Don d'organes - Vivant ou post-mortem

Juin 2017

Le don d'organes consiste en un prélèvement d'organes ou de tissus sur un donneur volontaire non rémunéré. Les organes ou tissus ainsi prélevés peuvent être transplantés dans le corps d'un receveur gravement malade. Lorsque le prélèvement d'organes est effectué sur une personne en état de mort cérébrale, on parle de don d'organes post mortem. Pour faciliter la prise de décision de la famille après le décès d'une personne, les pouvoirs publics encouragent chacun d'entre nous à utiliser la carte de donneur d'organes pour faire connaître sa position à ce sujet.


Le don d'organes désigne le prélèvement et la greffe d'organes ou bien de tissus. Un donneur, vivant ou décédé, accepte un prélèvement destiné à un receveur compatible.

Organes concernés

Les organes les plus fréquemment greffés sont le rein, le foie, le cœur et le poumon. Les dons du sang et de moëlle osseuse sont des procédures différentes, qui ne font pas partie du don d'organes.

Don du vivant

Pour effectuer un don d'organes de son vivant, il est nécessaire de remplir les conditions suivantes : avoir un lien familial avec le receveur, ou un lien affectif, en justifiant d'une vie commune ou d'un lien stable d'au moins deux ans avec le receveur, être compatible, être en bonne santé et accepter le processus de don et de greffe. Généralement, il s'agit du don d'un rein, ou d'une partie du foie.

Don post-mortem

Le don d'organes post mortem est possible dans de rares circonstances : lors d'un décès après un traumatisme crânien, après un accident vasculaire cérébral ou après un arrêt cardiaque. Il n'existe pas de limite d'âge ou de contre-indications liées à une éventuelle maladie pour les donneurs.Ce type de don se déroule de la façon suivante :Décès du donneur potentiel, puis vérification du registre national des refus. Si le défunt n'y est pas inscrit, les équipes médicales discutent avec la famille. En cas d'accord un bilan sanguin et un examen des organes du donneur sont effectués. S'ensuit une attribution des organes aux receveurs compatibles suivis de prélèvements, du transport des greffons et de l'intervention chirurgicale.

Carte de donneur

La carte de donneur d'organes n'a pas de valeur légale. Pour se faire connaître en tant que donneur d'organes, il est recommandé d'en avertir ses proches. La loi française considère que chacun est donneur d'organes par défaut. Il s'agit du consentement présumé.

Opposition

En cas d'opposition au don, il est préférable de procéder à une inscription au registre national des refus. Seule cette inscription a une valeur légale pour les équipes médicales, qui effectuent une vérification avant chaque prélèvement.

Réglementation 1 er Janvier 2017

Au 1er janvier 2017,un médecin peut pratiquer le prélèvement d’un organe à la mort d’une personne sans demander l’avis de sa famille, sauf si le défunt a fait savoir de son vivant qu’il l’interdisait en s’inscrivant sur le registre national des refus de dons d’organes, http://www.dondorganes.fr/. Les proches qui ne seront plus consultés, seront informés qu’un prélèvement est envisagé.

Pour en savoir plus


Photo : © Dan Race - Fotolia.com

A voir également


Publi-information
Publié par p.horde.
Ce document intitulé « Don d'organes - Vivant ou post-mortem » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.