Spasmophilie - Causes, symptômes et traitement

Juillet 2016

Les femmes sont les plus touchées par la spasmophilie. La vie quotidienne d'un spasmophile est souvent difficile à supporter. En effet, à la moindre contrariété, le spasmophile peut réagir violemment et faire une crise avec ses manifestations caractéristiques, comme par exemple des palpitations, tremblements et une hyperventilation, etc.


Définition

La spasmophilie est un syndrome caractérisé par une prédisposition aux crises de tétanie. La spasmophilie est liée à une hyperexcitabilité neurologique des muscles, intermittente et qui survient par des crises dont les symptômes peuvent varier.

Spasmophilie sans crise

La spasmophilie est une pathologie mystérieuse dont la propre définition ne fait pas l'unanimité parmi les médecins. Bien qu'elle se manifeste de différentes façons, trois symptômes sont présents chez la grande majorité des patients : la fatigue, l'angoisse et la neurodystonie. Elle survient généralement sous forme de crises. Cependant, certains patients sont atteints de spasmophilie sans crise. Ils sont victimes de céphalées, de troubles digestifs, de palpitations et de vertiges qui durent parfois plusieurs semaines. Les antidépresseurs et les thérapies comportementales permettent de traiter l'angoisse.

Causes

Les causes de la spasmophilie viendraient de l'association de troubles du métabolisme du calcium et de la conduction de l'information entre le neurone et le muscle.

Symptômes

Elle peut se manifester sous la forme de crises de tétanie à proprement parler, ou de sensations de malaises, des paresthésies s'exprimant comme des fourmillements ou des engourdissements, des spasmes plus ou moins douloureux, notamment abdominaux...

Comment l'éviter ?

Diminuer la consommation d'alcool, de tabac, de café et de thé qui peuvent constituer des facteurs déclenchant et aggravant. Une activité physique permet de libérer son corps des tensions nerveuses et de se concentrer sur le sport choisi, en mettant de côté ses angoisses.

L'activité physique déclenche la libération d'endorphines, substances libérées par le cerveau, entraînant un état d'euphorie et de légèreté et ayant un effet antalgique. D'autre part, ces endorphines diminuent l'anxiété et régule l'organisme face aux situations de stress. Une vie calme et régulière, avec un sommeil à des heures régulières atténuent les risques de crises.

Savoir bien respirer, dans le calme, sans panique permet d'éviter l'hyperventilation provoquée lors de la crise de spasmophilie. Il faut également s'allonger, respirer calmement, appliquer une compresse humide sur le front et écouter de la musique. Faire du yoga ou de la sophrologie par exemple permet d'aider à mieux réagir face à la survenue d'une crise. Bien dormir est capital: aérer la chambre, ne pas trop chauffer et ne pas faire de repas trop copieux le soir et ne pas se coucher immédiatement après le dîner. Apprendre à se reposer et à se détendre, écouter de la musique, e promener en forêt...

Alimentation

Même si les carences en magnésium et calcium ne sont plus mis en cause dans la survenue de la spasmophilie, la consommation d'aliments riches en magnésium et en calcium pourrait néanmoins avoir un effet bénéfique.

Les aliments riches en magnésium, comme les légumes verts, les épinards par exemple, les fruits (kiwi, bananes...), les noix et les céréales sont conseillés.

Les aliments riches en calcium sont recommandés. Penser aux laitages, fruits et légumes bien sur et certaines eaux minérales (riches en calcium) peuvent être des sources complémentaires.

Bien s'hydrater

Boire 1,5 litre d'eau par jour par jour en moyenne.

Prévention

Apprendre à ne pas paniquer lorsque les premières manifestations d'une crise surviennent demeure probablement un point fondamental. L'aide d'un médecin et/ou d'un « psy » peut être très bénéfique.

Traitement

Apprendre à maîtriser sa respiration et à lutter contre le stress demeurent les priorités de traitement de la spasmophilie. De nombreuses techniques de relaxation permettent d'apprendre à maîtriser sa respiration et à mieux contrôler les crises.

Yoga

Le yoga est une pratique indienne permettant l'harmonie du corps et de l'esprit. Il est basé sur les postures et la respiration consciente. Il s'agit d'une philosophie de vie permettant d'établir une harmonie entre son corps et son esprit afin d'être zen. Il permet ainsi d'être plus à l'écoute de son corps et d'évacuer les angoisses. Le yoga se pratique dans la bonne humeur. Il favorise la détente physique et spirituelle. Le yoga peut également soulager les maux de dos. Le yoga offre un apprentissage de la relaxation et de la concentration.

Sophrologie

La sophrologie est une méthode destinée à dominer la douleur et à apprendre à se détendre. Détente mentale et musculaire permettent de relâcher ses muscles et de respirer tranquillement et intensément. La sophrologie apporte calme et sérénité. Elle permet un apprentissage du contrôle de ses émotions et permet un travail sur la conscience de son corps et sur la concentration. Elle permet une maîtrise du souffle et le maintien d'un état entre veille et sommeil.

Massages

La pratique de massages permet de détendre les muscles de son corps.

Anxiolytiques

Des anxiolytiques sont parfois prescrits : ils ne représentent en aucun cas le traitement de fond la spasmophilie, mais ils peuvent permettre de passer une étape ou de mieux maîtriser une crise violente.

Activité physique

La pratique d'une activité physique régulière pe fait partie intégrante du traitement de la spasmophilie. L'activité physique provoque la libèration d'endorphines, substances libérées par le cerveau, entrainant un état d'euphorie et de légèreté et une diminution de l'anxiété. Elle régule ainsi l'organisme face aux situations de stress.

Consulter un psy ?

Si les crises se répètent trop fréquemment et perturbent la vie quotidienne et si aucune autre méthode ne réussit à diminuer la fréquence des crises, la consultation d'un « psy » peut être une aide bénéfique. Consulter un « psy » peut apprendre à mieux gérer son angoisse et à être moins vulnérable aux événements extérieurs vécus très souvent comme des agressions.

Une psychothérapie ou des techniques comportementales et cognitives, les TCC, peuvent être proposées. La psychanalyse, la psychothérapie, les thérapies comportementales ou cognitives et les psychothérapies familiales peuvent être pratiquée par des psychiatres, des psychologues ainsi que par des personnes formées dans des écoles, mais également par de nombreuses personnes n'ayant pas de formation « sérieuse.

Notre vidéo

Les précisions du docteur Pierrick Hordé :

Pour en savoir plus


A voir également :

Publi-information
Publi-information
Ce document intitulé « Spasmophilie - Causes, symptômes et traitement » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.