Intolérance au lactose - Quels symptômes ? Que manger ?

Novembre 2017

L'intolérance au lactose est une pathologie qui semble toucher chaque année davantage de personnes mais qui peut être parfois surestimée en raison de l'effet mode des régimes sans lait ou sans gluten. Cette situation peut provoquer des comportements nutritionnels inadaptés pouvant conduire à supprimer totalement les laitages de l'alimentation et entraîner des déficits en calcium. En effet, une intolérance au lactose n'interdit en aucun cas de consommer du lait ou des produits laitiers, si certains conseils sont bien respectés.


Notre vidéo


Définition

L'intolérance au lactose est provoquée par un déficit de sécrétion de la lactase par l'intestin. La diminution de cette enzyme qui permet de digérer le lactose, sucre principal du lait empêche la bonne digestion du lactose présent dans le lait. Le lactose stagne alors dans l'intestin, où il favorise la fermentation des bactéries. Une personne qui ne possède pas ou plus suffisamment de lactase digère mal tous les produits contenant du lactose, développant ainsi une intolérance au lactose. La fermentation du lactose dans le colon qui en découle est à l'origine des manifestations observées chez ces personnes.

Causes

Souvent confondue avec l'allergie au lait, l'intolérance au lactose est causée par un déficit, dans le système digestif, d'une enzyme appelée lactase. Sans lactase, le lactose ne peut être digéré.

Symptômes

L'intolérance au lactose qui se manifeste après la consommation de produits laitiers peut provoquer des symptômes qui ne sont pas spécifiques à cette maladie et qui peuvent également apparaître par exemple lors d'une colite ou du syndrome de l'intestin irritable. Peuvent ainsi survenir des douleurs abdominales, des ballonnements, des épisodes de diarrhée ou de constipation accompagnés parfois de vomissements.

Des épisodes de fatigue de fatigue et d'amaigrissement peuvent survenir si le mode de consommation d'aliments lactés ne s'est pas modifié. Peuvent également s'observer des céphalées, des douleurs articulaires et des douleurs musculaires.


Les manifestations peuvent survenir moins de 30 minutes après l'ingestion de produit laitier mais il est souvent également observé l'apparition des symptômes quelques heures après ou parfois 24 h après. L'intensité des manifestations varie selon chaque personne, la quantité de lactose consommée et le degré de l'intolérance. Les manifestations peuvent dure quelques heures ou se prolonger plusieurs jours.

Différences avec l'allergie aux protéines de lait de vache

L'intolérance au lactose et l'allergie aux protéines de lait de vache sont deux entités cliniques différentes. L'intolérance au lactose correspond à une diminution partielle ou totale de la lactase au cours de laquelle le système immunitaire n'intervient pas. Une allergie alimentaire aux protéines de lait de vache est liée à une réaction du système immunitaire vis-à-vis d'une ou plusieurs protéines de lait de vache comme par exemple la caséine. Peuvent apparaître des manifestations bénignes comme un eczéma mais également une urticaire, un asthme et parfois même un choc anaphylactique, réaction allergique la plus sévère. L'intolérance au lactose quant à elle provoque de nombreuses manifestations digestives inconfortables mais jamais sévères.

Diagnostic

Le diagnostic de l'intolérance au lactose peut d'abord s'effectuer en effectuant quelques tests permettant déjà de l'envisager puis en effectuant si nécessaire un test à l'hydrogène et un test d'intolérance au lactose. Ces tests ne permettent pas toujours un diagnostic formel de l'intolérance au lactose mais, associés à un interrogatoire précis, orientent les médecins vers ce diagnostic.

Chaque personne est capable de tenter de savoir si elle est intolérance au lactose. Quelques mesures simples permettent d'envisager ce diagnostic, mais il n'est pas conseillé d'effectuer ces tests aux enfants. En consommant par exemple à jeun un à deux verres de lait puis observant ensuite l'apparition éventuelle de douleurs abdominales ou de diarrhée peut déjà orienter la personne concernée sur le diagnostic de l'intolérance au lactose. Un autre test consiste à ne plus consommer pendant une dizaine de jours environ les produits laitiers contenant du lactose puis à observer la possibilité de voir diminuer ou disparaître les manifestations quotidiennes. Le troisième test consiste, après les avoir éliminer de l'alimentation, à réintroduire progressivement les produits contenant du lactose pour déterminer les seuils de la tolérance et de l'intolérance au lactose. La réapparition des symptômes pour une quantité donnée de lait et produits laitiers témoigne de l'atteinte du seuil. Lorsque ce premier diagnostic a été évoqué, l'avis d'un médecin est indispensable afin de confirmer le diagnostic.

Test à l'hydrogène

Le Test à l'hydrogène, encore appelé breath hydrogen test, consiste à évaluer à jeûn, la présence d'hydrogène dans l'air expiré par le patient avant et dans les heures qui suivent la consommation d'une quantité déterminée de lactose. En effet le lactose non digéré dans l'intestin, causé par le déficit en lactase, se transforme en gaz sous l'action des bactéries présentent dans le côlon. l'hydrogène passe ensuite dans la circulation sanguine, atteint les voies respiratoires puis est expiré. Un niveau d'hydrogène élevé dans l'air expiré témoigne ainsi d'une moins bonne digestion du lactose, provoqué par un déficit de en lactase.

