Urticaire chronique: causes et traitements

Juin 2017


L'urticaire correspond à une éruption de la peau proche de celle provoquée par une piqûre d'ortie. Les plaques observées sont rouges, surélevées, et changent le plus souvent d’endroit, pouvant même complètement disparaître puis réapparaître.
En France, 15 à 20% de la population a présenté au moins un épisode d’urticaire aiguë. D’autre part, 150000 à 180 000 personnes environ présentent des manifestations chroniques d’urticaire qui évoluent depuis plus de six semaines sont atteintes d’urticaire chronique spontanée.

Une crise d'urticaire aigue survient souvent de façon isolée évoluant pendant quelques heures, voire quelques jours . Une cause allergique peut être retrouvée assez fréquemment dans ce cas : aliments, médicaments, piqûres d'insectes et latex par exemple peuvent être en cause.
Une urticaire chronique spontanée, UCS, entraine la survenue de crises dont l’apparition et la durée sont imprévisibles, sans facteur déclenchant retrouvé, depuis au moins 6 semaines contrairement à une crise d’urticaire aigue qui est le plus souvent d’origine allergique. Contrairement aux idées reçues, une urticaire chronique, n’est pas dans 90% d’origine allergique, sauf exception, mais lié à des réactions d’hypersensibilité « immédiate» non allergiques appelé HSNA déclenchées par une stimulation non spécifique des mastocytes
Désemparés, les patients atteints d’une urticaire chronique errent des mois voire des années avant qu’ils trouvent un professionnel maitrisant bien cette pathologie très complexe. Perdus et mal informés, ils effectuent de nombreux examens et consultations souvent inutiles et plus de 50% d’entre eux effectuent des régimes alimentaires inutiles et parfois dangereux pour leur santé.
L'urticaire chronique se présente sous la même forme que l’urticaire aigue, avec de petites plaques rouges surélevées qui apparaissent au cours de plusieurs poussées alternant avec des périodes sans aucun symptôme. Ces lésions surviennent assez brutalement, et disparaissent le plus souvent tout aussi brutalement.

Rechercher une cause possible

La cause d’une urticaire chronique n’est retrouvée en général que dans 20 à 30% des cas. De nombreuses causes sont possibles comme l'urticaire de contact, l'urticaire au froid ou à la pression exercée sur la peau, à l'effort, au contact avec l'eau ou au soleil. Une parasitose, la prise de certains médicaments anti-hypertenseurs, une pathologie hépatique ou liées à la thyroïde, un déficit en une enzyme, l’inhibiteur de la C1 estérase peuvent par exemple en être également la cause. D’autre part, le dermographisme provoqué par le frottement de la peau ou par des vêtements serrés peut aussi provoquer ce type d’urticaire.

Médicaments à risque d’urticaire

Certains médicaments peuvent provoquer une crise d’urticaire chronique ou l’aggraver. Les antibiotiques, surtout ceux de la classe des bêtalactamines, les produits de contraste iodés utilisés au cours de l’imagerie radiologique, les antalgiques, notamment les morphiniques, et les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les AINS, sont les plus fréquemment impliqués dans la survenue d’urticaires médicamenteuses par HSNA. Les corticoïdes, les anti-H1 , et certains médicaments appliqués localement comme les anti acnéiques ou les décontractants musculaires, etc.) peuvent aussi être en cause, mais plus exceptionnellement

Situations à risque

La prise d’un médicament à risque comme un antibiotique de la classe des bétalactamines est souvent associés à d’autre facteurs de risques comme l’association d’un antibiotique et d’un AINS, une grande fatigue, un grand épisode de stress, un traumatisme une infection et une fièvre élevée ou un pic de chaleur.D’autre part, toute intervention chirurgicale ou dentaire, peut être un facteur de risque en raison de l’administration en période de stress de plusieurs traitements anesthésiques, antalgiques et antibiotiques.

