Le phimosis

Janvier 2017

L'incidence du phimosis pathologique est souvent surestimée, car ce diagnostic est posé abusivement chez des enfants trop jeunes dont le décalottage est encore limité par de simples adhérences physiologiques, ce qui est le cas pour 50% des garçons de 4-5 ans. Cette affection baigne peut toutefois cacher un problème plus sérieux à l'âge adulte.


Définition

Le phimosis est une affection du prépuce souvent banale chez l'enfant, mais qui nécessite une attention et une prise en charge particulière chez l'adolescent et l'adulte. Le prépuce regroupe la peau et la muqueuse qui recouvrent le gland. Le prépuce doit coulisser facilement sur le pénis permettant un décalottage. Il arrive parfois que le prépuce soit rétréci empêchant totalement de découvrir le gland.

Le phimosis correspond à la rétraction du prépuce. Un phimosis est une étroitesse du prépuce qui empêche le gland de se décalotter. La personne atteinte éprouve une difficulté ou une impossibilité à découvrir l'extrémité de la verge, situation correspondant à l'impossibilité de décalotter le gland.

Nourrisson

Le phimosis du nourrisson est souvent une affection congénitale banale. Il peut poser un problème quand le fait d'uriner devient difficile ou en cas d'infection. Les adhérences prépuciales correspondent à un simple accolement du prépuce au gland. Elles diffèrent du phimosis et sont fréquentes chez le nouveau-né et chez le jeune enfant. Elles disparaissent souvent spontanément.

Enfant et adolescent

Le phimosis de l'enfant et de l'adolescent est le plus souvent consécutif à un décalottage trop rapide et fort qui a provoqué une inflammation. Le phimosis provoque une gêne pour effectuer sa toilette. Il peut entraîner une infection urinaire ou un écoulement purulent. Chez l'enfant plus âgé, le décalottage est souvent difficile et provoque des douleurs et des fissurations.

Adulte

Le phimosis de l'adulte est en général un phimosis congénital, apparu dès la naissance. Il est souvent peu serré et peut gêner les premiers rapports sexuels.

Parmi les causes possibles, on retrouve les maladies sexuellement transmissible comme la syphilis, une infection bactérienne responsable de lésions de la peau et des muqueuses, ou une blennorragie provoquant un écoulement jaunâtre de l'urètre. Le manque d'hygiène, le diabète et, plus rarement, un cancer du gland peuvent aussi être à l'origine d'un phimosis.

Symptômes

Outre le constat de l'étroitesse du prépuce et de la difficulté à décalotter le gland, il y a peu de symptômes associés au phimosis, parfois seulement un jet urinaire plus fin ou des douleurs ressenties lors des mictions (action d'uriner). En revanche, il existe des complications si le phimosis n'est pas traité, notamment des risques d'infection au niveau du gland, appelées balanites : dans ce cas, la verge est douloureuse, chaude, augmentée de volume parfois, et un écoulement blanchâtre peut apparaître spontanément ou à la pression du pénis. L'autre conséquence potentielle d'un phimosis est le paraphimosis : si l'on force le décalottage, l'anneau du prépuce peut rester bloqué sur le pénis à la base du gland et l'étrangler, entraînant des douleurs et un gonflement.

Diagnostic

Le diagnostic du phimosis est évident, suspecté à l'oeil nu et confirmé par l'impossibilité par l'examinateur de décalotter le gland. Le diagnostic de la balanite se fait sur les signes décrits ci-dessus, et aucun examen complémentaire n'est nécessaire. Le paraphimosis est également constaté visuellement.

Paraphimosis

Lorsque le recalottage est impossible, un paraphimosis peut survenir. Il s'ensuit une rétraction forcée du prépuce, provoquant un « étranglement » du gland et un œdème. Un professionnel doit alors recalotter rapidement le prépuce.

Traitement

Pour les nourrissons et enfants en bas âge, chez lesquels le phimosis est souvent naturel, on interviendra uniquement si la miction est entravée. Les adhérences prépuciales seront progressivement levées sur les premières années de vie. Plus tard, le traitement dépendra du degré de resserrement du prépuce autour du gland. Il peut aller du simple étirement progressif du prépuce, via l'application de crèmes corticoïdes, à l'intervention chirurgicale, la circoncision.

L'application d'une crème à base de cortisone pendant 1 mois environ permet à la peau du prépuce de se détendre. Ce traitement est conseillé pour un phimosis simple de l'enfant.

En cas d'échec, une intervention chirurgicale est proposée. L'adulte doit recourir à un traitement chirurgical.

Traitement du paraphimosis

Le paraphimosis nécessite rarement une hospitalisation en urgence. L'application d'un gel anesthésiant améliore les douleurs. La nécessité de recaloter rapidement le prépuce par un professionnel est indispensable. La consultation d'un urologue doit être envisagée rapidement.

Opération

Le traitement chirurgical consiste à effectuer une posthectomie (ablation du prépuce) encore appelée circoncision. La circoncision peut être totale ou partielle. Elle peut être proposée aux enfants et aux adultes.

L'intervention chirurgicale est rapide et ne nécessite pas d'hospitalisation. Une anesthésie générale est obligatoire chez l'enfant. La cicatrisation se prolonge de 2 à 4 semaines. La reprise de l'activité sexuelle pour les adultes s'effectue au bout de 4 semaines.

Prévention

Il n'y a pas de moyen de prévenir un phimosis d'origine congénitale, mais pour les autres cas, il est important de soigner son hygiène au niveau du pénis, de pratiquer un décalottage régulier du gland, et surtout ne pas le forcer en cas de phimosis (risques de paraphimosis).

A voir également


Publi-information
Publié par p.horde. Dernière mise à jour le 11 octobre 2016 à 12:10 par Jeff.
Ce document intitulé « Phimosis - Symptômes et traitement » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.