Aptitude visuelle et travail

Juin 2017



L'évaluation de l'aptitude visuelle au travail repose sur la réalisation de plusieurs tests, en vision corrigée ou non corrigée. Le point sur les professions visées par l'obtention de seuils minimaux des fonctions visuelles et sur les affections visuelles incompatibles avec la conduite.

Détermination et suivi de l'aptitude visuelle au travail


Les examens médicaux réglementaires évaluant l'aptitude visuelle au travail sont prévus à l'embauche, lors des visites périodiques, après un arrêt de travail ou toute absence médicale de plus de trois semaines.

Tests déterminant l'aptitude professionnelle visuelle


Plusieurs tests standardisés sont utilisés pour déterminer l'aptitude professionnelle visuelle. Ils permettent de mesurer l'acuité visuelle centrale de loin et parfois de près, le champ visuel monoculaire ou binoculaire, la vision des couleurs et le sens stéréoscopique (appréciation des distances). La détermination de la vision nocturne est nécessaire pour certains métiers de nuit : marin, aviation, poste de sécurité. La vision des contrastes et un test de résistance à l'éblouissement sont plus rarement testés.

Aptitudes visuelles selon les professions


L'exercice de certaines professions requiert l'obtention de seuils minimaux d'aptitude visuelle sur différents déterminants, en vision corrigée ou non corrigée. Les normes d'acuité visuelle sont extrêmement variées, de même que les tests utilisés, et les seuils requis. Une évaluation de l'aptitude visuelle ne satisfaisant pas à ces exigences peut empêcher l'exercice de ces professions. Parmi les professions concernées par une réglementation particulière en matière d'aptitude visuelle : les navigants techniques professionnels de l'aéronautique civile (pilotes d'avion, navigateurs aériens, etc.), les professionnels des transports (routier, maritime, ferroviaire), le personnel permanent des services de sécurité incendie, les professionnels des armées et de la sécurité publique (policier, douanier, gardien de la paix) et les candidats aux Grandes écoles.

Aptitude visuelle et conduite


Une arrêté du 31 aout 2010 fixe la liste des affections médicales incompatibles avec l'obtention ou le maintien du permis de conduire. Dans la catégorie « permis léger », différents éléments d'aptitude visuelle sont testés pour déterminer des incompatibilités avec la conduite. La conduite est incompatible avec une acuité visuelle en vision de loin inférieure à 5/10 (acuité visuelle binoculaire). Si un des deux yeux a une acuité visuelle nulle ou inférieure à 1/10, il y a incompatibilité si l'autre oeil a une acuité visuelle inférieure à 5/10.

La conduite est également incompatible avec un champ visuel inférieur à 120°, à 50° vers la gauche et la droite et à 20° vers le haut et le bas. La conduite de nuit est incompatible en l'absence de vision nocturne, ou en cas de vision crépusculaire inadaptée. D'autres fonctions visuelles peuvent être testées et contre-indiquer la conduite : l'éblouissement, la sensibilité aux contrastes. La conduite est également incompatible en présence de certains antécédents de chirurgie et pathologies oculaires.

Crédit photo : © radub85 - Fotolia.com.

Pour aller plus loin


Aptitude et vision : professions, sports, déficient visuel, travail sur écran (PDF), Formation Nantaise et Recherche en Ophtalmologie.

A voir également


Publi-information
Publié par p.horde.
Ce document intitulé « Aptitude visuelle et travail  » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.