Piqûres d'insectes - Comment les éviter

Septembre 2017

Vive l'été ! Le farniente au soleil, les doigts de pieds en éventail, les pique-niques campagnards qui se prolongent par une sieste à l'ombre des arbres... et tous les petits maux qui accompagnent parfois ces moments merveilleux ! Au premier rang desquels figurent les piqûres d'insectes, la plupart du temps anecdotiques, mais qui peuvent se révéler graves chez des personnes possédant un terrain allergique.


Reconnaître une piqûre d'insecte

Quel que soit l'insecte, sa piqûre se manifeste par l'apparition d'une cloque rouge sur la peau, d'un diamètre variant de 1 à 15 millimètres selon la bestiole en cause. La douleur n'est pas forcément immédiate : une piqûre de moustique est indolore, c'est la salive de dame moustique, injectée sous la peau, qui démange. En revanche, une piqûre de frelon, de guêpe ou d'abeille provoque de suite une vive douleur. Une forte démangeaison survient à la suite d'une piqûre de taon ou de fourmi. Acariens acariâtres s'il en est, les aoûtats, invisibles à l'oeil nu, aiment à nous laisser comme souvenirs des plaques rouges au niveau des plis de la peau ou des élastiques des vêtements.

Est-ce grave ?

La plupart des piqûres d'insectes, quoique douloureuses, sont bénignes. Il faut néanmoins veiller à ce que les enfants ne grattent pas l'endroit piqué, car cela peut provoquer une infection. Par ailleurs, cela dépend aussi de l'endroit où l'insecte a piqué : si vous avez été piqué dans la gorge ou sur la langue - par exemple en buvant un jus de fruit dans lequel se trouvait une guêpe -, cela peut gêner votre respiration et nécessiter une hospitalisation. Le principal risque des piqûres d'insectes est pour les personnes allergiques au venin de guêpes ou d'abeilles, qui subissent alors un choc anaphylactique ou un oedème de Quincke, qui se caractérise par un malaise, des rougeurs, des frissons, des sueurs, une chute de la pression artérielle, voire des vomissements ou une crise d'asthme. Dans ce cas-là, appelez immédiatement les secours.

Que faire ?

Nettoyer à l’eau et au savon. Appliquer une solution antiseptique ou une crème contre les démangeaisons. Retirer l'aiguillon en pressant le contour de la piqûre afin de faire sortir le venin. Vous pouvez aussi utiliser une pince à épiler désinfectée. Une astuce consiste à frotter ensuite la piqûre avec un oignon.

Prévention

Un bon produit répulsif, appliqué sur les parties dénudées de son corps, sous forme de spray ou de crème, aura un effet dissuasif sur les insectes. Son utilisation est d'autant plus indispensable dans les pays affectés par le paludisme.

La nuit est un moment particulièrement crucial pour les piqûres d'insectes, dans le lit au moment du sommeil. Afin de les éloigner de la chambre, il est important de ne pas laisser la lumière allumée à la tombée de la nuit lorsque la fenêtre est ouverte.
Il est recommandé d'utiliser des répulsifs dans la chambre, de vaporiser un insecticide avant de se coucher, voire de mettre une moustiquaire en zone dangereuse.

Se promener pieds nus est particulièrement tentant lorsqu'il fait beau mais il s'agit du meilleur moyen de se faire piquer par des insectes.

Que faire en cas de piqûre ?

En randonnée ou en vacances, il faut avoir au minimum à disposition:

Un bon équipement permet d'éviter d'être tenté de se gratter jusqu'au sang.
Un grattage excessif peut déclencher une infection en présence de bactéries, de virus ou de champignons sur la peau.

En randonnée, attention aux herbes hautes

En randonnée, il est préférable d'éviter les hautes herbes si l'on ne souhaite pas risquer de se faire piquer par certains insectes dangereux, comme les tiques.
En cas de promenade dans des champs comportant des buissons, des herbes hautes ou des arbustes par exemple, la façon idéale de se protéger est de porter des vêtements qui recouvrent un maximum de surface corporelle, mais également d'éviter de porter des chaussures ouvertes.

Traiter ses animaux contre les parasites

Pour éviter les morsures de tiques et de puces, il est nécessaire de traiter les animaux domestiques contre les parasites. L'été, ils sont amenés à faire davantage d'allers-retours entre l'intérieur et l'extérieur de la maison, et peuvent y amener des insectes nuisibles.

Consulter rapidement un médecin en cas d'allergie

Les piqûres d'insectes peuvent causer des réactions allergiques notamment lorsqu'il s'agit d'hyménoptères (guêpes, abeilles, frelons). Les symptômes sont notamment une sensation de malaise, une transpiration et des difficultés respiratoires. Il faut alors consulter un médecin. Les personnes qui se savent allergiques (représentant environ 3% de la population) doivent constamment avoir à portée de main un médicament de type anti-histaminique.

Ne pas mettre de glaçon sur une piqûre

Face à la douleur, il peut être tentant de mettre un glaçon sur une piqûre d'insecte.
Toutefois, au contraire, le froid a tendance à prolonger l'action du venin, en plus de provoquer des brûlures. Une piqûre d'insecte doit ainsi être approchée d'une source de chaleur, pouvant l'inactiver. En cas de piqûre d'abeille par exemple, il convient, pour pouvoir retirer le dard plus facilement, d'approcher une cigarette allumée à 1 ou 2 cm de l'endroit exact de la piqûre afin de maintenir une température d'environ 60 °C pendant quelques minutes.

Pour en savoir plus



Crédit photo : Alexander Zhiltsov - Fotolia.com

A voir également


Publi-information
Publié par p.horde.
Ce document intitulé « Piqûres d'insectes - Comment les éviter » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.