3 facteurs de risques d'Alzheimer à combattre

Mars 2017

Peu de français connaissent les moyens de protections contre la maladie d’Alzheimer et notamment l'effet protecteur d'un régime alimentaire équilibré contre le déclin cognitif n'est connu que par seulement 20 % des Français. Trop de personnes pensent que la maladie d'Alzheimer est la conséquence du processus normal du vieillissement, contre lequel il est impossible de lutter. Et pourtant il existe des moyens de diminuer les facteurs de risques d’apparition de cette maladie neuro végétative et qu’il est important de sensibiliser sur l'existence de facteurs de risque qu’il est possible de prévenir.


Selon un sondage Ifop pour l'Observatoire B2V des mémoires et l'association Lecma-Vaincre Alzheimer effectué en ligne auprès de 1007 Français âgés d'au moins 18 ans, 32 % des personnes interrogées estiment que la maladie d'Alzheimer est une fatalité et ignorent qu'il existe des moyens de réduire le risque individuel de développer cette forme de démence. Et parmi celles informées de leur existence, 58 % avouent ne ne savent pas exactement lesquels. Seuls 10% affirment connaître des moyens de prévention. L’Observatoire B2V des Mémoires participe à l’étude et à la mise en valeur des connaissances sur le fonctionnement de la mémoire. Son objectif est d’approfondir la compréhension de toutes les formes de mémoires de manière pluridisciplinaire. L’association LECMA-Vaincre Alzheimer fondée en avril 2005, LECMA Vaincre Alzheimer soutient les programmes de recherche scientifique de qualité et sensibilise le public sur la maladie d’Alzheimer à travers l’information.

Absence d’activité physique

Dans cette enquête, 78% des personnes interrogées estiment avant tout que la pratique d'une activité physique, ce qui est confirmé par de nombreuses études qui ont montré que la pratique régulière d'une activité physique, surtout aérobique qui ne nécessite qu’un effort modéré mais soutenu dans le temps, a un effet bénéfique sur la prévention de cette pathologie en améliorant notamment la fonction cognitive chez les personnes âgées. D’autre part, une autre étude publiée en 2013 a par a également mis en évidence que la pratique régulière d'un exercice physique de haute intensité est efficace pour ralentir la progression de la maladie d’Alzheimer chez des personnes présentant déjà des manifestations modérées.

Absence de vie sociale

L’enquête révèle également que 58% des Français pensent qu'une vie sociale active prévient la maladie d'Alzheimer. De nombreuses études ont montré que la qualité des relations sociales, mise plus en avant que leur quantité diminue les risques. En effet, rencontrer d’autres personnes, échanger étroitement ou travailler ensembles ont des effets protecteurs très positifs.D’autre part, un haut niveau d'éducation, une activité professionnelle élaborée ainsi qu’ une activité intellectuelle représentes des factuers importants de la prévention de la maladie d’Alzheimer.

Alimentation peu adaptée

20% seulement des personnes interrogées pensent qu’une alimentation saine peut être un facteur préventif, méconnaissance est encore plus importante chez les jeunes : 90% d’entre eux n’imaginent pas l'alimentation comme un facteur protecteur. Or un régime alimentaire équilibré est un autre facteur de protection. En effet, un régime alimentaire équilibré est un facteur de protection majeur. D’autre part, plusieurs études ont mis en avant l'effet protecteur du régime méditerranéen contre le déclin cognitif.

Diabète et maladies cardiovasculaires

Rappelons qu’il est important de contrôler certains facteurs de risque qui pourraient être évités comme le diabète et les maladies cardiovasculaires.

Autres effets protecteurs de l’activité physique

De nombreuses études ont également mis en évidence que la pratique d’une activité physique régulière entrainait une diminution du risque de mortalité et de morbidité, une diminution du risque de chutes et de la dégradation des aptitudes aux activités quotidiennes, une meilleure estime de soi ainsi qu’une meilleure confiance en soi, une amélioration physique, motrice et sur l'humeur dépressive, une diminution du déclin mental, de l'agitation et de l'agressivité. D’autre part, citons également une meilleure régulation de l’équilibre, un maintien des mobilités fonctionnelles et des capacités cardio-respiratoires


© Sangoiri - Fotolia.com.
Sources :
  • Observatoire BV2 des mémoires
  • Association LECMA-Vaincre Alzheimer fondée

A voir également


Publi-information
Publié par p.horde.
Ce document intitulé « 3 facteurs de risques d'Alzheimer à combattre » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.