Méditation et relaxation : surpoids et obésité

Novembre 2017




La méditation permet de se relaxer, d’apaiser son mental et de se poser, de respirer tranquillement et de déconnecter un moment de la vie réelle afin de gagner une plus grande sérénité. Elle se pratique de plus en plus dans certains services hospitaliers, dans certaines entreprises et à son domicile. Depuis une dizaine d’années, de plus en plus d’études scientifiques rigoureuses mesurent l’activité cérébrale au cours d’une séance révélant ainsi les bienfaits de la méditation, notamment sur la dépression, le stress, l’insomnie, l’hypertension artérielle et les maladies cardiovasculaires, l’inflammation, la douleur et la dépendance aux opiacés ainsi que le vieillissement cérébral. Elle participe également à mieux supporter la solitude, le déclin cognitif, favorise la compassion et aide les malades à mieux tolérer les traitements du cancer. Une étude de NutriNet-Santé coordonnée par l’équipe par l'équipe de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle (EREN), pointe le recours de plus en plus fréquent aux techniques courament appelées « medecines douces » comme la relaxation, la méditation ou le yoga. En effet 27% des Français y ont désormais recours.
Les conclusions de l’étude publiée dans l’American Journal of Preventive Medicine, montrent que si la pratique des techniques de relaxation permet de réduire le stress, elle est aussi associée à un moindre risque d’être en surpoids ou de devenir obèse. Une pratique régulière est ainsi associée à une diminution du risque d’obésité de 50%. Apprendre à respirer, à prendre conscience de son corps, à gérer ses émotions, à ne pas se jeter sur la nourriture, permet ainsi de réguler son poids sur le long terme.

Chiffres de l’obésité

Selon l’OMS 35% des adultes dans le monde sont atteints d’obésité ou de surpoids à l’origine en 2010 ; à l’origine de 3,4 millions de décès et d’une la diminution de l'espérance de vie. En 2013, 2,1 milliards d’habitants sont en surpoids dont 671 millions sont obèses et en France, l’obésité concernait 15% des adultes en 2012, contre seulement 6,1% en 1980. L’OMS précise que 27% des adolescents de 13 ans et 33% des enfants de onze ans sont en surpoids. Mais il semble, selon les statitique de l’INSERM, que pour la première fois en plus de 30 ans, la progression de l’obésité ralentit en France depuis 2012.

Obésité et surpoids : Répercussions sur la santé

L’obésité provoque l’apparition de pathologies cardio vasculaires, d’un diabète de type 2, d’une l’hypertension artérielle, d’un syndrome d’apnée du sommeil, d’une augmentation de lipides dans le sang, de pathologies respiratoires mais également de l’arthrose ainsi qu’ un risque aggravé certains cancers.
Les chercheurs de l'étude, Géraldine Camilleri et Sandrine Péneau ont étudié l’association entre le fait d’être pleinement conscient avec le surpoids et l’obésité.

La pleine conscience

La pleine conscience se définit par l’attention sans jugement portée au moment présent et peut être développée grâce aux séances de méditation. Observer, être à l’écoute de ce qui nous entoure, laisser ses pensées surgir sans se laisser dévorer et lacher prise permettent ainsi d’être plus attentif au moment présent. Des interventions basées sur la méditation de pleine conscience sont mises en place pour accompagner les personnes qui veulent perdre du poids.

Modalités

Les chercheurs ont interrogé 61.704 adultes français entre 2009 et 2014. Les participants ont répondu à un questionnaire concernant le poids, la taille, le mode d’alimentation, l’état de santé, l'activité physique et le mode de vie.
Les résultats ont montré que la pratique d'au moins une de ces techniques (méditation, yoga…) est associée à un risque plus faible d'être en surpoids et encore plus faible d'être obèse par rapport aux personnes n'ayant jamais pratiqué ce type d'activités. Une pratique régulière réduit ainsi par 2 le risque d'obésité. Etra ainsi plus attentif au moment présent est associé à un moindre risque d’être en surpoids ou obèse chez les femmes, avec un risque diminué de 20% pour le surpoids et de 30% pour l’obésité par rapport aux femmes qui sont moins attentives au moment présent. Le risque de devenir obèse est diminué de 20% chez les hommes.



copyright: Fotolia.
Sources :
Géraldine M. Camilleri, Caroline Méjean, France Bellisle, Serge Hercberg, Sandrine Péneau, PhD

En savoir plus


Dossier méditation

Dossier méditation

Publi-information
Publié par p.horde.
Ce document intitulé « Méditation et relaxation : surpoids et obésité » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.