Anti-inflammatoires non stéroidiens, AINS: précautions

Février 2017


Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, AINS, se prescrivent essentiellement pour lutter contre les douleurs et au cours des rhumatismes inflammatoires ou mécaniques. Ils doivent être prescrits au plus faible dosage possible et sur une courte durée. Ils ne doivent pas être prescrits comme antipyrétiques car ils peuvent aggraver une infection débutante. Les risques de ce médicaments imposent aux patients de les connaitre, car certains anti-inflammatoires sont en vente libre. Les anti-inflammatoires peuvent avoir de nombreuses contre-indications et effets secondaires, notamment gastro-intestinaux, cardio-vasculaires et rénaux, nécessitant une grande prudence chez les personnes ayant des antécédents d'ulcère ou présentant un risque de saignements. Ces médicaments présentant des indications précises pas toujours bien connues.

Vidéo

Les précisions du docteur Pierrick Hordé :


Modalités de prescription

L'indication doit être validée, les contre-indications respectées et la dose minimale efficace choisie.

Connaître les risques toxiques

Cardio-vasculaires

Les AINS peuvent provoquer une rétention hydro-sodée et augmenter le risque de thrombose artérielle.

Néphrologiques

Les AINS peuvent entrainer un risque d'insuffisance rénale aiguë

Cutanés

Les AINS peuvent augmenter le risque de nécrolyse épidermique toxique.

Infections

Les AINS peuvent masquer les premiers signes d'infection.

Les contre-indications

Les principales contre-indications des AINS sont l'ulcère gastro-duodénal évolutif, les antécédents d'ulcère peptique récidivant, les antécédents de saignement ou de perforation digestive survenu sous AINS, une insuffisance hépato-cellulaire, une insuffisance cardiaque sévère, une insuffisance rénale sévère et une grossesse.

Les risques d'interactions médicamenteuses

Il existe des risques d'interactions médicamenteuses avec les autres AINS, les AVK (risque hémorragique augmenté), les médicaments anti hypertenseurs de la classe des IEC/ARA2 (toxicité rénale augmentée), les corticoïdes (majoration du risque d'hémorragie digestive), les médicaments antidépresseurs de la classe des ISRS avec une majoration du risque d'hémorragie digestive ainsi que le le lithium avec un risque de surdosage.

Sources:

A voir également


Publi-information
Publié par p.horde. Dernière mise à jour le 21 décembre 2015 à 15:18 par hfanet.
Ce document intitulé « Anti-inflammatoires non stéroidiens, AINS: précautions » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.