La maladie de Lyme

Mars 2017

La maladie de Lyme est provoquée par une bactérie pathogène transmise lors d'une morsure de tique. Le diagnostic de la maladie de Lyme repose sur la notion d'exposition à des piqûres de tiques survenant dans une région à risque associée à des manifestations évocatrices de la maladie. Mais les traces de morsures de tique ne sont visibles que dans 30% des cas environ et la majorité des symptômes observés ne sont pas spécifiques à la maladie. Le diagnostic de la maladie de Lyme doit être confirmé par des examens biologiques.


Épidémiologie

Selon le Réseau Sentinelle, l’incidence nationale de la borréliose de Lyme est estimée à environ 27.000 cas. Les groupes les plus exposés sont les forestiers, les chasseurs et les promeneurs. L’INPES souligne également les inégalités géographiques : le centre et l’est de la France sont les régions où l’incidence est la plus élevée.


Transmission

La borrelia ou borrelie est une bactérie qui appartient à la classe des spirochètes. Ces bactéries parasites sont transmises par des vecteurs que sont les poux et les tiques. Les borrelies sont à l'origine de maladies parasitaires nommées borrélioses comme la maladie de Lyme dont l'augmentation croissante en font des sujets d'étude de santé publique.

On appelle borrelia burgdorferi un groupe de trente bactéries qui sont susceptibles d'être pathogènes pour l'être humain. L'expression borrelia burgdorferi peut également désigner une bactérie qui est responsable de la maladie de Lyme. C'est une bactérie qui se rencontre à la fois en Amérique du Nord et en Europe. Au niveau génétique, la borrelia burgdorferi américaine est différente de la borrelia burgdorferi européenne. La maladie de Lyme peut cependant être transmise par les deux souches.

La Borrelia afzelii est une bactérie appartenant au vaste groupe des borrélies. Cette variété, qui n'est pas la plus fréquente, est capable d'infecter les humains, notamment en étant véhiculée par les tiques. C'est elle qui est responsable de certaines formes de la maladie de Lyme (plus fréquemment transmise par la Borrelia burgdorferi). Lorsque la maladie de Lyme est causée par la Borrelia afzelii, ce sont les symptômes cutanés qui prédominent. La Borrelia afzelii est surtout présente en Asie et dans certaines zones de l'Europe de l'Ouest.

En Europe, la borréliose de Lyme est principalement transmise par la tique Ixodes ricinus. Elle vit dans les zones boisées et humides, les prairies et les parcs (y compris les parcs urbains). Cette tique peut transmettre des agents pathogènes à tous les stades de son développement. L’Inpes précise que les tiques ne sont pas présentes à plus de 1500 mètres d’altitude.

Comment retirer une tique ?

Pour retirer une tique, l’Inpes indique deux méthodes. La première consiste à utiliser un tire-tique en saisissant la tique à la base et en tournant. Cet outil peut être trouvé facilement en pharmacie. Pour la seconde méthode, l’Inpes conseille l’emploi d’une pince fine en tirant la tique sans tourner. La prise d’antibiotiques n’est pas systématiquement recommandée après une piqûre de tique : toutes les piqûres n’impliquent pas une infection, et seulement 5% des personnes infectées développent une infection active.


Symptômes

Les symptômes de la maladie de Lyme sont un érythème migrant, une éruption cutanée apparaissant plusieurs semaines après la morsure, des courbatures, des symptômes articulaires, ainsi qu'une paralysie dans certains cas.

Cette phase dite primaire est caractérisée essentiellement par une rougeur centrée autour de la piqûre et donc le diamètre augmente progressivement pour faire une forme ovale, dont la longueur peut atteindre parfois jusqu'à 10 cm, voire beaucoup plus dans certains cas (voir photo de l'érythème migrant). Cette rougeur qui ne provoque pas de démangeaisons a généralement un bord plus foncé. 5 à 10 cas de méningo-encéphalite à tique, ou MET, sont recensés par an : cette pathologie est causée par un virus touchant le système nerveux et entraîne parfois la mort. Aucun traitement n'est disponible contre la MET. Un vaccin contre la MET est ainsi recommandé pour les voyageurs des régions concernées, à savoir les pays d'Europe de l'Est, et l'Alsace, la Lorraine et les Vosges pour la France.

Stades

Les membres inférieurs, cuisses et jambes, sont les plus touchées par les morsures de tique. Mais toutes les parties du corps y compris le cuir chevelu peuvent être atteintes. La maladie de Lyme évolue en plusieurs stades qui différent selon chaque personne touchée. 3 stades plus ou moins longs peuvent être observés.

