Carcinome du sein in situ - Traitements

Février 2017

Plusieurs options thérapeutiques sont envisagées lors d'un diagnostic de cancer du sein que ce soit un carcinome canalaire in situ ou un carcinome lobulaire in situ. Le point sur les traitements possibles de ces cancers du sein et leurs indications.


Définition

Un carcinome est dit « in situ » quand les cellules cancéreuses sont uniquement présentes dans les canaux du sein (carcinome canalaire in situ) ou les lobules du sein (carcinome lobulaire in situ), sans atteinte des tissus environnants. Le carcinome canalaire in situ est le plus fréquent des cancers du sein non-invasif chez la femme.

Les différents stades

Le carcinome du sein in situ correspond au stade 0, sur une échelle qui va jusqu'à quatre, et qui permet d'évaluer la propagation du cancer dans le sein et à l'extérieur du sein. Un cancer du sein de stade 0 est non-invasif. Une tumeur est également évaluée par son grade, de 1 à 3, qui désigne son agressivité. Le grade I correspond aux tumeurs les moins agressives, le grade III aux tumeurs les plus agressives.

Traitement du carcinome canalaire in situ

Le carcinome canalaire in situ représente 85 à 90% des cancers du sein in situ. Plusieurs options thérapeutiques sont envisagées selon les cas.

Mastectomie partielle (chirurgie conservatrice)

Une chirurgie mammaire conservatrice (mastectomie partielle, ou tumorectomie) consiste à retirer la tumeur et une petite quantité des tissus qui l'entourent pour conserver la plus grande partie du sein. Cette intervention est privilégiée lorsque la tumeur est suffisamment petite (marge de tissus sains autour). Dans certains cas, cette intervention peut être accompagnée de l'ablation du ganglion sentinelle. Une mastectomie partielle s'associe à un "remodelage" de la glande afin d'éviter les déformations post-opératoires. La déformation entraînée par une mastectomie partielle ne peut être appréciée que 3 à 4 mois après l'intervention. La tumorectomie est suivie d'une radiothérapie (voir plus bas).

Mastectomie totale :chirurgie non conservatrice

Une chirurgie mammaire dite non conservatrice (mastectomie totale) consiste à enlever dans son intégralité le sein où siège la tumeur. Ce type de chirurgie est privilégié lorsque la tumeur est trop volumineuse par rapport à la taille du sein, lorsque sa forme n'est pas compatible avec une chirurgie conservatrice, ou lorsque plusieurs tumeurs sont diagnostiquées dans le même sein.

Complications possibles liées à la chirurgie

La mastectomie est une intervention courante dont le déroulement est simple dans la majorité des cas. Les suites post-opératoires les plus fréquentes sont les douleurs, le plus souvent modérées.
Des hématomes ou des infections de la plaie sont des complications possibles, de même que la formation d'une poche de liquide appelée « lymphocèle » sous la cicatrice. Ce liquide s'évacue par une simple ponction. Parmi les autres complications possibles : une cicatrisation difficile, plus rarement une nécrose cutanée.

Radiothérapie

Une radiothérapie externe de la glande mammaire est quasiment toujours réalisée après une chirurgie conservatrice, dans la région où la tumeur a été retirée. Les effets secondaires à court terme les plus fréquents de la radiothérapie sont l'érythème cutané et la fatigue.

Prise en charge carcinome lobulaire in situ

Le carcinome lobulaire in situ (CLIS), aussi appelé néoplasie lobulaire, représente environ 10 à 15% des cancers du sein in situ. Ce type de cancer prend forme dans les lobules, les glandes qui sécrètent le lait. La prise en charge d'un carcinome lobulaire in situ repose sur une surveillance régulière, dans la mesure où celui-ci augmente le risque de cancer du sein infiltrant. Toutefois, le CLIS ne se propage que rarement à l'extérieur des parois des lobules et généralement pas aux autres parties du corps. Selon les éléments diagnostiques recueillis, une biopsie chirurgicale (retrait partiel du carcinome, et examen eu microscope des cellules des tissus prélevés) ou une exérèse (retrait totale) peuvent être proposées.

Pronostic

Le carcinome du sein in situ est un cancer de bon pronostic -lorsqu'il est diagnostiqué à ce stade- avec une survie globale à 10 ans supérieure à 95%. En cas de traitement conservateur sans radiothérapie, le taux de récidive se situe autour 13%.

Source



Crédit photo : © fotoliaxrender - Fotolia.com

A voir également


Publi-information
Publié par p.horde. Dernière mise à jour le 19 mai 2016 à 10:04 par Jeff.
Ce document intitulé « Carcinome du sein in situ - Traitements  » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.