Liposuccion - Déroulement, risques, résultats, retouches

Juin 2017

La liposuccion ou lipoaspiration représente environ 20% des opérations de chirurgie esthétique. La liposuccion est une intervention de chirurgie esthétique qui permet de retirer la graisse de façon sélective par un phénomène d'aspiration, à l'aide de petites canules insérées sous la peau. Cette intervention est la plus pratiquée au monde depuis sa mise au point dans les années 80 en France. Elle doit son incroyable popularité à la conjonction de deux arguments forts : des cicatrices minimes de 3 mm de long et des risques de complications extrêmement faibles. Son inventeur le chirurgien Français Yves Gérard Illouz écrivait lors de sa première publication en congrès : « 1000 interventions, aucune complication ». Il est donc important de faire le point sur cette intervention.


Définition

Également appelée lipoaspiration ou liposculpture, la liposuccion est une intervention chirurgicale qui consiste à extraire la masse graisseuse excédentaire d'un patient, majoritairement des femmes.

Indications

La liposuccion est pratiquée en seconde intention, en cas d'échec des techniques d'amincissement habituelles. Elle est indiquée chez les patient(e) présentant des amas graisseux avec une peau suffisamment ferme. Lorsque les amas graisseux se forment sous une peau top flasque, la lipectomie (excision des graisses) est alors plus indiquée.

Déroulement de l'intervention

La lipoaspiration peut être réalisée sous anesthésie locale si les excès graisseux à retirer sont limités ou bien sous anesthésie générale : si les liposuccions sont plus importantes et pour plus de confort. Sur la partie du corps concernée, le chirurgien procède à une petite incision (3/4 millimètres) pour permettre le passage d'une micro canule, après avoir injecté un produit anesthésiant. Les amas de graisse en excès sont ensuite aspirés. L'intervention dure entre 30 minutes et 2h30 et ne laisse en principe qu'une très discrète cicatrice.

Zones traitées

Les zones traitées sont les amas graisseux localisés le plus souvent sur la culotte de cheval, les hanches et le ventre. Petit à petit et avec l'expérience acquise, les faces internes des cuisses, les bras, les cuisses dans leur intégralité (circulaire de cuisses), ainsi que le double menton ou les bajoues peuvent également être traitées. Les mollets et les chevilles restent par contre des zones à risque.

Risques

Phlébite

Le risque médical essentiel est la phlébite qui consiste en une formation de caillots dans les veines profondes de la jambe. Ce risque, lié à l'immobilisme dû aux conditions opératoires, est prévenu par des précautions particulières comme la prescription d'anticoagulants dans les suites opératoires. Ce risque est rendu particulièrement faible par une reprise très rapide des activités.

Résultats imparfaits

Des imperfections de résultats peuvent se voir quand la peau manque de tonicité ou que le geste a manqué de précision. En choisissant un praticien spécialiste en chirurgie plastique, reconstructrice ou esthétique, vous réduirez grandement ce risque.

Saignements

Des saignements importants et des perturbations métaboliques peuvent être la conséquence de liposuccion excessives en quantité de graisse retirée (7 à 8% du poids du corps semble être la quantité de graisse maximale à ne pas dépasser.

Infections et nécroses cutanées

Les infections sont rarissimes car cette intervention ne laisse jamais de liquide en stase dans l'organisme. De même les cas de nécroses cutanées font partie du passé et lié à un manque d'expérience flagrant du praticien. Elles ne se voient plus.

Cicatrices

Les cicatrices mesurent 3 mm, juste assez pour laisser passer la canule qui retirera la graisse. Elles sont au nombre d'une, voire deux, par zone traitée. Elles sont donc négligeables et quasi indécelables après un an. Le retrait des excédents de peau se fait par rétraction cutanée après l'intervention.

Suites opératoires

Un vêtement de contention est prescrit pendant 4 semaines après l'intervention pour aider la peau à se rétracter. Dans les premiers jours, il est même conseillé de se doucher avec pour éviter les douleurs du au retrait du vêtement. Les bleus ou ecchymoses vont persister pendant trois semaines. Les douleurs sont comparables à de grosses courbatures et surtout présentes la première semaine. Elles sont parfaitement combattues par le traitement prescrit par votre praticien. Une semaine de convalescence est habituellement nécessaire et conseillée. Il n'y a pas de massage ou de soins particuliers à effectuer pendant le premier mois. Il faut juste s'astreindre à bien hydrater sa peau sous le vêtement de contention.


Les suites opératoires comprennent des oedèmes et ecchymoses pouvant persister de 8 à 15 jours après l'intervention et des douleurs qui persistent les 4 premiers jours.

Le suivi par le praticien s'organise en deux temps :
  • 7 jours après l'intervention (pour ôter les points de suture), et.
  • 3 mois après : pour évaluer les résultats obtenus.

Résultats

Les résultats ne sont visibles qu'après le premier mois et vont arriver progressivement. 70% du résultat est obtenu à la fin du 2ème mois, 100% après un an. Raison pour laquelle, la patience est requise et que les photos préopératoires sont essentielles.

En outre, en cas de surpoids associé, il est important de profiter des résultats de la liposuccion pour obtenir le déclic psychologique nécessaire à une perte de poids associée. Un régime alimentaire adapté et la pratique d'une activité physique assidue permettront de potentialiser les résultats de la liposuccion.
Cette perte de poids est plus intéressante dans les suites opératoires de la liposuccion qu'avant car elle permet une meilleure rétraction de la peau et au final un résultat bien meilleur.

Retouches

Une « retouche » de lipoaspiration peut être réalisée à partir du 6 mois suivant l'intervention initiale afin de corriger certaines imperfections localisées. La réussite de l'intervention repose également sur l'observation de règles hygiéno-diététiques strictes (alimentation variée activité physique).

Prise en charge par l'Assurance Maladie

Seule la liposuccion à visée réparatrice est partiellement ou intégralement prise en charge par l'Assurance Maladie. Notamment dans le cas d'une lipodystrophie sévère iatrogène (observée principalement chez les patients infectée par le VIH).

A voir également


Publi-information
Publié par p.horde.
Ce document intitulé « Liposuccion - Déroulement, risques, résultats, retouches » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.