Sarcopénie - Causes, symptômes et prévention

Janvier 2017

Avec l’âge, la masse et la force musculaire diminuent : il s’agit de la sarcopénie. Cette maladie se manifeste généralement dès l’âge de 70 ans et s’aggrave avec le temps. Comment en limiter les effets ?



Définition

La sarcopénie est une pathologie liée au vieillissement et qui se caractérise par une diminution progressive de la masse musculaire, de la force musculaire et de la performance qui s'observe fréquemment chez les personnes de plus de 70 ans. La sarcopénie peut débuter vers l'âge de 30 ans, par une petite diminution de la force musculaire. Mais le processus peut être accéléré par un dysfonctionnement endocrinien ou une alimentation non adaptée. À terme, la sarcopénie entraîne une perte de l'autonomie, des risques de chute, des fonctions vitales affaiblies avec une diminution du système immunitaire.

Causes

La sarcopénie est due à une diminution progressive du nombre de fibres musculaires. Il s’agit d’un phénomène normal, dont la gravité s’accroit avec le temps. Les principales causes de la sarcopénie sont l’altération des protéines musculaires, la dégradation de la commande nerveuse des contractions musculaires, la baisse du taux d’hormones anabolisantes, de faibles apports en protéines, et la prise de certains traitement médicamenteux. D’autres facteurs comme une utilisation insuffisante des muscles peuvent favoriser la perte de la masse et de la force musculaire : répétition de périodes d’inactivité, d’alitement, ou d’hospitalisation.

Symptômes

La sarcopénie passe généralement inaperçue au début, puis affecte les tâches du quotidien : marche, montée d’escaliers, transfert assis-debout. La force musculaire permet en effet de garder l’équilibre et de corriger une posture en cas de chute.
Trois stades sont déterminés selon l’évolution de la maladie. La présarcopénie qui désigne la perte seule de la masse musculaire, la sarcopénie qui affecte la masse et la force ou la performance, et enfin la sarcopénie sévère qui associe perte de la masse, de la force et de la performance. Les risques de complications surviennent dès le deuxième stade : la sarcopénie favorise les chutes, les fractures et les immobilisations, elles-mêmes considérées comme des facteurs aggravants de la sarcopénie. La sarcopénie retentit également sur la qualité de vie.

Prévention

Le renforcement musculaire et l’activité physique sont les meilleurs moyens de traiter et ralentir les effets de la sarcopénie. Des séances régulières, adaptées à l’état de santé du patient, permettent de maintenir (voire augmenter) la vitesse de marche et de transfert assis-debout, et d’éviter les chutes. Il peut s’agir d’exercices d’endurance, ou de répétition de gestes du quotidien. Il est recommandé de compléter l’activité physique par des apports en protéines pour limiter la fonte musculaire : par jour, entre 1 et 1,2 g par kg pour une personne âgée en bonne santé, et entre 1,2 et 1,5 g pour une personne sous-alimentée.

Traitement

Des traitements hormonaux substitutifs peuvent également être envisagés, en tenant compte de leurs possibles effets secondaires. En cas de sarcopénie sévère, des séances de kinésithérapie peuvent être prescrites.

Crédits photo : © Photographee.eu - Fotolia.com

A voir également


Publi-information
Publié par p.horde. Dernière mise à jour le 1 septembre 2016 à 18:40 par Jeff.
Ce document intitulé « Sarcopénie - Causes, symptômes et prévention » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.