Test de tolérance au lactose

Le Test de Tolérance au Lactose consiste à déterminer le taux sanguin de glucose après avoir ingérer une quantité déterminée de lactose. Lors de l'ingestion de lactose, la lactase permet de scinder le lactose en glucose et en galactose, qui lui-même se convertit en glucose. Une élévation de la glycémie s'observe alors. Dans le cas d'une intolérance au lactose, le taux sanguin de sucre ne peut pas augmenter, ou alors très modérément, en raison du déficit en lactase.

Test génétique

Le Test génétique permet de détecter l'intolérance au lactose lié à un déficit primaire en lactase. En effet un déficit en lactase peut être primaire ou secondaire, survenant dans ce cas par exemple après une infection, une maladie inflammatoire intestinale ou une parasitose intestinale. Ce test consiste à prélever des cellules de l'intérieur de la joue après avoir frotté cette zone à l'aide d'un écouvillon. Une réponse négative de ce test n'exclue pas la possibilité d'un déficit secondaire en lactase.

Traitement

Il n'existe aucun traitement. En cas d'intolérance, le patient doit supprimer le lactose de son alimentation.

Que manger ?

Une personne intolérante au lactose ne doit en aucun cas ne plus consommer de lait et de produits laitiers. Elle peut en consommer, plus ou moins selon sa tolérance et en respectant certaines règles sont néanmoins indispensables pour mieux vivre avec cette intolérance.

Une personne intolérante au lactose connaît son seuil de tolérance au lactose. En effet, elle apprend progressivement à adapter sa consommation de lait et aux produits laitiers. La majorité des intolérants au lactose peuvent consommer et digérer environ 1 bol de lait en une seule fois sans présenter de manifestations car il persiste toujours une légère activité de la lactase. Sa tolérance varie selon la quantité de lactose ingérée ainsi que de la quantité de lactase résiduelle mais également des conditions de consommation des produits laitiers.

Il est conseillé d'éviter de boire du lait à jeun, en trop grande quantité. Il est préférable de le fractionner en plusieurs prises, de le consommer au cours des repas, comme par exemple dans les préparations comme ou avec de la purée ou du riz et de consommer d'autres aliments en même temps. Des laits à teneur réduite en lactose ou délactosés peuvent également être proposés.

Des préparations pharmaceutiques à base de lactase peuvent être proposées aux personnes les plus sensibles.

Il est conseillé de consommer des fromages à pâte dure, ou affinés, moins riches en lactose que les fromages frais et des yaourts « maison » qui contiennent moins de lactose. Il est conseillé de bien lire les étiquettes des produits consommés car le lactose peut également être présent dans d'autres aliments comme des jus de fruits, des potages ou des biscuits.

Certains médicaments contiennent des excipients contenant du lactose. Les personnes intolérantes au lactose doivent prévenir leur médecin ou leur pharmacien, surtout lors de la délivrance de générique qui peuvent contenir du lactose alors que le médicament original n'en contient pas.

Régime sans lactose

L'intolérance au lactose est fréquente et provoque des troubles digestifs gênants au quotidien. Ces symptômes peuvent néanmoins être facilement soulagés grâce à un régime sans lactose adapté au seuil de tolérance de chacun.

Le lactose est digéré grâce à la lactase, une enzyme digestive et dégradée en une molécule de glucose, et une de galactose, absorbables par l'organisme. L'intolérance au lactose est due à un déficit en lactase, et provoque des troubles digestifs : diarrhées, ballonnements, constipation, douleurs abdominales. Le lactose est présent dans les produits laitiers et d'autres aliments, ou comme excipient dans les médicaments. Les intolérants sont donc invités à bien vérifier la composition des aliments et des médicaments. Ne pas hésiter à demander conseil à un médecin et/ou au pharmacien en cas de doute.

Sur avis médical et après un diagnostic précis (diététicien ou nutritionniste), il est possible d'évoluer vers une alimentation adaptée au seuil de tolérance de chacun en suivant trois phases. Une première phase de deux semaines permet de soulager les douleurs en limitant la consommation de produits laitiers et d'aliments contenant du lactose. Au cours d'une deuxième phase, la tolérance est testée en réintroduisant progressivement le lactose et en repérant les symptômes. Enfin, la troisième phase consiste à établir un régime définitif en privilégiant les aliments bien tolérés.

Selon le seuil de tolérance, il est possible de consommer des aliments sans lactose, ou ayant une pauvre teneur en lactose. Parmi les produits laitiers pauvres en lactose : le yaourt, les fromages à pâte molle, mi-dure et dure (brie, camembert, comté), et le beurre. Le lait de vache peut être remplacé par des alternatives sans lactose comme le lait de soja, le lait de riz, le lait d'avoie, le lait de coco et le lait d'amande.

Idées de menus et plats sans lactose

Il est important de conserver une alimentation variée malgré une intolérance au lactose. Voici quelques idées de recettes pour composer des menus sans lactose : beignets aux épinards, aubergines grillées au tofu, muesli, poêlée de champignons, salade de tomates, velouté de lentilles, brochettes de fruits, sorbets, crêpes à la bière sans lait.

Ne pas négliger les apports en calcium

L'élimination des produits laitiers de l'alimentation en raison d'une forte intolérance au lactose peut entrainer des carences en calcium. Pour s'en prémunir, il est vivement conseillé de maintenir les apports recommandés (800 mg par jour chez l'adulte) en consommant d'autres aliments riches en calcium : eau minérale, œufs, noix, légumes verts (poireau, persil, cresson, épinard, brocoli, haricot vert), et fruits (orange, cassis, mûre, groseille).


© Doris Heinrichs - Fotolia.com

A voir également


Publi-information
Publié par p.horde.
Ce document intitulé « Intolérance au lactose - Quels symptômes ? Que manger ? » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.