Stade 1

Les manifestations cutanées, appelées érythème migrant, EM, qui représentent le plus souvent les premières manifestations de la maladie concernant plus de ¾ des personnes atteintes, apparaissent environ 3 jours jusqu'à un mois après la piqûre du tique. L'érythème débute à l'endroit de la morsure du tique et ressemble à une forme de macule de 5 cm environ érythémateuse, non douloureuse, qui est centrée à l'endroit de la piqûre. Une sensation de chaleur apparaît le plus souvent mais n'est pas accompagnée de démangeaisons. Cette lésion peut parfois passer inaperçue. Un anneau rouge apparaît souvent autour de la tache centrale. 20% environ des personnes touchées ne présente pas d'éruption cutanée et ne se souviennent pas d'avoir été piquées. Cette lésion s'étend rapidement au bout de quelques jours mais disparaît en 7 jours environ si un traitement a été prescrit évitant ainsi l'apparition de complications.

L'éruption peut s'accompagner de manifestations évoquant un syndrome grippal comme une fatigue, une température élevée, des douleurs musculaires, des maux de tête, des frissons, des arthralgies ainsi que et la présence d'une augmentation de volume des ganglions lymphatiques

Stade 2

Parmi les symptômes susceptibles de se produire au cours du deuxième stade de la maladie, on retrouve une faiblesse ou une fatigue extrême, de la douleur et une raideur articulaires intenses, des maux de tête, de la faiblesse au niveau des muscles du visage, une irritation des yeux, des éruptions cutanées et une irrégularité du rythme cardiaque. Si la maladie continue à progresser, elle entrera dans un troisième stade. En l'absence de traitement, la maladie de Lyme continue d'évoluer et touche de plus en plus d'organes. Peuvent apparaitre, des troubles du sommeil, des épisodes de tachycardie, une aggravation de la fatigue, des courbatures de plus en plus invalidantes, des douleurs lors de la mastication, des troubles de la vision, une difficulté à effectuer des efforts physique, des douleurs dans les bras, le dos et les jambes,

Stade 3

Au cours du stade 3 de la maladie de Lyme, qui peut se prolonger pendant des années, les manifestations présentes au cours du stade 2 s'aggravent mais apparaissent en plus de nombreuses autres manifestations. Parmi les symptômes rhumatologiques, peut apparaître l'arthrite de Lyme qui correspond à des poussées d'arthrite récidivante d'évolution chronique. Parmi les symptômes neurologiques, peut apparaître alors au bout de 4 à 6 semaines, une neuroborréliose provoquant de violentes douleurs et des parésthésies, le plus souvent nocturnes, survenant sur des trajets nerveux situés autour de la morsure du tique. Une méningite lymphocytaire peut également s'observer ainsi qu'une atteinte des nerfs crâniens avec une paralysie faciale périphérique. Peuvent ainsi survenir des troubles de la vue, de l'orientation et de la concentration, des pertes de mémoire, des épisodes agressifs ainsi qu'une et dépression. Parmi les symptômes cutanés, l'érythème migrant continue d'évoluer. Enfin, des épisodes de tachycardies ainsi que des troubles du rythme cardiaque peuvent s'observer. Des épisodes d'essoufflement, d'oppression et de toux peuvent survenir également. Au cours de cette phase, il n'est pas rare de voir survenir des épisodes d'infections urinaires, de douleurs intestinales et de diarrhées. Les douleurs musculaires s'aggravent et s'étendent aux tendons rendant la vie quotidienne de plus en plus handicapante. Même si elles ne sont pas fréquentes, peuvent survenir des infiltrats de la cornée, une uvéite antérieure ou une paralysie oculo-motrice.

Les manifestations cutanées se transforment et continuent de s'étendre et à se modifier. La peau devient violacée, voire proche d'une couleur noire, s'oedématie et se fragilise pour devenir mince et atrophiée. Surviennent alors les lésions caractéristiques de l'acrodermite chronique atrophiante ou maladie de Pick-Herxheimer et le lymphome cutanée bénin. Les épisodes d'arthrite continuent d'évoluer sans période de rémission. Des épisodes d'encéphalomyélites peuvent apparaître.

Diagnostic

Une sérologie permettant de retrouver la présence d'anticorps anti Borrélia peut être effectuée à partir de prélèvements cutanés ou du LCR. Les tests sérologiques (analyses sanguines) permettent d'identifier les anticorps spécifiques de la maladie. Néanmoins, il s'agit d'une maladie difficile à diagnostiquer car les anticorps ne sont pas visibles pendant les 6 premières semaines qui suivent l'infection. Les tests incluent le test ELISA indirect (recherche d'anticorps) et le test Western-Blot (étude de la nature des anticorps identifiés grâce au test Elisa).

La sérologie pourra être proposée 4 à 6 semaines environ après la morsure du tique car les anticorps spécifiques à la Borrelia, les IGM anti Borrélia, n'apparaissent que 2 à 4 semaines après la morsures avec un pic vers la 7ème ou 8ème semaine. La positivité de la sérologie ne permet pas de savoir si l'infection est ancienne ou actuelle et une sérologie positive ne permet pas de différencier une infection active d'une infection ancienne qu'elle ait été traitée ou non et d'une infection ne provoquant aucune manifestation.

