FIV et congélation d'embryons

Février 2017

Plusieurs techniques permettent de préserver la fertilité des femmes qui souhaitent avoir un enfant et qui ont un cancer. La plus courante consiste à effectuer une fécondation in vitro puis à congeler des embryons obtenus afin de les retransférer, lorsque la guérison est obtenue et que l'équipe du service d'oncologie qui suit la patiente ne s'oppose pas à une grossesse. Cette technique s'adresse principalement à un couple adulte qui envisage, et ceci sans précipitation, d'avoir un enfant.


Avantages

La fécondation in vitro par transfert d'embryon est une technique qui permet d'obtenir une grossesse dans environ 30% de cas. Précisons que le nombre d'ovocytes recueillis après la stimulation ovarienne est plus faible chez les patientes présentant un cancer. Les chances de grossesse après transfert d'embryon congelé, chez une femme ayant eu un cancer, semblent identiques lorsque ces transferts sont effectués habituellement en dehors d'un traitement du cancer, notamment par radiothérapie pelvienne.

Inconvénients

L'âge

L'âge influe sur la réserve ovarienne et la réponse à la stimulation : cette technique est donc plutôt proposée aux femmes de moins de 35 ans.

Les délais

Le recueil d'ovocytes matures nécessite une stimulation hormonale, qui nécessite environ 2 à 3 semaines et ceci avant le début du traitement oncologique. Il faut donc prévoir un mois environ. Cette technique n'est donc pas possible lorsque qu'il faut agir rapidement pour traiter le cancer.

Le problème des cancers hormono-dépendants

Les femmes atteintes d'un cancer hormono dépendant comme certains cancers du sein ou de l'endomètre, ne peuvent avoir recours à cette technique.

Des protocoles de stimulation ovarienne dans le cadre des cancers hormonaux dépendants sont en cours d'étude en France.

Hystérectomie

Si une hystérectomie est envisagée pour traiter un cancer, les techniques de transfert d'embryons ne sont pas possibles car l'agence de la Biomédecine n'autorise pas l'exportation de gamètes ou de tissu germinal à l'étranger en vue d'une GPA, encore appelée grossesse pour autrui. D'autre part, une greffe d'utérus reste encore très expérimentale.

Evaluer le désir d'enfant

la FIV est souvent proposée en urgence, et de nombreux couples s'engagent alors précipitamment dans un projet parental qui n'était pas encore envisagé. Cette pression, qui s'ajoute pour la femme à celle du traitement de son cancer, peut avoir des répercussions ultérieures sur le couple et sur l'état psychologique du futur bébé. Une fécondation in vitro est possible lorsque la femme vit légalement en couple, pacsée ou mariée, et qu'elle vit toujours avec le même père au moment de la réimplantation des embryons. Le transfert des embryons congelés ne pourra s'effectuer que si le couple est toujours ensemble. En cas de séparation ou de décès de l'un des conjoints, cela ne sera plus possible.


Sources :

A voir également


Publi-information
Publié par p.horde. Dernière mise à jour le 8 septembre 2016 à 10:37 par Jeff.
Ce document intitulé « FIV et congélation d'embryons  » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.