie de la délivrance – causes, traitements et prévention » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.