Une sérologie positive n'est pas toujours en rapport avec une infection active mais très souvent liée à un contact antérieur avec les micro-organismes Borrélia. Il est néanmoins préconiser d'envisager un traitement antibiotique d'épreuve devant une suspicion importante de borréliose avec des manifestations évocatrices de la maladie de Lyme sans attendre les résultats d'une sérologie qui risque d'être négative alors que l'infection est présente. L'interprétation des résultats sérologiques est difficile car il existe des faux négatifs et des faux positifs. Lors de faux négatifs, la sérologie peut être négative au début de l'infection cutanée sans éliminer la maladie. Lors de faux positifs, la sérologie peut être positive sans que la maladie de Lyme ne soit présente, ceci en raison d'une réaction croisée à d'autres micro-organismes. 3 techniques peuvent être réalisés pour mettre en évidence la présence d'anticorps anti Borrélia :
  • Le test ELISA, automatisable, est la méthode la plus sensible dont la lecture n'est pas liée à la personne qui effectue l'examen.
  • L'immunofluorescence indirecte, IFI est une méthode dont la qualité de sa lecture est dépendante de l'opérateur.
  • Le Western Blot quant à lui est une méthode utilisée en seconde intention, permettant de confirmer la positivité d'un résultat positif ou douteux par les méthodes ELISA ou IFI lorsque le patient présente des manifestations pouvant évoquer la maladie de Lyme.

Vidéo

Les précisions du docteur Pierrick Hordé.


Traitement

Un traitement antibiotique doit être prescrit le plus précocement possible afin d'éviter les complications de la maladie de Lyme et d'accélérer la guérison. La maladie de Lyme est plus facile à traiter lorsque le traitement est débuté très rapidement. En effet, l'antibiothérapie risque d'avoir un effet moins positif chez les personnes dont le diagnostic a été effectué trop tardivement risquant ainsi de présenter des manifestations récidivantes ou persistantes.

Les personnes nécessitant un traitement pour une infection de faible intensité ont une prescription d'antibiotiques par voie orale sur une durée d'environ 3 à 4 semaines. Plusieurs antibiotiques oraux peuvent être prescrits comme par exemple la doxycycline ®, l'amoxicilline ®, la céfuroxime ® et la ceftriaxone ®. La doxycycline ® est l'antibiotique le plus souvent prescrit : il est conseillé aux adultes et aux enfants dès l'âge de 9 ans, mais est contre-indiqué au cours de la grossesse et l'allaitement. L'amoxicilline® peut être prescrit aux enfants de moins de 9 ans.

Lorsque l'infection est plus sévère avec l'apparition par exemple de manifestations neurologiques, articulaires ou cardiaques, un traitement antibiotique par voie intraveineuse, comme par exemple le céfotaxine ®, est dans ce cas recommandé.

Lorsque l'infection provoquée par la maladie de Lyme se prolonge sur une très longue période, la prescription de l'antibiotique peut s'effectuer dans ce cas sur plusieurs mois. D'autre part, lorsque les manifestations récidivent, les antibiotiques sont également prescrits sur une période plus longue.

Prévention

Lors d'une promenade en forêt, il est conseillé de porter des chaussures qui couvrent tout le pied, des pantalons, des chaussettes, un chapeau et une chemise à manches longues afin de se protéger toutes les parties du corps pouvant être mordues par un tique. D'autre part, il est conseillé de mettre le bas du pantalon dans les chaussettes et de choisir des vêtements de couleur claire afin de pouvoir repérer plus facilement le tique. Eviter de se promener dans des régions infestées par les tiques. Avant de partir, appliquer un produit répulsif sur les vêtements et les parties découvertes, sauf sur le visage. Ne pas oublier que ces produits sont déconseillés au cours de la grossesse et chez les jeunes enfants.

Après le retour d'une ballade dans une région infestée par les tiques, il est conseillé d'examiner attentivement tout son corps en se mettant si possible devant une glace sans oublier le chevelu. Cela permet de repérer le tique et de le retirer le plus rapidement possible.

Pour retirer une tique, il est préférable d'utiliser une pince à épiler, de tenir la tique par la tête et de tirer lentement en évitant de l'écraser. Eviter de tamponner avec de l'alcool, de l'éther, du pétrole ou un autre produit chimique et ne pas utiliser d'allumette car cela pourrait provoquer la régurgitation du tique et la libération de la bactérie. Puis, il faut désinfecter la partie qui a été mordue avec un antiseptique de préférence bien se laver ses mains à l'eau et au savon. Il faut ensuite surveiller la zone de morsure de la tique pendant environ un mois afin de repérer l'apparition d'une éruption qui pourrait témoigner d'un érythème migrant. Il est conseillé si c'est possible de garder la tique en la déposant dans un flacon afin d'effectuer d'éventuels prélèvements. Lors d'une morsure de tique, il faut dans tous les cas consulter un médecin, surtout si des manifestations cutanées sont apparues. Il est également conseillé d'examiner ses animaux, afin de vérifier qu'ils ne transportent pas de tiques.

A voir également


Publi-information
Publié par p.horde.
Ce document intitulé « Maladie de Lyme - Symptômes, évolution et traitement » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.