Syndrome de stress post-traumatique - Symptômes et traitements

Décembre 2016

Le stress post traumatique affecte les personnes victimes ou témoins d’évènements catastrophiques et tragiques. Comment reconnaître ses symptômes et comment le prendre en charge ?


Le stress post-traumatique est un syndrome résultant de l'exposition d'un sujet à une situation extrême dont il a été la victime ou seulement le témoin : viol, scènes de guerre, attentats, accidents graves, etc. Ce syndrome est diagnostiqué lorsque le patient est significativement perturbé par des souvenirs obsessionnels ayant une incidence directe sur sa vie sociale, affective et professionnelle.

Définition

Le syndrome (de stress) post-traumatique ou trouble de stress post-traumatique (noté TSPT) désigne un trouble qui se manifeste par une grande anxiété, des insomnies et une dépression. Ces troubles résultent d'un évènement particulièrement traumatisant qui affecte la santé mentale et physique du patient (attaque à main armée, attentat, agression sexuelle, bombardement, accident d'avion). Les femmes sont deux fois plus exposées que les hommes. Le traitement de base repose sur la psychothérapie, il consiste surtout à apprendre au patient à gérer les déclencheurs lorsque ceux-ci apparaissent.

Causes

Le stress post-traumatique survient après un évènement traumatisant, que la personne subit directement ou dont elle est témoin. Il s’agit généralement d’un évènement extrême, au cours duquel l’intégrité physique (de soi ou d’autrui) est réellement ou potentiellement menacée : accident grave, viol, agression, violence familiale, attentat, mort violente, catastrophe naturelle. Les personnes exposées de façon répétées à des situations dramatiques (forces de l’ordre) sont également sujettes au stress post-traumatique.

Une mémoire en boucle

Au contraire du phénomène d'amnésie psychogène qui permet au sujet de gérer le traumatisme par l'oubli pur et simple de l'événement traumatique, le syndrome de stress post-traumatique, appelé aussi névrose traumatique, enferme le sujet dans le souvenir de l'événement. Le sujet revit en permanence l'expérience traumatique au point d'en ressentir parfois les souffrances, les sensations ou les émotions. C'est la mémoire dite implicite qui est affectée. Implicite parce qu'elle n'exige pas de la part du sujet un acte conscient et volontaire, contrairement à la mémoire dite explicite qui suppose, elle, une remémoration et une « mise à distance » des souvenirs. Sorte de réflexe de mémoire émotionnelle, le syndrome de stress post-traumatique emprisonne en quelque sorte le sujet dans un face à face avec l'événement responsable de l'apparition des troubles.

Symptômes

Le stress post-traumatique se traduit le plus souvent par des sentiments de peur, d’horreur et d’impuissance. Il se manifeste par des symptômes d’intrusion : la personne revit l’évènement traumatique par des cauchemars, des souvenirs répétitifs et envahissants, et par une détresse face à des éléments rappelant l’évènement.
Des symptômes d’évitement des souvenirs et des personnes ou lieux rappelant le traumatisme peuvent également survenir, de même que des altérations émotionnelles : baisse d’intérêt pour les activités du quotidien, baisse de la concentration, difficultés à éprouver de la tendresse ou du désir sexuel, troubles du sommeil, irritabilité, hypervigilance, culpabilité. Ces symptômes ont généralement des répercussions sur la vie sociale, la vie familiale, et la vie professionnelle. Ils sont d'intensité variable selon les personnes.

L’apparition des symptômes varie selon les individus. Ils peuvent se manifester peu après l’évènement ou plus tard. Généralement, cela se passe dans les trois mois. Il arrive également que les symptômes n’apparaissent que plusieurs années après l’évènement. Dans tous les cas, il est fréquent d’observer une persistance des symptômes dans le temps.

Traitements

Un traitement médicamenteux (généralement anxiolytiques et antidépresseurs) peut offrir de bons résultats. Le recours à des psychothérapies de type comportementale ou psychanalytique est, notamment pour les victimes d'abus sexuel ou de prise d'otages, fortement conseillé.

La prise en charge du stress post-traumatique passe surtout par un accompagnement de la victime. Après un évènement tragique ou après avoir subi une catastrophe, il est conseillé de consulter un médecin qui pourra procéder à un diagnostic précis, et éventuellement orienter vers un spécialiste (psychologue, psychiatre). Une thérapie comportementale et cognitive est généralement envisagée pour réduire les symptômes à long terme. Un traitement médicamenteux de courte durée peut également être prescrit pour soulager les troubles du sommeil. Dans certaines situations comme les attentats ou les catastrophes naturelles, des cellules psychologiques dédiées sont mises en place : il ne faut pas hésiter à y avoir recours. Les personnes souffrant des stress post-traumatique sont invitées à parler de l’évènement et à ne pas s’isoler. En effet, le soutien des proches est crucial. Autant que possible, il est conseillé de prendre soin de soi en prévoyant des activités de détente. Eviter de consommer de l’alcool est également recommandé.

Crédits photo : © hikrcn - Fotolia.com

A voir également :

Publi-information
Ce document intitulé « Syndrome de stress post-traumatique - Symptômes et traitements » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.