Chute de tension - Hypotension artérielle - Tension basse

Septembre 2016

L'hypotension artérielle, appelée aussi « baisse de tension » ou « chute de tension » correspond à une baisse de la pression du sang et plus précisément une baisse de la quantité de sang pompée par le cœur à l'origine d'une chute de la pression artérielle. Cette pression peut être soutenue ou occasionnelle. Une baisse de tension est un symptôme qu'il convient de surveiller, surtout s'il se révèle chronique.

Définition

L'hypotension est une chute de la pression du sang. Cette manifestation peut être déclenchée par plusieurs causes.

L'hypotension est la manifestation d'une chute de tension pouvant être temporaire ou chronique. Certaines personnes sont plus touchées que d'autres et plusieurs facteurs de risque peuvent accentuer cette hypotension. Certaines personnes sont plus sensibles que d'autres à l'hypotension. Les personnes âgées avec le temps connaissent une rigidité de la paroi des vaisseaux sanguins : cette rigidité entraîne une diminution de la vasodilatation et le sang circule avec plus de difficulté. Chez la femme enceinte, certaines hormones durant la grossesse causent une baisse des résistances vasculaires, ce qui entraîne une baisse de la tension artérielle, généralement de 2 points. Au début de la grossesse, il convient de régulièrement contrôler la tension.

Les sujets souffrant de problèmes cardiaques, tels que des cardiomyopathies, sont sujets à des baisses de tension : ces affections empêchent le cœur de produire une pression suffisante. Les patients diabétiques sont également davantage sujets à l'hypotension.

Certains patients souffrant de maladies affectant le système nerveux, telles que la maladie de Parkinson, le syndrome de Guillain-Barré ou la maladie de Shy-Drager peuvent également être sensibles à l'hypotension. Les sujets souffrant d'insuffisance de la glande surrénale et qui ont subitement cessé leur traitement à base de cortisone sont également concernés. Les patients ayant des problèmes d'hypothyroidie ou de fatigue chronique sont davantage exposés à l'hypotension.

Facteurs de risque

Chez les patients déjà affaiblis, la consommation d'alcool aggrave le risque.
d'hypotension. La consommation de cannabis augmente ce risque. Une insuffisance d'hydratation pendant un effort, une activité physique ou dans un environnement très chaud.

Causes

Dans la plupart des cas, les causes ne sont pas forcément évidentes et ces chutes de tension sont anodines.

Hypotension orthostatique

L'hypotension orthostatique ou posturale est plus communément appelée « chute de tension ». Elle est caractérisée par la diminution de la tension artérielle quand le patient passe de la position allongée, accroupie ou penchée à la position debout rapidement. Le patient ressent alors une sensation de vertiges. Cette chute s'explique par le fait que sous l'effet soudain de la gravité, le sang s'accumule dans les jambes et temporairement, diminue l'afflux sanguin vers le cerveau. Ces chutes de tension sont la plupart du temps anodines et ne nécessitent pas de traitement particulier. L'orthostatique peut également être chronique : dans ce cas là, les causes sont différentes et elle nécessite une prise en charge.

Hypotension orthostatique chronique

Lorsqu'elle est chronique, cette hypotension peut être due à une déshydratation ou à la prise de certains médicaments comme les ceux servant à traiter l'hypertension artérielle ou la dysfonction érectile, mais aussi les antidépresseurs, les anxiolytiques, les neuroleptiques et les diurétiques. La consommation de marijuana et d'alcool peut également en être à l'origine, de même qu'une perte de poids importante, des troubles cardiaques, une insuffisance de la glande surrénale, certaines allergies, des dysfonctionnements de la thyroïde, l'arrêt brutal d'un traitement à base de cortisone, la grossesse ou des problèmes hépatiques.

Hypotension postprandiale

Cette hypotension apparaît après le repas : la digestion entraîne en effet un afflux de sang vers l'estomac et les intestins, ce qui peut enclencher une diminution de la pression artérielle. Cette forme d'hypotension s'observe chez les personnes âgées ou celles atteintes de diabète ou de maladie de Parkinson.

Hypotension intracrânienne

L'hypotension intracrânienne correspond à une chute de la pression sanguine à l'intérieur du crâne qui peut entraîner des troubles neurologiques et psychiques.

Hypotension contrôlée

Au cours de certaines interventions chirurgicales, les praticiens abaissent volontairement la tension artérielle du patient, notamment pour des interventions sur la face et la mâchoire ou pour des tumeurs vasculaires cérébrales. Cette hypotension contrôlée est mise en place pour éviter les hémorragies au cours de l'intervention.

Diagnostic

Contrairement à l'hypertension artérielle, il n'existe pas de valeur limite pour l'hypotension. En règle générale, plus la pression artérielle est basse, plus la condition cardiovasculaire est bonne. L'hypotension correspond à la baisse de la tension artérielle à moins de 90 mm Hg pour la maxima.

Symptômes

Au cours d'une hypotension peuvent survenir des étourdissements, des vertiges, une sensation de fatigue., une vision trouble, des nausées, une accélération du rythme cardiaque, des problèmes d'audition, bourdonnements d'oreille, des céphalées, des Vomissements. et parfois un malaise.

Traitement

Hypotension ponctuelle et brève

L'hypotension ponctuelle et brève qui ne cause aucun symptôme ne nécessite aucun traitement : cette manifestation reste isolée et peu fréquente.

Hypotension chronique

  • fludrocortisone.
  • Médicaments qui diminuent la vidange de l'estomac peuvent traiter l'hypotension post-prandiale ;
  • Dans les cas extrêmes, on peut avoir recours à la pose d'un entraîneur électrosystolique ou « pacemaker » qui va augmenter le rythme cardiaque.

Prévention

Au réveil, prendre quelques minutes pour vous étirer puis s'asseoir sur le bord du lit avant de se lever. Penser à s'hydrater régulièrement pour éviter la déshydratation.

Même consommé avec modération, l'alcool peut être un facteur aggravant de l'hypotension. S'il est nécessaire de rester debout en position debout immobile pendant un temps conséquent, remuer ses orteils et contracter quelques secondes les muscles du mollet.

En position assise, éviter de croiser vos jambes : cela va entraîner une pression sur les veines et rendre difficile la circulation sanguine.

Notre vidéo

Les précisions du docteur Pierrick Hordé :

A voir également :

Publi-information
Publi-information
Ce document intitulé « Chute de tension - Hypotension artérielle - Tension basse » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.