Infarctus du myocarde - Symptômes et traitement

Décembre 2016

Lorsqu'on parle d'infarctus, on fait généralement référence à l'infarctus du myocarde (le muscle du cœur). Néanmoins, un infarctus peut toucher n'importe quel organe vascularisé du corps dès que la circulation artérielle qui « nourrit » les cellules de cet organe est interrompue.


Définition

L'infarctus du myocarde (IDM), ou crise cardiaque dans le langage courant, est une mort des cellules du cœur suite à un défaut de vascularisation et donc d'oxygénation de ces cellules. Généralement, un IDM est dû à un caillot ou à des dépôts sur la paroi qui bouche une artère coronaire. Le cœur agit comme une « pompe », au sein de l'organisme. Il propulse le sang à travers l'organisme et joue donc un rôle moteur dans la circulation sanguine. Lors d'un infarctus du myocarde, certaines branches des artères principales du cœur appelées coronaires se bouchent. Le sang ne passe plus et une partie du tissu du muscle cardiaque « meurt ».

Infarctus cérébral

On parle ainsi d'infarctus cérébral, autre nom de l'accident vasculaire cérébral ischémique.

Infarctus mésentérique

On parle d'infarctus mésentérique au niveau intestinal.

Infarctus pulmonaire

Un infarctus pulmonaire concerne les poumons.

Infarctus osseux

Un infarctus osseux est une lésion au niveau du tissu osseux dont la cause est une obturation de l'artère qui assure son irrigation.

Signes avant coureurs

120000 infarctus du myocarde surviennent environ chaque année en France. 10% des personnes qui présentent un infarctus décèdent dans l'heure qui suit et le taux de mortalité au bout d'un an est environ de 15% (INSERM). Chaque minute est importante pour pouvoir déboucher la ou les artères obstruées lors d'un infarctus. Le délai moyen entre le diagnostic de l'infarctus au cours de l'électrocardiogramme et la mise en oeuvre des traitements est de 90 minutes. Les personnes présentant un fort risque cardiovasculaire et leur entourage doivent avoir le réflexe de composer le 15 ou le 112 sur un portable, lorsque surviennent des symptômes évocatrices d'un infarctus.

L'apparition d'une douleur thoracique représente la manifestation typique de l'infarctus du myocarde. Cette douleur intervient dans la poitrine, le cou, la mâchoire, l'épaule, le bras ou le dos. Elle apparaît brutalement. Elle ne disparaît pas au repos. La douleur peut se prolonger quelques minutes ou quelques heures. Elle provoque l'étrange sensation de recevoir un poids ou une barre dans la poitrine. Elle peut ressembler à un pincement ou une forte pression. Son intensité varie d'un degré minime jusqu'à la violente douleur.

Vidéo

Les précisions du docteur Pierrick Hordé :

Symptômes

Des difficultés respiratoires, Nausées et vomissements, forte transpiration, sensation d'angoisse et d'oppression et une température un peu élevée sont des manifestations qui accompagnent les douleurs thoraciques.

Dans 10% des situations d'infarctus du myocarde, les manifestations ne sont pas aussi caractéristiques. En effet, en dehors des manifestations typiques de l'infarctus du myocarde, il arrive que certaines personnes présentent des symptômes très différents. Ces manifestations atypiques surviennent davantage chez les personnes âgées et les diabétiques.
  • Douleur absente.
  • Douleur isolée uniquement présente dans le bras,
  • Simple sensation de pesanteur au niveau de la poitrine.
  • Malaise.
  • Accident neurologique.
  • Manifestations digestives: douleurs abdominales violentes...

Diagnostic

Un electrocardiogramme et un dosage sanguin des enzymes cardiaques sont les premiers examens à pratiquer en urgence en cas de suspicion d'infarctus du myocarde. De nombreux examens seront effectués après la survenue de l'infarctus du myocarde : une (coronarographie afin notamment de rechercher la localisation de l'artère la cause, mais également un électrocardiogramme pour la recherche de troubles du rythme, et montrant des signes de séquelle de l'infarctus, et une échographie cardiaque pour surveiller l'évolution des capacités du cœur.

Traitement

Le traitement après un infarctus du myocarde (après le traitement à la phase aiguë qui vise la revasculariation) débute par un contrôle étroit des facteurs de risque cardio-vasculaires : arrêt du tabagisme, diminution du surpoids, diminution du cholestérol, équilibre strict de la tension artérielle ou du diabète. Parallèlement, des médicaments sont systématiques avec des bêtabloquants, de l'aspirine, une statine pour diminuer le cholestérol, un inhibiteur de l'enzyme de conversion, un diurétique pour diminuer les œdèmes et un dérivé nitré en spray à prendre en cas de survenue de nouveaux symptômes : l'éducation du patient est primordiale.

Prévention

Afin d'éviter de faire un nouvel infarctus du myocarde, il faut diminuer les facteurs de risque : maintenir une alimentation équilibrée, pratiquer une activité sportive, ne pas fumer, éviter le surpoids.

Complications

Les complications de l'infarctus du myocarde sont de 2 ordres : celles survenant au moment de l'infarctus et celles survenant à distance, conséquences de la mort cellulaire d'une partie du muscle cardiaque.

Au moment de l'infarctus, le risque le plus grave est le décès du sujet. Parallèlement, peuvent survenir des troubles du rythme cardiaque, un choc cardiogénique, des pathologies des valves cardiaques, une rupture d'une paroi du cœur ou une péricardite.

Parmi les complications à distance, on retrouve également des troubles du rythme cardiaque, la formation d'anévrisme, le syndrome épaule-main, un risque de récidive de l'infarctus, mais surtout une insuffisance cardiaque chronique, complication principale à l'origine du retentissement sur la vie de l'individu.

En savoir plus


A voir également :

Publi-information
Ce document intitulé « Infarctus du myocarde - Symptômes et traitement » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.