Déficit immunitaire : types, causes et diagnostic

Septembre 2017


Un déficit immunitaire peut être d'origine génétique ou secondaire à de nombreuses pathologies. Il se caractérise par un affaiblissement des défenses de l'organisme contre de nombreuses infections dites « opportunistes ». Le point sur les différents types de déficits immunitaires et leurs principales causes.

Les déficits immunitaires primitifs (DIP)


Les déficits immunitaires primitifs se caractérisent par un défaut de certaines cellules du système immunitaire qui constituent les défenses de l'organisme contre de nombreux agents infectieux.
En raison d'anomalies quantitatives affectant certaines cellules, ou de leur dysfonctionnement, l'organisme ne peut se défendre normalement contre certaines infections virales, fungiques (champignons) parasitaires ou encore bactériennes.
Plus de 200 formes de déficits immunitaires primitifs, de sévérité variable, sont aujourd'hui identifiées.

Le Déficit Immunitaire Commun Variable (DICP)


Le dé?cit immunitaire commun variable est un trouble relativement courant, qui se caractérise par des taux d'immunoglobulines sériques (anticorps) faibles. Les différentes formes qu'il recouvre sont également appelées « DIP humoraux ».
Un taux d'anticorps plus faible prédispose à un risque accru d'infections diverses. Les causes du DICV sont inconnues, bien que des origines génétiques soient aujourd'hui suspectées.
Le déficit immunitaire commun variable est généralement diagnostiqué après 20 ou 30 ans, dans la mesure où les symptômes apparaissent tardivement, dans la majorité des cas. Ils se caractérisent par des infections récidivantes (oreilles, sinus, nez, bronches et poumons). Ce trouble se traite par immunoglobulinothérapie.

Déficits Immunitaires Combinés Sévères (DICS)


Les déficits immunitaires combinés sévères (DICS) se caractérisent par une défaut de fonction des cellules du système immunitaire (lymphocytes T, B, NK), qui protègent l'organisme contre les affections microbiennes. Cette pathologie est rare.
La forme la plus fréquente (50% des cas) est la déficience de la chaîne commune gamma des récepteurs des lymphocytes T. Les DICS sont liés à diverses anomalies génétiques.

Autres formes de déficits immunitaires primitifs


Les autres formes principales de DIP sont le déficit de la phagocytose (défaut des polynucléaires) et le déficit du système du complément.

Quand un déficit immunitaire primitif est-il suspecté ?


Chez l'enfant ou l'adulte, un déficit immunitaire primitif peut être suspecté en cas de sensibilité accrue aux infections, à la répétition et la gravité de celles-ci (voir plus haut), et en cas de mauvaise réponse au traitement de ces infections.

Causes et facteurs extérieurs d'un déficit immunitaire


Un déficit immunitaire est dit « secondaire » ou « acquis » lorsqu'il résulte d'une pathologie entraînant un dysfonctionnement du système immunitaire.
Les déficits immunitaires secondaires n'ont donc pas d'origine génétique.

Déficit immunitaire secondaire : principales causes

Le VIH (SIDA)


Le virus d'immunodéficience humaine (VIH) est une cause possible d'immunodéficience secondaire.
Ce virus entraîne la baisse du taux de lymphocytes T, cellules qui jouent un rôle essentiel dans le système immunitaire. Il rend ainsi l'organisme vulnérable à de multiples infections opportunistes : tuberculose, maladie de Kaposi, herpès, maladies digestives, etc.

Malnutrition sévère


La malnutrition, plus particulièrement la sous-nutrition, affecte certaines fonctions de réponse immunitaire de l'organisme et augmente le risque de contracter une maladie infectieuse.

Diabète de type 2


Le déficit immunitaire est l'une des comorbidités (pathologies associées) possibles du diabète de type 2. Les patients qui souffrent de cette pathologie possèdent en effet moins de cellules immunitaires que les personnes saines. Dans le cadre du diabète de type 2, une équipe de l'INSERM a récemment mis en évidence le lien entre glycémie élevée, nombre réduit de cellules immunitaires NK et affaiblissement chronique du système immunitaire.

Chimiothérapie et médicaments immunosuppresseurs


Dans le traitement du cancer, la chimiothérapie est une cause fréquente de baisse de la fonction immunitaire de l'organisme.
Les médicaments immunodépresseurs, utilisés dans le cadre d'une greffe d'organe ou pour traiter certaines maladies auto-immunes, affaiblissent également la réponse immunitaire de l'organisme.

Leucémie


La leucémie, maladie qui se caractérise par la production excessive de globules blancs anormaux dans le corps, perturbe le fonctionnement du système immunitaire.
L'organisme est alors plus vulnérable à de nombreuses infections.

Autres causes possibles


Différents cancers et une insuffisance sévère du fonctionnement du foie peuvent être responsables d'un déficit de l'immunité.

Bilan d'un déficit immunitaire


Quand un déficit immunitaire est suspecté (voir plus haut), un bilan comportant différents examens permet d'explorer et mettre en évidence les causes possibles de la maladie.
Selon les circonstances cliniques, le bilan d'un déficit immunitaire peut comprendre : un bilan biologique (numération formule sanguine, numération des leucocytes et des lymphocytes), une électrophorèse des protéines plasmatiques, un dosage spécifique des immunoglobulines, un dépistage du HIV ou encore un bilan hépatique.

Pour aller plus loin


Crédit photo : © fotoliaxrender - Fotolia.com

A voir également


Publi-information
Publié par p.horde.
Ce document intitulé « Déficit immunitaire : types, causes et diagnostic  » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.