Prudence : Ains, corticoïdes, un seul médicament, posologies

Les traitements AINS ou corticoïdes prescrits lors d’épisodes infectieux sont fortement déconseillés. Le recours à un seul médicament est conseillé mais lorsque plusieurs médicaments sont indispensables il faut envisager des posologies les plus faibles possibles, fractionner les prises et introduire les médicaments en les échelonnant.

Notre vidéo


Que faire quand un médicament a provoqué une poussée ?

Lorsqu’un médicament semble avoir provoqué une poussée d’urticaire, il faut parfois effectuer des tests cutanés, surtout dans le cas des antibiotiques de la classe des Ajouter au dictionnaire, chez un allergologue maitrisant cette pratique puis prévoir une réintroduction du médicament en cause si ces tests sont négatifs.

Allergie réelle à un médicament

Citons les circonstances d’une urticaire pouvant indiquer une allergie de type immédiate à un médicament : survenue quelques minutes à une heure après la prise du médicament, surtout s’il s’agit de médicaments fréquemment les plus à risques d’entrainer une allergie, et s’il est précédé de démangeaisons importantes des extrémités, apparition de malaise, douleurs abdominales, chutes de tension ou de signes pouvant évoquer un choc anaphylactique et médicament pris moins de 3 mois au total au cours de la vie

Sources : JIM, Novembre 2016, F. AUGEY, Service d’Immunologie clinique et Allergologie, Centre Hospitalier Lyon-Sud

Qualité de vie altérée

Une étude réalisée en Angleterre a évalué l’impact de l’urticaire chronique sur la qualité de vie : 73% des patients évitent les sorties, près de 50% présentent des difficultés dans leur vie quotidienne et professionnelle( absentéisme, diminution des performances…). D’autre part 63% des patients sont inquiets et stressés par leur urticaire et 38% présentent des troubles du sommeil.

Qui consulter ?

Dermatologues, allergologues et médecins de médecine interne sont probablement les professionnels connaissant le mieux cette pathologie. Même si l’origine allergique d’une urticaire chronique est rapidement éliminée, un allergologue est confronté quotidiennement à la problématique de l’urticaire et, de ce fait, peut aider les patients concernés. 40% de ces urticaires évoluent au-delà de un an, 30% au-delà 2 ans et près de 20% plus 10 ans.

Traitements médicamenteux

Plusieurs traitements peuvent être proposés, notamment l’association d’un ou plusieurs antihistaminiques. Le professionnel guidera le patient afin de trouver la dose minimale efficace. Il faut néanmoins être conscient de la nécessité d’être suivi très régulièrement sur de longs mois voire années, par un professionnel connaissant bien cette pathologie. Celui-ci doit prendre du temps pour lui expliquer la problématique de l'urticaire chronique, des difficultés mais également des possibilités d'amélioration voire de guérison et de disparition.

Conseils

La chaleur et la transpiration entrainent une aggravation des démangeaisons :Ne pas prendre de la douche ou de bain à une température trop élevée, 34°parait être une bonne température, , ne pas se couvrir trop et ne pas trop chauffer son habitation notamment sa chambre afin de limiter la transpiration, facteur de risque d’une urticaire. Ne pas porter également de la laine directement sur la peau, situation aggravant les démangeaisons.

Apprivoiser son stress

Apprenez à gérer le stress lié à cette maladie (en pratiquant par exemple la méditation, la relaxation ou le yoga peuvent aider à maitriser le stress et à briser le cercle infernal de cette maladie. Consulter un psychologue permet souvent également de mieux vivre avec cette pathologie chronique.

Médicaments déconseillés

Sources:
  • Association Asthme et allergies
  • O’donnell B.F. et al., The impact of chronic urticaria on the quality of life. British Journal of Dermatology 1997;136:197-201.

A voir également


Publi-information
Publié par p.horde.
Ce document intitulé « Urticaire chronique: causes et traitements » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.