Jeûne intermittent - Intermittent fasting - Effets sur la santé

Décembre 2017

Le jeûne intermittent, dénommé également jeûne par intermittence ou intermittent fasting (IF) alterne périodes de jeûne et périodes d'alimentation normale. Le jeûne intermittent a plusieurs effets physiologiques sur l'organisme. Le point sur les précautions à prendre avant de commencer ce type de régime amincissant.


Définition

Le jeûne intermittent, aussi appelé jeûne par intermittence consiste à alterner des périodes de jeûne (privation de nourriture et éventuellement restriction des apports d'eau) et des périodes d'alimentation normale. Ce type de régime amincissant a des modalités d'applications variées.

Objectifs

L'objectif à court terme du jeûne intermittent est la perte de poids, la fonte de la masse graisseuse, voire la régulation de l'appétit. Selon les adeptes de ce type de régime, les autres effets positifs recherchés sur la santé à long terme sont une meilleure espérance de vie, la prévention de certaines maladies chroniques et dégénératives, et de meilleures performances cognitives. Ces effets bénéfiques suggérés font aujourd'hui l'objet de plusieurs études cliniques. A noter qu'en dehors de ces objectifs de santé spécifiques, le jeûne intermittent est fréquemment pratiqué pour des raisons religieuses comme par exemple au cours du ramadan.

Les régimes 5:2 et 4:3

Le régime « régime 5:2 » théorisé par Michael Mosley et Mimi Spencer recommande de limiter l'apport calorique au quart de ce qui est habituellement consommé quotidiennement, pendant deux jours (non consécutifs) dans la semaine : soit 500 calories pour les femmes et 600 pour les hommes en 24 heures. D'autres variantes, comme le régime 4:3, préconisent le jeûne un jour sur deux.

Perte de poids

Une étude clinique réalisée en 2012 auprès d'un groupe de femmes souffrant d'obésité montre qu'au terme de 8 semaines de jeûne intermittent, les femmes avaient perdu en moyenne 4 kg. Cependant, en l'absence d'un suivi longitudinal, cette étude n'a pas permis de valider l'efficacité sur le long terme du jeûne intermittent. Rappelons que les effets d'un jeûne sur l'organisme diffèrent selon la durée du jeûne et le type de restrictions alimentaires imposées.

Réaction du corps à la privation de nourriture

Après une période de jeûne prolongée, le niveau d'insuline, hormone responsable du métabolisme des glucides et des protéines, baisse dans le sang. Parallèlement, la sécrétion d'hormone de croissance (GH) augmente de manière importante. Cette hormone contrôle le moment où la masse graisseuse est libérée sous forme de lipides qui seront assimilées par l'organisme pour lui permettre de fonctionner. Véritable « brûle-graisse », l'hormone de croissance favorise la perte de masse graisseuse tout en préservant la masse musculaire et en régulant le taux de glucose sanguin, ainsi que le niveau de plusieurs hormones. L'augmentation de la sécrétion d'hormone de croissance entraîne donc la perte de masse graisseuse qui a pour conséquence la perte de poids.

Effets indésirables

Un jeûne intermittent est associé à plusieurs effets indésirables possibles : comme la déshydratation, une irritabilité accrue, une somnolence diurne et des difficultés d'endormissement. Un autre effet secondaire suspecté est l'accentuation du mécanisme physiologique de stockage des graisses par le corps. Il serait lié à l'alternance entre privation prolongée de nourriture et période d'alimentation normale. Cet effet est contraire à celui recherché sur le long terme. Le jeûne intermittent est également un facteur de risque de mauvaise haleine (halitose).

Risques pour la santé

Le jeûne intermittent fait l'objet de plusieurs mises en garde de la part de nombreux médecins. Il peut en effet entraîner une fonte de la masse musculaire, et être dangereux pour les personnes souffrant de pathologies cardiaques. Selon d'autres spécialistes, ce type de régime peut induire un déséquilibre du comportement alimentaire : ils craignent notamment que les personnes qui suivent de tels régimes se reportent sur des aliments peu équilibrés.

Prudence et précautions

Il est indispensable de consulter son médecin traitant avant de commencer ce type de régime. Un jeûne intermittent doit être encadré par un professionnel de santé ou un spécialiste de la nutrition. Enfin, comme tout régime, il doit s'accompagner d'une hygiène de vie reposant sur une alimentation équilibrée et une activité physique régulière.

Vidéo

Les précisions du docteur Pierrick Hordé :

Source

Évaluation des risques liés aux pratiques alimentaires d'amaigrissement PDF, ANSES.
Crédit photo : © Africa Studio - Fotolia.com

Publi-information
Publié par p.horde.
Ce document intitulé « Jeûne intermittent - Intermittent fasting - Effets sur la santé » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.