Motricité fine : définition et développement

Février 2017





Axée sur la précision des gestes et l'habileté, la motricité fine s'acquiert au cours des premières années de vie. Un point sur les principales étapes du développement de la motricité fine.

Définition

La motricité fine correspond à l'exécution de gestes précis et coordonnés : écrire, dessiner, utiliser des ciseaux, faire ses lacets, boutonner un vêtement, etc. Son acquisition mobilise principalement les mains et les doigts, le sens du toucher et la coordination avec les yeux. Elle nécessite également un contrôle musculaire des parties du corps impliquées. La motricité fine diffère de la motricité globale qui concerne la coordination générale des membres sans s'attacher à la dextérité.

Développement de la motricité fine

Les bases de la motricité fine s'acquièrent dès la naissance jusqu'à l'âge de 6 ans. Au cours des premiers mois, l'enfant développe la préhension : la capacité à saisir des objets avec la main. Avant 4 mois, il s'agit d'une préhension de réflexe (ou grasping). Elle devient volontaire aux alentours de 5 mois. Les premiers temps, l'enfant se sert d'une seule main, puis des deux entre 7 et 9 mois. Avant l'âge de 2 ans, la préhension reste symétrique. La latéralisation s'acquiert généralement entre 2 et 4 ans : l'enfant montre alors une préférence manuelle et devient droitier ou gaucher. Entre 3 et 4 ans, les gestes deviennent de plus en plus précis : l'enfant est capable d'utiliser des ciseaux et de boutonner sa veste. Vers 5 à 6 ans, il peut découper des formes complexes, reproduire des lettres et exécuter des mouvements de plus en plus fins comme cacher un objet dans sa main ou faire ses lacets.La motricité fine se développe ensuite tout au long de la vie en apprenant à maîtriser d'autres objets et outils : couture, bricolage, jonglerie, etc.

Comment stimuler la motricité fine ?

La motricité fine est stimulée au quotidien au moyen d'activités spécifiques pratiquées à l'école maternelle ou à la maison : découpage, coloriage, peinture, jeux de construction, exercices avec les mains, etc.

Troubles de la motricité fine

Les troubles de la motricité fine peuvent s'expliquer par des retards d'acquisition ou par une dyspraxie (incapacité à exécuter des geste aquis). Ils se manifestent par des maladresses et par des difficultés dans les activités quotidiennes : habillement, hygiène, loisirs, etc. Les troubles de la motricité fine peuvent également avoir un retentissement scolaire, avec un retard dans l'apprentissage de la lecture et de l'écriture. La prise en charge des troubles de la motricité fine s'inscrit dans une démarche personnalisée, adaptée à leur cause. Des séances d'ergothérapie peuvent s'avérer utiles pour aider l'enfant à développer son habileté.

Pour aller plus loin

Développement psychomoteur du Nourrisson et de l’enfant : aspects normaux et pathologiques, Faculté de Médecine de Toulouse

A voir également


Publi-information
Publié par p.horde. Dernière mise à jour le 18 janvier 2017 à 10:41 par p.horde.
Ce document intitulé « Motricité fine : définition et développement » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.