Grossesse, surveillance de la toxoplasmose et de la rubéole(HAS)

Septembre 2017

En octobre 2009, la Haute Autorité de Santé (HAS) a publié des recommandations concernant la surveillance sérologique et la prévention de la rubéole et la toxoplasmose chez la femme enceinte. Elles ont pour but de mettre à jour la réglementation qui était jusqu'alors en vigueur.


Objectifs

La HAS rappelle que le dépistage de la rubéole et de la toxoplasmose au cours de la grossesse a pour but d'éviter ou de limiter toute malformation foetale qui peut se traduire par de graves séquelles.

La toxoplasmose et la rubéole font l'objet d'un dépistage prénatal obligatoire en France depuis la fin des années 1970.

Dépistage prénatal de la toxoplasmose

Définition de la maladie

La HAS rappelle deux points sur la transmission de la toxoplasmose :
  • le risque de transmission de la mère au fœtus augmente avec l'âge gestationnel auquel survient l'infection maternelle ;
  • la gravité de l'atteinte foetale décroît en fonction du terme de la grossesse.


Les formes de toxoplasmoses congénitales graves à la naissance sont aujourd'hui rares.

La prévalence totale de la toxoplasmose congénitale a baissé. Elle était :
  • de 0,33 pour 1 000 naissances en 2007 ;
  • de 0,29 pour 1 000 naissances en 2009.

Les tests de dépistage

Le test pour déterminer le statut immunitaire de la mère est prescrit lors de la 1re consultation prénatale. Ce test consiste à détecter les IgG et IgM spécifiques.

Si le résultat est positif, la datation de l'infection est effectuée par dosage de l'avidité des IgG.

Traitement en cas de résultat positif

En cas de séroconversion maternelle, la HAS préconise un diagnostic prénatal pour :
  • savoir si le fœtus est contaminé ;
  • évaluer le degré d'atteinte du fœtus.


Des diagnostics sont effectués par le prélèvement de liquide amniotique pour analyse
  • par biologie moléculaire.
  • par inoculation à la souris.


La HAS recommande également la surveillance échographique pour rechercher des signes évocateurs.

Un traitement est possible. Il permet
  • de réduire le risque de transmission materno-foetale ;
  • de limiter les conséquences d'une atteinte foetale.

Recommandations

La HAS recommande
  • d'effectuer un test de dépistage le plus tôt possible après la conception ;
  • une diffusion des mesures de prévention primaire de la maladie ;
  • le concours d'un laboratoire spécialisé en cas de problème d'interprétation ou de datation de la séroconversion ;
  • une évaluation de l'efficacité du traitement prénatal.

Dépistage prénatal de la rubéole

Les tests de dépistage

Le test qui permet de détecter une infection rubéolique maternelle consiste à détecter les IgG spécifiques.

En présence d'une séroconversion avant les 20 SA, la HAS préconise un diagnostic prénatal (DPN). Il permet de détecter une infection foetale.

En présence d'une infection foetale avec anomalies échographiques, une IMG peut être envisagée.

Recommandations

La HAS recommande :
  • une vaccination
    • des enfants,
    • des femmes en âge de procréer avant toute conception,
    • des femmes non immunes en postpartum avant la sortie de la maternité,
  • une sérologie rubéolique
    • dès le 1er rendez-vous prénatal,
    • à 20 SA chez les femmes enceintes séronégatives,
  • le concours d'un laboratoire spécialisé en cas de problème d'interprétation ou de datation de la séroconversion rubéolique.



Crédit photo : istockphoto.com / Astroid

A voir également


Publi-information
Publié par sante-medecine.
Ce document intitulé « Grossesse, surveillance de la toxoplasmose et de la rubéole(HAS) » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.