Le coma éthylique

Juillet 2017

Le coma éthylique, autrement appelé intoxication alcoolique aiguë, est dû à une forte consommation d'alcool et nécessite une prise en charge rapide. Le point sur les signes de coma éthylique, et l'attitude à adopter face à la survenue de ce problème.



Notre vidéo

Les précisions du docteur Pierrick Hordé.


Définition

Le coma éthylique, parfois appelé intoxication alcoolique aiguë, se définit par une perte de conscience associée à une consommation excessive d'alcool. Il s'agit d'une urgence médicale qui engage le pronostic vital du sujet. Touchant principalement les jeunes et les alcooliques, le coma éthylique survient lorsque le taux d'alcool par litre de sang se situe entre 2 et 4 grammes. Le seuil varie en fonction de l'alimentation, du poids, de la rapidité de consommation et de l'accoutumance à l'alcool. La prise en charge en milieu hospitalier inclut la réanimation, la protection des voies respiratoires, la gazométrie et un bilan sanguin.

Causes

Le coma éthylique est causé par une importante consommation d'alcool, généralement sur une courte période : plus l'alcool est absorbé rapidement, plus le risque de coma éthylique est important. Le taux d'alcoolémie menant au coma éthylique varie en fonction de plusieurs paramètres tels que le poids, la quantité de masse graisseuse, l'alimentation et l'accoutumance à l'alcool. Le coma éthylique survient généralement entre 2 et 4 grammes d'alcool par litre de sang.

Symptômes

La principale manifestation du coma éthylique est la perte de connaissance, plus ou moins profonde. Les signes de coma éthylique, hors perte de conscience, sont une respiration irrégulière, une incapacité à bouger, une perte du tonus musculaire (hypotonie musculaire), une chute de la tension artérielle et de la température corporelle, et la peau froide et moite.

Comment réagir en cas de coma éthylique ?

Devant une personne en coma éthylique, il est important d'appeler les secours rapidement. En attendant sa prise en charge, il est recommandé de l'allonger sur le côté en position latérale de sécurité, de vérifier son pouls et sa respiration, et de la couvrir pour éviter une chute de sa température. A l'hôpital, la prise en charge consiste à réanimer le patient et à le réhydrater. En général, le retour chez soi est envisagé 3 à 6 heures après la dernière ingestion d'alcool.

Complications

En l'absence de prise en charge, les principaux risques liés au coma éthylique sont l'étouffement (par la langue ou les vomissements) et l'hypothermie, les deux pouvant conduire au décès. Le coma éthylique comporte également des risques de lésions musculaires. Les séquelles neurologiques sont rares, elles ne surviennent que si le coma éthylique est associé à une autre complication.

Prévention

Il est possible de se prémunir d'un éventuel coma éthylique en évitant les abus d'alcool, en particulier sur des périodes restreintes, en mangeant, et en consommant également des boissons non alcoolisées. Il convient également de faire preuve de vigilance avec les boissons à base de mélanges d'alcool et de jus de fruits ou sodas, qui masquent le goût de l'alcool.

Crédits photo : © eyetronic - Fotolia.com

A voir également


Publi-information
Publié par p.horde.
Ce document intitulé « Coma éthylique - Causes, symptômes et traitements » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.