Gale - Symptômes, contagion et traitement

Août 2016

La gale est une maladie contagieuse provoquée par un parasite invisible à l’œil nu, un acarien appelé sarcopte. La gale affecte de nombreuses espèces animales. Lorsqu'elle affecte l'homme, on parle alors de gale humaine. Selon l'OMS, la gale touche 300 millions de personnes chaque année dans le monde. L'institut de veille sanitaire, l'InVS, signale une augmentation de la fréquence de la gale, avec un nombre de nouveaux cas en France variant entre 330 et 350 par an.


Symptômes

Même si elle est très contagieuse, la gale n'est pas une maladie sévère. Pourtant elle est encore trop souvent mal vécue et ressentie à tort comme une maladie honteuse. La gale provoque des lésions cutanées et des démangeaisons qui s'aggravent au cours de la nuit. La femelle sarcopte fore des petits tunnels sous la peau, dans lesquels elle pond ses œufs, ce qui cause des démangeaisons et des lésions de la peau typiques de la gale.

Les symptômes de la gale sont typiques et dans un contexte évocateur (mise en contact récente avec une personne affectée ou suspecte de gale, personne en foyer, etc.) : des démangeaisons plus importantes la nuit ; des lésions cutanées de localisation évocatrice : poignet, entre les doigts, fesses, cuisses, organes génitaux, nombril, mamelon ; certaines lésions cutanées spécifiques au niveau des paumes, poignets ou entre les doigts appelées sillons scabieux ; des nodules rouges qui grattent au niveau des organes génitaux appelés nodules scabieux. Chez les personnes immunodéprimées ou âgées, l'atteinte peut être disséminée à l'intégralité du corps et les démangeaisons sont moins importantes.

Contagion

La transmission s'effectue directement par contact humain. Les sujets infectés sont contagieux en période d'incubation. La période d'incubation dure environ un mois en moyenne, et peut aller jusqu'à 6 semaines. Lors de récidives d'infection, la période d'incubation devient plus courte et dure jusqu'à 4 jours. Selon l'INRS l'incidence de la gale en France est mal connue, mais elle semble élevée. Le nombre de personnes affectées par la gale a augmenté de 10% en l'espace de 10 ans dans tous les pays occidentaux. De nouvelles recommandations ont été émises par le Haut conseil de la santé publique (HCSP) sur la prise en charge de la gale.


Le retard de diagnostic d'une pathologie difficile à reconnaître, des traitements souvent insuffisants, une augmentation des épidémies dans des maisons de retraite, crèches, écoles, ou clubs de sport, ainsi qu'une augmentation de la précarité expliquent en partie l'augmentation constatée. Le HSCP recommande désormais d'effectuer un second traitement, que ce soit le traitement local ou sous forme de comprimé, 7 jours après le premier. En effet il semble que ces produits soient inefficaces sur les œufs et que le taux de succès de ces traitements soient insuffisants lorsqu'ils sont pris une seule fois.

Incubation

La période d'incubation de la gale est relativement longue allant jusqu'à 1 mois (entre 2 et 6 semaines). Celle-ci correspond au temps mis par le parasite (sarcopte scabiei hominis) qui vient d'être en contact avec son hôte, pour se reproduire, s'enfoncer dans la peau (quelques millimètres par jour) en formant un sillon, y pondre ses œufs et recommencer un cycle de vie. Durant l'incubation, la personne atteinte ne souffre pas de symptômes mais peut être contagieuse. En cas de ré-infestation, cette phase dure moins longtemps.

Transmission

La transmission de la gale nécessite des contacts intimes : la gale est ainsi considérée comme une IST, infection sexuellement transmissible. La transmission s'effectue directement par contact humain, par le toucher, le contact avec les vêtements ou les objets personnels d'une personne atteinte. Les sujets infectés sont contagieux en période d'incubation. En France, l'incidence de la gale est mal connue, mais elle est vraisemblablement élevée. Elle a été estimée par l'InVS (à partir des chiffres de vente des médicaments anti gale) en 2010, à au au moins 328 cas/100000/an avec une augmentation de l'incidence de l'ordre de 10% depuis 2002.

Localisation de la gale

La gale se localise essentiellement entre les doigts, sur les poignets, sur les coudes, au niveau des aisselles, sur le nombril, au niveau des cuisses et enfin au niveau de organes génitaux externes.

Chez le bébé

Le bébé se démange, s'agite et effectue des mouvements dans tous les sens, car il tente de se calmer en se frottant le dos. Des lésions de grattage s'étendent peu à peu sur tout son corps. L'éruption est le plus souvent vésiculopustuleuse, parfois papuleuse. Les démangeaisons prédominent aux extrémités. Si le visage du bébé est le plus souvent épargné, ce n'est pas le cas du cuir chevelu. Une surinfection des lésions est fréquemment observée : elle aggrave l'éruption et provoque des ganglions et de la fièvre. Les sillons caractéristiques de la gale ne sont pas toujours présents. Présence de nodules sur le bas du dos, les organes génitaux et les aisselles. Présence de papules ou pustules sur les paumes des mains et des plantes des pieds.

Diagnostic

Le diagnostic est souvent difficile à réaliser car on ne retrouve pas systématiquement les lésions caractéristiques de la gale qui accompagnent les sillons, le prurit ou les vésicules. Il est parfois nécessaire de confirmer le diagnostic en effectuant un traitement d'épreuve.

Traitement

Il existe des traitements locaux et des traitements médicamenteux. Les traitements locaux sont nombreux et s'appliquent de différentes façons selon les produits et selon l'âge de l'enfant. Seuls votre médecin ou votre pharmacien pourront vous conseiller. Le plus connu est le benzoate de benzyle (Ascabiol®) en lotion : il s'utilise en application unique, après avoir pris un bain ou une douche. Se badigeonner le corps, de la tête (cuir chevelu comprit) aux pieds, laisser sécher 15 minutes environ puis recommencer. Ne pas se laver pendant 24 heures puis refaire une 3ème application. Laisser le produit pendant 24 heures avant de se rincer. Changer ses vêtements à ce moment là. Prendre un bain le 3ème jour.

Les démangeaisons peuvent persister encore plusieurs jours après le traitement. Traiter tous les membres de la famille. Faire bouillir le linge, vêtements, couvertures. Mettre de la poudre DDT sur la literie et le matelas.

Traitement local

Il existe des traitements médicamenteux et des traitements locaux. On compte un grand nombre de traitements locaux, qui s'appliquent différemment selon les produits. Le plus connu d'entre-eux est l'Ascabiol® (benzoate de benzyle) appliqué en lotion. Il s'utilise en une application unique, après un bain ou une douche. Il doit ensuite être badigeonné sur l'ensemble du corps de la tête aux pieds (y compris le cuir chevelu), puis le laisser agir durant 24 heures avant d'effectuer un rinçage. La perméthrine est généralement utilisée sous forme de crème. L'Assurance Maladie ne prend en charge aucun de ces deux traitements locaux.

Traitement sous forme de comprimé

L'Ivermectine quand à lui est prescrit sous forme de comprimé. le traitement de la gale commune par l'ivermectine est plus simple à administrer, mieux toléré, ne présente pas de contre-indications majeure et est remboursé par la caisse d'assurance maladie.

Vidéo

Les précisions du docteur Pierrick Hordé.


A voir également :

Publi-information
Publi-information
Ce document intitulé « Gale - Symptômes, contagion et traitement » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.