Sédentarisation et manque d'exercice physique

Septembre 2017

La sédentarité est aujourd'hui le quatrième facteur de risque de mortalité dans le monde. Le point sur le lien entre le manque ou l'absence d'activité physique et le développement de différentes pathologies chroniques.


Qu'est-ce que la sédentarité ?

L'Organisation mondiale de la Santé définit la sédentarité comme « l'état dans lequel les mouvements sont réduits au minimum et la dépense énergétique est proche de celle de repos ». Elle s'oppose à l'activité physique, qui est définie, toujours selon l'OMS « par tout mouvement produit par les muscles squelettiques, responsable d'une augmentation de la dépense énergétique ». Les recommandations actuelles préconisent aujourd'hui la pratique d'une activité physique régulière de 30 min par jour, 5 fois par semaine.

Populations concernées par la sédentarité

54% de la population française ne parvient pas à se maintenir au niveau minimum d'activité physique journalière recommandé, selon le Baromètre santé nutrition 2008 de l'INPES. La sédentarité affecte plus fréquemment les personnes vivant dans un contexte socio-économique défavorable et est également associée au vieillissement, l'inactivité physique tendant à augmenter avec l'âge.

Conséquences globales de la sédentarité sur la santé

En 2002, l'OMS classe la sédentarité comme l'un des principaux facteurs de mortalité parmi les maladies non transmissibles, après les maladies infectieuses. Elle est le quatrième facteur de risque de mortalité dans le monde.

Liens entre sédentarité et différents troubles et maladies

Surpoids et obésité

La sédentarité est, avec les facteurs hormonaux, l'hérédité et les habitudes alimentaires, un facteur de risque important de surpoids et d'obésité chez l'homme, la femme et l'enfant. L'obésité est-elle même un facteur de risque majeur de développer différentes pathologies : comme le diabète de type 2, l'hypertension artérielle, l'excès de lipides dans le sang, les atteintes cardiovasculaires. Elle est aussi à l'origine d'autres troubles particulièrement invalidants : comme le syndrome d'apnée du sommeil et les maladies articulaires (arthrose).

Maladies cardiovasculaires

Le risque d'être atteint d'une maladie coronarienne est 1,8 fois plus élevé chez les personnes sédentaires. Avec le tabagisme, l'hypertension artérielle et l'obésité, l'inactivité physique est un facteur d'affaiblissement de la fonction cardiaque. Chez une personne sédentaire, le cœur tend à perdre sa puissance de contraction : il reçoit et envoie moins de sang dans le corps, fournit moins d'oxygène aux muscles et aux organes, et récupère moins vite en cas d'accident cardiaque. Un mode de vie plus actif, y compris à un âge moyen ou avancé, est associé à des taux moins élevés de décès par maladies cardiovasculaires.

Diabète de type 2

Plusieurs études épidémiologiques ont mis en évidence la relation entre sédentarité et risques augmentés de souffrir d'un diabète de type 2. Inversement, d'autres études ont montré que la pratique d'une activité physique régulière permet de prévenir l'apparition d'un diabète de type 2.

Hypertension artérielle

Selon l'Etude nationale nutrition santé réalisée en 2006-2007, la sédentarité est un facteur d'augmentation de la pression artérielle dans certains populations : comme les femmes obèses, les femmes de moins de 55 ans, les hommes de poids normal et entre 18 et 29 ans. L'augmentation de l'activité physique et la réduction des comportements sédentaires font partie des moyens non médicamenteux permettant de prévenir l'hypertension.

Cancer du côlon

Les personnes sédentaires ont un risque nettement accru de cancer du côlon comparativement aux personnes ayant une activité physique importante, selon plusieurs études. Associée à l'obésité, la sédentarité augmenterait le risque de cancer du côlon d'environ 30 à 50%, et dans la même proportion, le risque de souffrir d'autres cancers : cancers du sein, du rein et de l'endomètre.

Ostéoporose

La sédentarité et l'immobilisation prolongée affaiblissent le squelette, fragilisent les os et favorisent le développement l'ostéoporose.


Crédit photo : © JPC-PROD - Fotolia.com

A voir également


Publi-information
Publié par p.horde.
Ce document intitulé « Sédentarisation et manque d'exercice physique  » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.