Mal des transports - Traitement

Décembre 2016

Les longs trajets, en voiture, en bus ou en train, et parfois même lorsqu'ils sont très courts, peuvent devenir un enfer pour tous ceux qui présentent un mal des transports. Il touche 3 millions de personnes en France. Véritable calvaire, il peut se traiter et se prévenir à l'aide de médicaments et de techniques simples.


Causes

Le mal des transports, aussi appelé cinétose, résulte d’un conflit entre la perception visuelle, des récepteurs situés dans les muscles et la perception de l’oreille interne. Ainsi, ce que vous voyez ne correspond pas à ce que les récepteurs musculaires et votre oreille interne enregistrent et cela crée un déséquilibre qui va entraîner nausées et Vomissements.

Les causes peuvent être un défaut de concordance entre les informations reçues et l'équilibre causés par un mouvement trop rapide. Ce mouvement peut être transversal (tangage), sagittal (roulis) ou vertical. Il peut également être lié à une excitation trop forte des récepteurs sensoriels comme la peur, un ballotement de l'estomac et des viscères, un abus d'alcool, de tabac, une fatigue et le froid ou encore de mauvaises odeurs.

Conséquences

  • Diminution des capacités mentales et physiques,
  • Malaises et déséquilibre,
  • Céphalées, pâleur, sueurs froides.
  • Sudation, hypersalivation,
  • Vomissements alimentaires et bileux,
  • Somnolence,
  • Baisse de la tension artérielle et de la température.

Symptômes

Le premier symptôme va se caractériser par une sensation de mal être. Vous devenez anormalement pâle, vous baillez et vous vous sentez fatigué. Plus embêtant, vous êtes pris de nausées et de vomissements, vous salivez beaucoup et vous êtes en hypothermie. Plus rare, vous faites un malaise dû à une crise d’hypoglycémie.

Remède

Il existe des médicaments contre le mal des transports mais ils doivent être pris à titre préventif, car une fois que le mal est là, le médicament n'aura aucun effet. Il y a cependant quelques règles à respecter pour éviter d’être malade en voiture :

Trouvez la bonne position

  • Dans la voiture, installez-vous au milieu car les mouvements sont moins brusques.
  • Trouvez une position qui réduira au minimum les mouvements de votre tête et de votre corps.
  • N’hésitez pas à vous allonger et à fermer les yeux.
  • Enfin, faites des pauses toute les heures, prenez l’air et dégourdissez-vous les jambes.

Limitez votre champ visuel

Ne lisez pas pendant le trajet. Restez concentré sur l’horizon ou sur un point immobile à l’extérieur de la voiture.

Jouez sur votre environnement immédiat

Evitez de mettre le chauffage au maximum et ouvrez légèrement les fenêtres afin que l’air se renouvelle. Privilégiez les atmosphères peu bruyantes pour éviter une agitation supplémentaire. Ne mettez pas le volume de l’autoradio au maximum et prenez l’autoroute car les bruits de la voiture y seront minimes. N’hésitez pas à utiliser des boules antibruit si nécessaire.

Demandez au chauffeur d’adopter une conduite calme en évitant les accélérations et les décélérations trop brutales. Ne voyagez pas l'estomac vide et évitez l'alcool et les aliments gras. Buvez sucré de temps en temps au cours du voyage.

==Concentrez-vous===
Ne pensez pas à votre mal être et occupez-vous l’esprit. Très souvent, les victimes du mal des transports se sentent très bien une fois au volant de la voiture. Si c’est votre cas, n’hésitez pas.


Enfin, lorsque le mal des transports touche vos enfants et qu’ils sont pris de vomissements, n’oubliez pas d’emporter des boissons afin de leur éviter une déshydratation.

Lutter contre le mal des transports de l'enfant

Avant le départ

S'assurer que l'enfant a bien dormi et que ce dernier ne sera pas fatigué pendant le voyage.
Toujours faire partir son enfant le ventre plein, mais sans excès. Même si le voyage commence le matin très tôt, il est impératif de faire petit-déjeuner son enfant. Si le départ n'a pas lieu le matin, s'assurer que l'enfant a mangé. Il est conseillé de manger léger avant un voyage...
Lui donner un traitement anti-mal des transports une heure environ avant le départ en respectant scrupuleusement la notice.

Ces médicaments provoquent généralement des effets de somnolence, il est donc en aucun cas envisageable d'en donner au conducteur.
Si l'enfant est assez âgé (10 ans), il est possible de le placer sur le siège avant à droite du conducteur avant qu'il voit mieux la route.

Pendant le voyage

Pendant le voyage, éviter de stresser l'enfant : ne pas mettre de musique trop forte, faire attention à ce que le soleil n'arrive pas directement sur sa tête, faire des pauses régulières afin qu'il puisse faire ses commodités et se détendre les jambes...
A l'inverse, n'en faites pas le centre de votre intérêt ou de toutes les conversations : cela lui évitera de se "sentir" malade même s'il ne l'est pas. Laisser la fenêtre de la personne sujette au mal des transport au moins toujours légèrement entrouverte : l'odeur des plastiques internes, surtout dans une voitures neuves, participe à la nausée.

Bien s'asseoir dans son siège, ne pas avoir la vue cachée. Ne pas lire, jouer sur écran, etc. mais regarder plutôt la direction dans laquelle on va. Vérifier que l'enfant ne change pas d'attitude soudainement. En particulier s'il se calme et se concentre sur la route, c'est qu'il doit commencer à avoir la nausée. Il convient alors de s'arrêter un peu pour le laisser reprendre son souffle. Le mettre en position légèrement allongée si besoin est. Fermer les yeux. L'aider a se concentrer sur quelque chose en particulier, sans penser au mal des transports. Des jeux (celui qui voit la première voiture rose à gagné, par exemple...) aident à sortir d'une obsession.
"Au cas où", prévoir : un sac plastique, une bouteille d'eau peu sucrée, du sopalin, un petit en cas (un fruit...).

Prévention et traitement

  • Allonger le malade pour réduire au maximum les mouvements.
  • Ne pas voyager avec le ventre vide, préférer une alimentation légère, en évitant la consommation d'alcool, les matières grasses et les produits laitiers.
  • Boire de l'eau en petites quantités, idem pour les jus de fruit ou les sodas,
  • Eviter certaines odeurs comme les odeurs de poisson, viande, tabac, essence, etc.
  • Eviter de se fixer sur le malaise, regarder le paysage qui défile, s'aérer l'esprit...
  • Ne pas trop se couvrir,
  • En voiture, faire des haltes toutes les heures,
  • En bateau ou avion, privilégier les places au milieu de l'appareil où le mouvement est faible,
  • Favoriser un niveau sonore doux et relaxant,
  • Eviter de lire ou de scruter un point fixe,
  • Sucer du citron ou de la réglisse pou éviter les reflux gastriques et les vomissements,
  • Les antihistaminiques sont conseillés..

A voir également :

Publi-information
Ce document intitulé « Mal des transports - Traitement » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.