Repérage et traitement des intoxications oxycarbonées

Octobre 2017

En mars 2005, le Ministère de la santé a publié un guide pratique destiné aux médecins concernant la prise en charge des intoxications oxycarbonées.


Les signes cliniques de l'intoxication

Signes apparemment bénins

  • Céphalées.
  • Vertiges.
  • Sensation de faiblesse musculaire.
  • Perte de connaissance.
  • Hyper-réflectivité tendineuse.
  • Manifestations psychiatriques, troubles du comportement.
  • Troubles visuels, cécité corticale.
  • Anomalies de comportement d'un animal domestique.

Manifestations cardiovasculaires

  • Anomalies de l'ECG.
  • Troubles de la repolarisation.
  • Lésions hémorragiques myocardiques.
  • Collapsus cardio-vasculaire.
  • OEdème pulmonaire et cardiogénique.

Autre manifestations

  • Maux de tête.
  • Troubles digestifs.
  • Convulsions.
  • Déficit moteur.

Manifestations neurologiques

  • Sont le résultat de deux mécanismes d'action toxique du CO :
    • l'hypoxie (nécrose...) ;
    • et la toxicité cellulaire directe (nécrose, apoptose...).

.
  • Psychotiques
    • démence,
    • datatonie,
    • retard mental.

.
  • Neuropsychiatriques
    • dépression,
    • anxiété,
    • amnésie.

.
  • Noyaux gris
    • Parkinson,
    • chorée,
    • dystonie.

.
  • Déficit moteur
    • hémiplégie,
    • apraxie.

.
  • Déficit sensitif
    • hémi-anopsie,
    • cécité corticale,
    • agnosie,
    • troubles de l'audition,
    • anosmie.

.
  • Déficit verbal
    • aphasie,
    • agraphie.

.
  • Convulsions
    • épilepsie.

.
  • Atteinte de la moëlle.
    • syringomyélie.

.
  • Périphérique
    • neuropathies diverses. .

Formes mortelles et comateuses

  • Formes mortelles :
    • l'aspect des téguments (teinte cochenille, aspect rutilant des viscères) a une valeur d'orientation,
    • dosage de COHb sur le cadavre n'est fait que s'il existe des présomptions en faveur du diagnostic.

.
  • Formes comateuses
    • le coma
      • peut être constaté uniquement sur les lieux de l'intoxication,
      • s'accompagne souvent
        • d'un syndrome pyramidal bilatéral,
        • de manifestations extra-pyramidales,
        • d'agitation,
        • de crises hypertoniques,
        • de crises convulsives.

.
    • plusieurs erreurs peuvent être commises :
      • ne pas rapporter le coma à une intoxication oxycarbonée,
      • rapporter à tort toutes les manifestations neurologiques observées à l'intoxication oxycarbonée. .

Prise en charge

Évaluation

  • signes vitaux,
  • état neurologique
      • conscience ;
      • réponse motrice à la stimulation ;
      • réflectivité ;

.
  • examen clinique :
    • recherche de complication (ECG, radiographie de thorax...) ;
    • recherche d'un traumatisme ou d'une intoxication associés ;
    • recherche d'une maladie sous-jacente ;
    • examen de laboratoire :
      • carboxyhémoglobine ;
      • gaz du sang si nécessaire.

.
  • Diagnostic
    • circonstances de l'intoxication,
    • tableau clinique compatible,
    • carboxyhémoglobinémie élevée. .

Traitement

mesures thérapeutiques en urgence

  • éviction immédiate de l'atmosphère toxique ;
  • réanimation cardiorespiratoire si nécessaire ;
  • oxygène par masque nasal ou ventilation contrôlée ;
  • arrêter la source de CO, aérer le local, rechercher d'autres victimes ;

traitement symptomatique

  • ventilation contrôlée avec FiO2 = 1 ;
  • remplissage vasculaire selon la PVC ;
  • drogue inotrope si nécessaire ;
  • oxygénothérapie :
    • oxygénothérapie hyperbare ;
    • oxygénothérapie normobare. .

Suivi

  • Conseiller un avis spécialisé en cas d'apparition de complications neurologiques.
  • Prescription d'un arrêt de travail qui dépend de l'évaluation du degré d'inaptitude au travail.
  • L'existence d'anomalies initiales de l'ECG nécessite un contrôle un mois après l'intoxication, surtout chez des sujets à risque de maladies coronariennes.
  • Les femmes enceintes
    • doivent bénéficier d'un examen obstétrical avec une échographie vérifiant la vitalité foetale ;
    • suivi obstétrical et échographique rapproché et orienté jusqu'à l'accouchement. .

Prévention

  • Éducation du patient et de son entourage vis-à-vis des risques liés au CO.
  • Enquête technique sur place.
  • Informer le patient et/ou sa famille du risque de récidive.
  • Obtenir son consentement à une enquête technique par le service santé-environnement de la DDASS.
  • Alerter le service santé-environnement de la DDASS.

Sources

Repérer et traiter les intoxications oxycarbonées, Ministère de la Santé, mars 2005.
Crédit photo : Istockphoto - Aleksandrs Jeme?janovs

A voir également


Publi-information
Publié par sante-medecine.
Ce document intitulé « Repérage et traitement des intoxications oxycarbonées » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.