Koïlocytose

Février 2017

La koïlocitose se caractérise par la présence de koïlocytes, des cellules principalement associées à des lésions au niveau de la muqueuse vaginale.


Définition

Souvent qualifié de cellule trouée, le koïlocyte se caractérise par l'apparition anormale d'une vacuole autour du ou des noyaux cellulaires. Cette particularité est facilement observable au microscope et se manifeste sous la forme d'un halo qui pousse le cytoplasme vers les extrémités.

Diagnostic

Le koïlocyte révèle généralement une infection cellulaire par des papillomavirus. Ces cellules spécifiques font d'ailleurs l'objet d'une recherche en cas de suspicion d'une infection à Human Papilloma Virus (HPV). On parlera alors de koïlocytose dès lors que les couches moyennes ou externes des épidermes présentent de nombreux koïlocytes.

Séquelles

Elle constitue un symptôme de condylome (verrue génitale), une infection sexuellement transmissible causée par le virus HPV (papillomavirus humain). Certains virus sont oncogènes et peuvent entraîner à terme un cancer, en particulier un cancer du col de l'utérus.

Traitement

Le traitement est souvent long et il existe un risque de récidive.

A voir également


Publi-information
Publié par Jeff. Dernière mise à jour le 8 septembre 2016 à 15:59 par Jeff.
Ce document intitulé « Koïlocytose » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.